Comment le distributeur d'énergies Péchavy se prépare à l'après pétrole

 |   |  902  mots
Le négociant et distributeur d'énergies Péchavy est implanté au Passage d'Agen (Lot-et-Garonne) et à Bassens (Gironde).
Le négociant et distributeur d'énergies Péchavy est implanté au Passage d'Agen (Lot-et-Garonne) et à Bassens (Gironde). (Crédits : Groupe Péchavy)
Entreprise centenaire, Péchavy est passée du bois au charbon puis au pétrole. Conscient de l'impact du secteur sur le climat, ce distributeur d'énergies pivote vers les granulés de bois, le gaz naturel et le biofioul pour participer à la transition énergétique. Le groupe familial, implanté en Lot-et-Garonne et en Gironde, emploie 70 salariés pour plus de 90 M€ de chiffre d'affaires et vient de lancer une marque dédiée aux produits de la maison.

Quand on livre du fioul en camion diesel, on pollue deux fois. Une realité pas évidente à assumer. "Nous distribuons des produits pétroliers et nous sommes bien conscients de notre impact sur l'environnement et de la mauvaise image qui va avec. Mais nous sommes d'abord un distributeur d'énergies, pas seulement de produits pétroliers, et nous travaillons depuis 15 ans à la structuration de la filière des granulés de bois", répond Carine Péchavy, la directrice générale de Péchavy Energies Alternatives.

Initier et structurer une filière locale

Si le groupe familial réalise encore 90 % de son activité de négociant et distributeur d'énergies grâce aux produits pétroliers, il a initié un virage vers le chauffage biomasse dès 2006. Aujourd'hui, la vente de granulés de bois, issus de forêts du sud-ouest de la France, pour le chauffage individuel et collectif pèse 2,6 M€. "Au fur et à mesure on convainc nos clients de passer à cette énergie renouvelable, traçable et locale. L'idée fait son chemin et si le volume paraît faible c'est parce qu'il faut le ramener aux prix des granulés, bien inférieurs à ceux des produits pétroliers", poursuit Carine Péchavy, cheville ouvrière de cette filière naissante et ex-présidente de l'Association nationale du chauffage au granulé de bois, Propellet France.

"On est parti de rien. La filière n'existait pas il y a 20 ans dans la région et il a fallu aller rencontrer et convaincre les producteurs de bois en Dordogne, Corrèze, Ariège et dans les Landes. Peu à peu, on a réussi à structurer la filière de production en amont pour pouvoir ensuite garantir un approvisionnement à nos clients", se remémore la dirigeante qui place l'anticipation au rang de "l'ADN du groupe Péchavy".

Une histoire de famille centenaire

L'autre marqueur de l'entreprise est son aspect familial. Pilotée par un trio formé des deux frères Péchavy - Frédéric et Dominique - et de Carine, l'épouse du premier, la société a été créée en 1919 à Agen par Fernand Péchavy autour de la distribution de bois puis de charbon dans les années 1930. En 1970, son fils, Jean-Pierre Péchavy, prend la suite et développe le négoce de produits pétroliers avant de transmettre l'entreprise à ses deux fils.

A 100 ans, le groupe Péchavy emploie désormais 70 salariés, principalement des chauffeurs routiers, et dispose, depuis 2015, de deux sites au Passage d'Agen (Lot-et-Garonne) et à Bassens (Gironde), pour s'adresser au marché de la métropole bordelaise. Actif dans neuf départements du sud-ouest, Péchavy compte 25.000 clients dont un 10e convertis aux granulés de bois. La clientèle va du particulier jusqu'aux enseignes de la grande distribution. Et malgré son âge avancé, le groupe prévoit une croissance de 10 à 15 % de son chiffre d'affaires sur l'année 2019 avec 5 créations de poste à la clef.

Le tout sur un terrain de jeu volontiers limité au quart Sud-Ouest de la France. "Notre obsession c'est de maîtriser totalement la qualité de notre service et de notre produit. Le but est donc de structurer correctement notre ancrage en ex-Aquitaine et ex-Midi-Pyrénées", détaille Carine Péchavy, qui exclut ainsi tout projet d'expansion ailleurs en France ou en Espagne. "En revanche, dans le Sud-ouest, pour rester leader et conforter notre assise, tout est possible, y compris des opérations de croissance externe", prévient-elle.

Verdir le fuel et entrer dans les foyers

Sur le front de la R&D, le groupe Péchavy poursuit ses efforts dans l'optique de limiter autant que possible son empreinte carbone. "Nous travaillons depuis sur un an sur la mise au point d'un biofioul en y intégrant de l'huile de colza produite en France. Frédéric Péchavy suit le sujet au sein de la Fédération française des combustibles, carburants et chauffage (FF3C). Et nous avons aussi des projets en matière de gaz naturel véhicules pour les véhicules légers et les poids lourds avec un approvisionnement local", indique Carine Péchavy. Le biofioul permettrait d'inclure 10 % de biocarburant dans le fioul classique d'ici à 2024 avant, à terme, de passer à 30 %. En parallèle, l'entreprise prévoit de convertir au gaz naturel ses cinq camions de livraison de granulés de bois, ceux transportant du pétrole n'étant pas autorisés à rouler au gaz naturel, tandis que les camions basés à Bordeaux sont labellisés ObjectifCO2.

Enfin, à l'occasion des 100 ans de l'entreprise, Carine Péchavy a mené le lancement de la marque Maison Péchavy qui propose "100 % de produits écoresponsables issus de la filière bois autour du feu de bois et de la cheminée tels que des allumettes et autres allume-feu". Le tout est associé à une boutique en ligne qui permettra à Péchavy, sur ce créneau, de se frotter aux marchés du nord de l'Europe (Belgique, Pays-Bas, Danemark et Suède). Une manière de diversifier encore un petit peu plus l'activité du groupe et de poser de nouveaux jalons pour sécuriser son avenir. "Nous vendons un produit polluant et notre objectif est bien de trouver des alternatives à moyen terme. Cela passera d'abord par la croissance de notre activité biomasse que nous sommes déterminés à accélérer. Le marché est prêt à y aller", conclut la dirigeante agenaise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2019 à 8:34 :
A t on le droit de se poser quelques questions à ce sujet, les granulés bois sont des produits locaux, moins chers et nécessite moins de transports pour la livraison mais leur combustion est elle moins polluante en gaz à effet de serre. Tous les avantages précédemment cités ne sont que des avantages économiques. La combustion du bois produit beaucoup de CO2 et de micros- particules est ce vraiment écologique ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :