France Manufacture va fabriquer des masques avant de relancer les costumes

 |   |  527  mots
L'usine de Limoges sous le nom France Confection avant sa liquidation judiciaire le 18 mars 2020.
L'usine de Limoges sous le nom France Confection avant sa liquidation judiciaire le 18 mars 2020. (Crédits : DR)
C’est la fin de France Confection, placée en liquidation judiciaire le 18 mars, mais pas du costume français qui sortait de l’usine à Limoges. Alors que les actifs de France Confection viennent d’être repris par France Manufacture créée par La Compagnie des Ateliers Peyrache en Haute-Loire, les nouveaux dirigeants, Corinne et Ludovic Gaudic, s’engagent à poursuivre la fabrication de costumes et de tailleurs tout en se diversifiant. En attendant, sur les 85 salariés de France Confection, 15 retrouveront le chemin de l’usine dès lundi pour fabriquer des masques. Un investissement de 100.000 € par an, sur cinq ans, est annoncé pour moderniser l’atelier de Limoges.

La reprise de l'activité est annoncée dès lundi prochain, le 6 avril, sur l'ancien site de France Confection à Limoges, mais aucun costume n'en sortira dans l'immédiat. "Crise sanitaire oblige, nous prévoyons de produire quotidiennement environ 2.000 masques destinés aux professionnels de santé, mais aussi des blouses", précise Ludovic Gaudic, gérant de La Compagnie des Ateliers Peyrache qui a créé la société France Manufacture pour reprendre les actifs de France Confection, le dernier fabricant français de costumes, le 24 mars dernier. France Confection avait été placée en liquidation judiciaire quelques jours plus tôt.

Lire aussi : Le dernier fabricant français de costumes à un moment charnière

Une quinzaine de réembauches

"Il y a un sentiment partagé entre la chance de redémarrer, l'angoisse liée au coronavirus mais aussi la fierté de savoir que cela va servir à quelque chose. Dans tous les cas, nous saisissons la porte ouverte. Nous redémarrons mais tout petit", confie Pierre-Antoine Constantinides, le directeur du site maintenu dans ses fonctions.

Car sur les 85 salariés de l'usine, tous licenciés cette semaine, une quinzaine sera réembauchée dans un premier temps. "Nous ne pouvons pas faire autrement, alors que tout est à l'arrêt aujourd'hui. Nous attendons la fin du confinement pour que les commandes se libèrent et nous privilégierons les anciens salariés lors des prochaines embauches qui se feront en fonction des volumes engagés", précise Ludovic Gaudic qui espère atteindre 1 M€ de chiffre d'affaires en 2021.

La confection de costumes et de tailleurs restera la marque de fabrique de France manufacture. "Il s'agit de préserver le savoir-faire français", insiste Ludovic Gaudic. Mais, en plus de cette spécialité, l'activité de France Manufacture sera élargie avec la création d'un service interne de recherche et développement qui travaillera à l'élaboration de textiles techniques. De nouveaux produits seront également fabriqués dans le secteur des objets publicitaires. "Il faut bien comprendre que la demande en matière de made in France n'est pas réservée au haut de gamme. Il est important d'avoir différents niveaux de marchés", assure Ludovic Gaudic.

500.000 € d'investissement sur 5 ans

Le projet d'usine du futur à 13 M€ envisagé par le groupe Molitor du temps de France Confection, est quant à lui enterré. "Un projet trop coûteux et compliqué à mettre en place dans le textile", a commenté Ludovic Gaudic. Il a en revanche annoncé un investissement de 100.000 € par an pendant cinq ans pour moderniser l'atelier. Une machine de découpe, dont le montant s'élève à 170.000 euros, sera ainsi achetée en priorité pour passer de 40 minutes à 7 minutes de travail. "Le matériel n'avait pas été modernisé. Or, il faut constamment investir pour qu'une entreprise tourne, même quand elle est en difficulté."

Ludovic et Corinne Gaudic avait eux-même racheté La Compagnie des Ateliers Peyrache en Auvergne fin 2015 après liquidation judiciaire. "Nous étions rentables dès la première année", précise-t-il. La holding est spécialisée dans le tissage, la broderie, le tricotage et la confection de bonnet. La marque Blanc Bonnet a notamment vu le jour en 2008.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :