La Tribune décrypte les mesures d'aide aux entreprises face au Covid-19

 |   |  243  mots
Jeudi 26 mars à 10h30 un évènement en direct vidéo en accès libre décryptera les mesures de soutien aux entreprises et travailleurs indépendants face à la pandémie.
Jeudi 26 mars, La Tribune a réuni en vidéo et en direct cinq intervenants de Bpifrance, du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, de la CCI Bordeaux Gironde, de l'Urssaf Aquitaine et de la direction régionale des finances publiques (DRFIP). Objectif : présenter en détails les dispositifs de l'Etat et de la Région pour soutenir les acteurs économiques et les aider à surmonter la crise du covid-19. Retrouvez le replay vidéo de cette table-ronde à distance pour répondre aux interrogations des décideurs, chefs d'entreprises et travailleurs indépendants en cette période inédite de confinement sanitaire.

Afin de faire face à cette crise sanitaire et économique sans précédent, La Tribune vient épauler les entreprises régionales, en partenariat avec la CCI Bordeaux Gironde et la Région Nouvelle-Aquitaine et avec le soutien de Bpifrance. Pour vous aider à surmonter cette période difficile, La Tribune a réuni, jeudi 26 mars 2020, plusieurs acteurs clefs, à l'occasion d'une table-ronde numérique diffusée en direct vidéo et accessible à tous sur notre site internet. Cinq participants étaient présents :

  • Laurent de Calbiac, directeur régional de Bpifrance Bordeaux
  • Henri Lourde de Rocheblave, directeur régional de l'Urssaf Aquitaine
  • Patrick Seguin, président de la CCI Bordeaux Gironde
  • Bernard Uthurry, vice-président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge du développement économique et de l'économie numérique
  • Isabelle Martel, directrice régionale des finances publiques (DRFIP) de Nouvelle-Aquitaine

Que vous soyez chef d'entreprise, manager, salarié, travailleur indépendant, artisan, profession libérale ou auto-entrepreneur et que vous soyez confiné chez vous ou au bureau, vous pourrez découvrir les nombreux dispositifs de soutien annoncés tant par l'Etat que le conseil régional pour vous venir en aide en cette période extrêmement compliquée pour l'économie nationale. Prêts à taux zéro, reports de cotisations, remises d'impôts, aides de trésorerie, annulation de dettes, fonds de solidarité, chômage partiel... tous ces outils sont présentés sous l'angle le plus pédagogique et pratique possible.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2020 à 11:28 :
Quels dispositifs pour les sociétés qui sont en redressement judiciaire ?
Actuellement en train de redresser la structure, nous sommes sur la pente ascendante et tout vient se stopper à cause de cette crise.
Les aides bancaires BPI sont bien évidemment refusées et techniquement peu interressante dans notre cas pour ne pas se surendetter davantage.
Pas de réponses aux mails sur le chômage partiel ni aux fonds spécifiques de la région.
Comment faire ?
a écrit le 26/03/2020 à 11:26 :
Les OP et CMA font également le relais auprès des entreprises
a écrit le 26/03/2020 à 11:20 :
Bonjour à tous,
Après vous avoir écoutée, j'ai quelques questions :
- Est-ce que les reports d'impôts fonctionnent-ils aussi pour l'IS ?
- Anticiper le remboursement d'impôts, cela fonctionne aussi pour la TVA ? Si oui, le plafond est-il toujours le même ?
- l'état se porte caution à 90% pour les PGE. Qui se porte garant pour les 10% restants ?
- Quid aides/prêts pour les entreprises qui n'ont pas de salariés et qui ont moins d'1 an de création ?
Merci de vos réponses,
Belle journée et bon courage,
Mathilde Beau
Réponse de le 27/03/2020 à 10:52 :
Bonjour,

- l'Etat se porte caution à 90% pour les PGE. Qui se porte garant pour les 10% restants ?

réponse : les banques portant 10% de risque

Bonne journée
a écrit le 26/03/2020 à 10:23 :
bonjour qu elles aides exactement
merci cordialement
a écrit le 26/03/2020 à 10:22 :
Présidente de l'aria, les adhérents se posent beaucoup de questions concernant la poursuite de leur activité dans la mesure où les chantiers sont arrêtés, les études EXE en stand by car les entreprises ont déclenché pour la plupart le chômage partiel, les services de l'état ou de métropole sont difficilement joignables pour faire avancer les dossiers.
Après avoir mis la plupart de nos collaborateurs en télétravail, nous arrivons au terme de ce qui peut être produit. Nous ne pouvons garder tous les collaborateurs au travail sans risquer de mettre nos entreprises en péril. Serons nous sûr que la DIRRECTE accepte nos dossiers de demande de chômage partiel. A priori certaines demandes sont rejetées.
a écrit le 26/03/2020 à 10:22 :
Bonjour , je suis électricien à mon compte. Ai-je le droit de continuer à aller sur les chantiers ( au moins ceux où je suis le seul à intervenir , maisons en construction) ?
Cordialement
a écrit le 26/03/2020 à 10:18 :
Présidente d'Entraide et Entrepreneurs, je souhaite faire passer le message suivant :
1) Les entrepreneurs en difficultés que nous accompagnons demandent certes des soutiens psychologiques mais surtout la résolution des questions concrètes qui se posent à eux. Comment nos interlocuteurs peuvent ils répondre sans laisser la place à l'abstraction d'un texte ou d'une mesure, sans donner la clé d'une application appropriée de la loi ou du règlement sur les cas qui leur sont soumis
2) Quid des entrepreneurs qui étaient déjà en difficulté qui se trouvent avec des juridictions fermées, et des aides qui ne leur sont pas destinées . Le Président et quelques experts disent "pas de faillite" (mot qui n'existe plus dans le langage juridique) . Comment fait on avec ceux là ?.
a écrit le 26/03/2020 à 10:09 :
Quels sont les dispositions spécifiques pour les entreprises dont l'activité est essentiellement tournées à l'international ? Et notamment pour les PME/PMI et TPE/TPI?

Et du point de vue du "Plan de la relance" économique ou des investissements à venir, quelles initiatives prendre en direction des pays émergents, et notamment de l'Afrique où il y aura encore tout à (re)faire?
a écrit le 26/03/2020 à 9:58 :
Bonjour

Nous sommes une petite carrosserie de 3 salariés. Nous sommes restés ouvert jusqu'à ce jour en ayant anticipé des commandes de pièces et de peinture. Au 16 mars nous avons appris la fermeture de notre distributeur de peinture et plus de livraison de pièces. Nous arrivons au bout de nos missions et avons reçu la dernière le 13 mars. Nous ne faisons pas la mécanique donc ne pouvons travailler sans pièces ni peinture et ne sommes ouvert que depuis 2 ans. Comment puis je bénéficier du chômage partiel pour mes salariés ?
De plus l'Etat d'urgence sanitaire étant prononcé pourquoi ne puis je pas bénéficier de la part de mon assurance de la garantie perte d'exploitation ?
Nous mettons en danger nos salariés pour venir travailler nous devons pouvoir leur apporter des garanties de maintien de salaire et de maintien de leur entreprise.
Merci pour vos réponses claires et pour votre aide.
a écrit le 26/03/2020 à 8:25 :
Bonjour
Patron d'une carrosserie de 3 salariés. Les clients ont annulé ou reporté tous les RDV, pas de pièces détachées. Avec un carnet de commande vide Obligé de fermer. Faisant partie de la liste des entreprises essentielles ont nous refuse la prise en charge du chômage partiel. Quel recours pour mes salariés ? Quelle solution ?

Nous sommes des centaines de petits patrons dans ce cas
Merci de nous aider !
a écrit le 25/03/2020 à 23:34 :
Bonjour,
Concernant la mise en activité partielle, j'ai bien reçu l'identifiant et le mot de passe mais aucune nouvelle du mail de connexion... est-ce normal ?
Je vous remercie
Karine BAILLEUX
a écrit le 25/03/2020 à 15:30 :
Comprendre les conditions et délais d’obtention des mesures gouvernementales .
Merci bien
Laurence Ménard

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :