Santé, éducation, droit, industrie : ils se mobilisent contre la pandémie

 |   |  1646  mots
Malgré le confinement général, les acteurs économiques régionaux multiplient les initiatives pour venir en aide aux soignants, aux entreprises et aux familles.
Malgré le confinement général, les acteurs économiques régionaux multiplient les initiatives pour venir en aide aux soignants, aux entreprises et aux familles. (Crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA)
E-santé, transport sanitaire, conseils juridiques, logiciels éducatifs, production industrielle : en Nouvelle-Aquitaine, comme ailleurs dans le pays, petites et grandes entreprises et professions libérales se mobilisent pour apporter leur aide directe ou indirecte aux personnels de santé, aux entreprises en difficultés ou aux familles confinées. La Tribune Bordeaux regroupe ici les principales initiatives.

[Article mis à jour le 24/03/20 avec l'ajout d'une dizaine de nouvelles initiatives]

Alors que l'Etat puis les régions interviennent lourdement au chevet de l'économie, les entreprises, indépendants et autres professionnels de Nouvelle-Aquitaine se mobilisent pour apporter leur pierre à l'édifice, soit en offrant un accès gratuit à leurs outils et compétences, soit en détournant leurs moyens de production, soit en ciblant les besoins plus ou moins essentiels des familles, élèves et enseignants confinés. Revue d'initiatives non exhaustive.

Les acteurs de la santé

Ce sont probablement les entreprises les plus nombreuses à s'être saisies du sujet et le plus rapidement. Tout l'écosystème de la santé et de la e-santé se mobiliser pour venir en aide aux hôpitaux et aux soignants autant que faire se peut. C'est Sanilea, spécialiste de la gestion des flottes d'ambulance, basé à Limoges, qui a ouvert le bal dès ce weekend. La startup propose un accès gratuit à sa plateforme pour permettre aux personnels de santé de gagner du temps. Sanilea coordonne plus de 2.400 sociétés de transport sanitaire dans toute la France. A Bordeaux, SimforHealth lui a emboîté le pas en offrant l'accès gratuit et complet à sa collection de simulateurs numériques à tous les Instituts de formation en Soins Infirmiers de France via sa plateforme MedicActiv, aussi longtemps que nécessaire. De son côté, la plateforme bordelaise MeSoigner.fr offre gratuitement à tous les pharmaciens du pays son outil de gestion à distance d'agenda et d'ordonnances afin de cadencer les rendez-vous en officine et de prioriser les patients les plus fragiles.

Les équipes de Betterise Health Tech offre gratuitement à l'ensemble des établissements de soins sa plateforme Theraflow, permettant de digitaliser tout programme d'éducation thérapeutique du patient et de conserver le lien avec les patients. Basé à Nantes mais disposant de 32 salariés entre Niort et Bordeaux, l'ESN Syd  a détourné ce weekend son logiciel de suivi de maintenance à distance pour le mettre gratuitement au service des hôpitaux, dont déjà le centre hospitalier départemental de Vendée. "Avec Speakylink, le médecin peut passer d'un clic d'une conversation audio à de la vidéo pour échanger avec les patients confinés. L'enjeu pour nous est de le faire gagner du temps", explique David Le Glanaër, le co-fondateur, qui est en discussion avec d'autres hôpitaux. A Martillac, la startup Marguerite a élargi le spectre gratuit de sa plateforme de renseignements sur le maintien à domicile pour répondre aux questions de plus en plus nombreuses sur le confinement et le Covid-19.

De même, Sunday prête gratuitement des box à une trentaine d'Ehpad et établissements de santé français pour faciliter le lien entre les seniors et leurs familles tandis que Zoov met ses vélos électriques gratuitement à disposition de toute personne travaillant dans un établissement de santé ou un Ehpad de l'agglomération bordelaise sur simple demande via l'application. De son côté Facil'iti, installée à Limoges, a réorienté son activité de matériels de stands évènementiels pour les transformer rapidement en cloisons de confinement pour des salles d'attentes, hôpitaux, lieux encore ouvert au public afin de gérer au mieux l'afflux de patients. D'autre part, elle offre gratuitement à toute entité administrative régionale, d'Etat ou médicale de Nouvelle Aquitaine son interface d'accessibilité aux sites internet pour les personnes souffrant de handicap visuels, moteurs ou cognitifs.

A Bordeaux, l'écosystème e-santé est largement mobilisé en offrant ses services gratuitement ou à prix coûtant aux centres hospitaliers dont Synapse Medicine, Satelia, Agfa Healthcare, Diabilive, Invivox, Nomadeec, Proxisanté, Tehtris, etc. French Tech Bordeaux les liste sur une page dédiée qui recense désormais plus de 55 initiatives de startups dans différents domaines.

Lire aussi : E-santé : le CHU de Bordeaux signe avec trois startups régionales

Industrie

En plus du fabricant palois de respirateurs artificiels, Eove, qui a triplé sa production ces dernières semaines, deux startups a priori éloignées de ce monde de la santé offrent également leurs services. Gryp, spécialiste de l'impression 3D de pièces automobiles, à Pessac, propose d'imprimer des pièces médicales et notamment des respirateurs artificiels. "Nous avons dix machines dont quatre compatibles avec les équipements de santé. Tout est à l'arrêt, nous proposons donc d'imprimer gratuitement les pièces nécessaires jusqu'à épuisement des stocks", explique Gauthier Laviron, qui est en discussion avec le CHU de Bordeaux pour qui il imprime déjà quelques pièces de maintenance. Une expérience déjà concluante en Italie.

Lire aussi : Impression 3D : trois startups offrent au CHU de Bordeaux des équipements contre le covid-19

La seconde c'est Thinkdeep.ai qui développe des outils d'intelligence artificielle indique s'attaquer au Covid-19 en mobilisant sa plateforme Deepflow afin d'analyser plus de 29000 publications scientifiques et en faire remonter l'info pertinente.

A noter également, la PME rochelaise Shark Robotics, qui a mis au point un robot pour décontaminer des espaces ou des locaux sans exposer des être humains, et deux entreprises girondines : Ciron SA et PolymerExpert qui ont réorienté tout ou partie de leur capacité de production pour produire du gel hydro-alcoolique en gros.

Les avocats

L'Ordre des avocats et le barreau de Bordeaux assurent des consultations gratuites pour répondre aux questions de tous les chefs d'entreprises, indépendants, salariés et agents du service public en matière de droit du travail ([email protected]) et de droit des affaires ([email protected]). Une réponse est garantie sous 48h.

En complément, le cabinet d'avocat bordelais Barthélémy vient de mettre en ligne une plateforme permettant aux entreprises d'accéder à des infographies, des modèles de notes/de courriers à adapter, des notes techniques, des informations générales, aux principaux textes.

Les chefs d'entreprise

Guillaume-Olivier Doré, CEO de Mieuxplacer, a participé activement à l'opération #Jedonnemon06 sur les réseaux sociaux qui vise à faciliter les échanges et retours d'expériences entre entrepreneurs. "Depuis lundi matin, j'ai eu plus d'une trentaine de chefs d'entreprises par mail ou par téléphone, surtout des patrons de PME de 30 à 50 salariés mais aussi des indépendants. Il y a eu une phase de stupéfaction puis le volet technique et juridique qui est plutôt bien assumé par les pouvoirs publics. L'enjeu pour ceux avec qui j'ai échangé est surtout de valider leurs décisions par rapport à leur boîte et leurs salariés. Il y a un besoin d'empathie et de miroir", témoigne-t-il auprès de La Tribune. Et celui qui est aussi vice-président de French Tech Bordeaux, lance un appel sans ambiguïté aux dirigeants de startups : "les startups sont plutôt mieux accompagnées que la moyenne mais il ne faut pas hésiter une seule seconde à solliciter tous les dispositifs et financements mis en place par l'Etat, Bpifrance, la Région, etc. Ce n'est pas facile de passer d'un statut de héros de l'économie de demain à celui d'appeler au secours mais c'est indispensable de le faire tout de suite pour protéger votre boîte et vos équipes !"

Lire aussi : Au Front : ces initiatives locales qui préparent la reprise économique et le monde d'après

Outils pédagogiques et éducatifs.

Plusieurs startups régionales sont spécialisées dans les approches ludo-éducatives et ont donc ouvert gratuitement leurs services et catalogues pour accompagner les familles et élèves confinés. C'est le cas notamment de Dipongo et de Marbotic.

Lire aussi : L'Edtech de Nouvelle-Aquitaine investit le CES

Pour les enseignants en quête de ressources interactives à distance ou d'espaces de stockage, Arbalet ou Libcast, Nuage, ou encore Maracuja répondent à l'appel. Par exemple, la plateforme bordelaise de digitalisation des formations et des parcours d'évaluation, Keyro, offre deux mois d'accès à sa plateforme SAAS. French Tech Bordeaux dresse la liste à jour de ces nombreuses initiatives ici en y ajoutant également des entreprises qui proposent des solutions, à tarifs spéciaux, aux commerçants et entreprises pour améliorer la gestion du télétravail et des relations clients. C'est le cas d'Akigora, Bziiit, CibleR, Kairos Agency, Vignes & Verres et bien d'autres.

Enfin, d'autres sociétés proposent aussi des produits et solutions aux familles confinées en matière de sport et de loisirs telles que Pony, Sportnovae, Askovet ou encore Yoga&Me. La liste complète est ici.

A l'inverse, la plateforme bordelaise de dons solidaires, Geev, annonce la mise en pause de son fonctionnement jusqu'à nouvel ordre : "Compte-tenu de la situation exceptionnelle que nous vivons, notre messagerie est désormais inaccessible et les mises en relation au sein de Geev sont bloquées." De même, si les réseaux Wanted Community continuent leur activité à plein régime, le Wanted Café à Bordeaux a, lui, fermé ses portes temporairement.

Banques régionales

Appelées par le gouvernement à jouer le jeu en soutenant activement toutes les entreprises, les banques font également des efforts. Comme d'autres, le Crédit mutuel du Sud-Ouest annonce des dispositifs d'accompagnement spécifiques auprès de ses clients professionnels de proximité, viticulteurs, agriculteurs et entreprises, particulièrement touchés par la crise sanitaire actuelle. Au cas par cas, la banque régionale est ouverte à l'aménagement de solutions de trésorerie, le report jusqu'à six mois des remboursements de crédit (capital et intérêts) assorti de la suppression des pénalités et des coûts additionnels des reports d'échéances et la mise en place de prêts bancaires dédiés court ou moyen terme avec garanties spécifiques. Par ailleurs, le CMSO met en place jusqu'à fin avril la gratuité de l'accès au site cmso.com pour les professionnels.

>> Cet article sera mis à jour régulièrement, n'hésitez pas nous faire part de vos initiatives à [email protected]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :