Après M6, comment Sunday veut transformer l'essai en 2020

 |   |  654  mots
L'équipe de Sunday est installée au Village by CA à Bordeaux
L'équipe de Sunday est installée au Village by CA à Bordeaux (Crédits : Sunday)
La startup bordelaise Sunday a décroché 200.000 € lors de l'émission de M6 "Qui veut être mon associé" diffusée ce 11 février. L'occasion de faire le point sur les projets de jeune pousse qui a déjà vendu 7.000 Sunday Box pour lutter contre l'isolement des personnes âgées. Nelly Meunier, sa cofondatrice et CEO, veut lever plusieurs millions d'euros pour s'imposer sur le marché français en 2020.

Permettre à une personne âgée, potentiellement isolée en maison de retraite, d'avoir accès d'un clic sur sa télévision aux photos de ses enfants, petits-enfants et de toute la famille. Ces derniers se réunissant au sein d'une application mobile dédiée pour envoyer facilement photos et vidéos. C'est la promesse de la box développée par Sunday à Bordeaux depuis 2017. Une promesse qui a séduit le jury de l'émission "Qui veut être mon associé ?" diffusée sur M6 ce mardi 11 février. Et plus particulièrement, c'est la cheffe d'entreprise Delphine André, à la tête de l'entreprise familiale de transport Groupe Charles André Transport (1,4 Md€ de CA et 9.300 salariés) et d'une fortune d'un demi-milliard d'euros, qui a décidé de soutenir Sunday. Elle y a investit 200.000 € échange de 10 % du capital de l'entreprise, permettant de valoriser la startup bordelaise, créée en 2016, à environ 2 M€ à l'été 2019.

7.000 unités vendues en quinze mois

Car c'est bien l'été dernier que le tournage de l'émission a eu lieu à l'issue de six mois de sélection. "Ça a été une expérience assez intense avec six mois de préparation, un dossier de questions-réponses sur le business plan de 90 pages, des vidéos, des pitchs, du coaching et puis le tournage qui a duré 1h45", se souvient Nelly Meunier, l'une des trois cofondatrices et la CEO de Sunday. "Près de deux heures sur le grill à répondre au jury, c'est long", sourit la trentenaire qui a bien mesuré les risques avant de se lancer dans l'émission : "A l'époque, on en a discuté avec l'équipe et avec nos investisseurs, et on s'est dit que si on y allait, c'était pas juste pour l'image mais bien pour gagner quelque chose. Ce n'est pas un jeu, on a des employés et des clients qui comptent sur nous."

Sunday Box

La Sunday Box et sa télécommande (crédits : Sunday)

Sunday, basée au Village by CA, à Bordeaux, compte une dizaine de collaborateurs aujourd'hui. Depuis le lancement commercial de la Sunday Box en novembre 2018, plus de 7.000 unités se sont écoulées en vente directe ou via les grandes distributeurs physiques (Darty, Fnac et Boulanger) ou e-commerce (Amazon et Cdiscount). Fabriquée en Chine, la box est vendue à 99 € l'unité. De quoi permettre à la jeune entreprise d'afficher autour de 700.000 € de chiffre d'affaires en quinze mois, dont 540.000 sur la seule année 2019. Les clients sont des particuliers mais aussi, avec un modèle sur abonnement spécifique, des résidences seniors et des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (ehpad).

Un accélérateur de croissance

Dans ces conditions plutôt favorables, Sunday, qui avait déjà levé 1,4 M€ en 2017 auprès du Crédit agricole, de Bpifrance, d'Aquiti Gestion, de Michelin et de business angels girondins, avait-elle besoin de ces 200.000 € supplémentaires ? "Oui, cela nous a permis d'initier l'industrialisation de la fabrication en vue des fêtes de fin d'année 2019 et, au-delà, nous avons pu rencontré Delphine André et bénéficier à plein de son réseau et de son expertise", témoigne Nelly Meunier. "En termes d'expérience, de soutien juridique et financier et d'accès aux bons interlocuteurs, cette nouvelle relation avec Delphine André a vraiment été un accélérateur pour notre développement", poursuit la CEO, dont la quasi-totalité de l'activité est réalisée en France et aux Etats-Unis..

Et la cheffe d'entreprise n'entend pas s'arrêter là. "Nous cherchons à nouveau à lever entre 3 et 4 M€ en 2020 pour industrialiser nos process, recruter et financer le stock, la communication et le marketing. Objectif : passer un cap au plan commercial sur le marché français", explique Nelly Meunier. Si tout ce passe bien, Sunday pourrait compter une quinzaine de collaborateurs fin 2020. D'ici là, l'amélioration de l'interface utilisateur de l'application mobile doit se poursuivre notamment pour permettre l'envoi de messages vocaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :