Cdiscount et Geev s'allient autour de la 2e vie des objets

 |   |  752  mots
(Crédits : Cdiscount)
La plateforme e-commerce Cdiscount et la startup Geev, toutes deux bordelaises, viennent d'annoncer la conclusion d'un partenariat autour de la seconde vie des objets. Concrètement, lorsque des internautes commanderont un produit neuf chez Cdiscount, ils se verront proposer de donner gratuitement l'objet qu'ils s'apprêtent à remplacer par l'entremise de Geev.

Plutôt que stocker ou jeter des objets qui n'ont plus d'utilité, Geev propose aux internautes de donner. Les deux pieds dans la "tech for good" - la vraie, pas celle qui se réunit à Paris à l'invitation de l'Elysée - la startup bordelaise fondée par Hakim Baka et Florian Blanc fédère désormais autour d'elle plus d'1,5 million d'utilisateurs dont 60.000 quotidiens. Chaque mois 200.000 annonces sont postées sur la plateforme. Certains l'utilisent pour donner des objets dont ils n'ont plus l'usage ; d'autres sont ravis de les récupérer sans débourser le moindre centime. Alors que les lignes légales bougent fortement sous l'impulsion notamment de la loi anti-gaspillage portée par le gouvernement, les commerçants et e-commerçants regardent justement de près la question du réemploi. Elle aussi basée sur les rives de la Garonne, Cdiscount vient de faire un pas en avant important en ce sens en nouant un partenariat inédit pour un acteur français du e-commerce avec Geev.

La connexion entre la startup de 14 salariés et le mastodonte, n°2 du e-commerce en France derrière Amazon, repose sur une idée simple : lorsque l'internaute commandera par exemple une télévision sur Cdiscount, il se verra proposer de donner celle qu'il possède déjà et qu'il s'apprête à remplacer par l'entremise de Geev. "Les clients poussent de plus en plus pour donner une seconde vie aux objets dont ils n'ont plus besoin, plutôt que de les stocker ou de les vendre. Mais dans les faits, la reprise se fait très peu", résume Hakim Baka. En revanche, la revente a explosé ces dernières années grâce à l'émergence de plateformes telles que Le Bon Coin.

"C'est effectivement devenu un réflexe faute d'alternatives, poursuit Hakim Baka. Mais souvent, le revenu dégagé n'est pas énorme, en tout cas il ne change pas un budget mensuel, et il faut y consacrer du temps sans certitude de pouvoir conclure la vente. Notre objectif est de nous rapprocher de l'acte d'achat pour pourvoir proposer une alternative concrète, celle du don."

La grande distribution en ligne de mire

Geev parie donc non seulement sur le côté citoyen et désintéressé de ses utilisateurs mais aussi sur la responsabilité grandissante des opérateurs commerciaux. Quant à Cdiscount, la plateforme travaillait déjà avec Envie sur une typologie de produits très réduite et permettait déjà aux objets retournés ou invendus d'avoir une seconde vie en les confiant à des associations ou des soldeurs. Le don direct via Geev se présente donc comme une offre complémentaire et gratuite.

Lire aussi : [Dossiers 2018] Pour ses 20 ans, Cdiscount se mue en plateforme globale de l'e-commerce

"Nous avons lancé un test avec Cdiscount et l'usage a bien pris, si bien que nous l'étendons aujourd'hui à la faveur de ce partenariat non financier. Tout le monde est gagnant : Cdiscount complète son offre de service, de notre côté nous espérons des gains notables en matière de visibilité de la marque Geev et de l'usage du don, du trafic sur notre propre plateforme, et de la notoriété et de la légitimité vis-à-vis des acteurs de la grande distribution que nous voulons adresser grâce à nos briques technologiques, que nous pouvons facilement brancher", juge Hakim Baka.

Le modèle économique de la startup repose aujourd'hui sur la publicité qu'elle héberge sur sa plateforme, mais elle espère bien réussir à monétiser ses services auprès des commerçants et e-commerçants, en fournissant ses briques logicielles mais aussi en proposant aux marques des possibilités de communication permettant davantage d'interactions avec leurs clients et de valorisation de leurs initiatives positives.

Dans le même temps, les objectifs attendus au lancement de la verticale "dons alimentaires" ont été dépassés plus tôt que prévus. En juillet, Geev continuait dans la veine des échanges démonétisés entre particuliers pour lutter contre le gaspillage en s'ouvrant au don de denrées alimentaires. "La barre des 10.000 dons que nous envisagions pour décembre a été franchie dès octobre, signe que les craintes psychologiques qui auraient pu bloquer puisque l'on parle d'alimentation donc indirectement de santé, ont sauté", estime Hakim Baka. Comme pour les objets, les produits alimentaires sont postés par les utilisateurs sous forme de petites annonces.

Lire aussi : Geev, un modèle à consolider autour du don d'objets

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2019 à 19:04 :
Il serait temps surtout de secouer les politiciens et d'interdire totalement que des produits de consommation neufs, tels qu'ils soient, soient détruits. Dans les incinérateurs on y brule des oeufs, du lait, de l"huile, des produits d'hygiène et-c et-c...

Mais voilà si tout ce qui est produit est utilisé on va faire chuter la production et c'est là qu'il faut prendre la balle au rebond et générer seulement des produits de qualité. Si on veut une planète propre, on peut prendre le problème dans tous les sens il faudra que les actionnaires milliardaires gagnent moins mais bon avec tout ce qu'ils ont dans leurs paradis fiscaux ils ont de quoi vivre des milliers de fois et à partir de maintenant assumer !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :