Nouvelle-Aquitaine : le président de l'UIMM met l'apprentissage au centre de la reprise

 |   |  991  mots
Nicolas Foucard président de l'UIMM de Nouvelle-Aquitaine
Nicolas Foucard président de l'UIMM de Nouvelle-Aquitaine (Crédits : UIMM Nouvelle-Aquitaine)
Au 1er jour du déconfinement, Nicolas Foucard, président de l'Union des métiers et industries de la métallurgie (UIMM), Gironde-Landes et Nouvelle-Aquitaine, livre à La Tribune sa vision de la relance économique. En plus de souplesse pour l'application des nouvelles règles sanitaires dans les entreprises, Nicolas Foucard, par ailleurs directeur de l'établissement ArianeGroup du Haillan (Bordeaux Métropole), en appelle à un Plan Marshall centré sur la formation et l'apprentissage.

LA TRIBUNE - Nicolas Foucard comment analysez-vous la réaction du gouvernement face à la crise économique provoquée par le Covid-19 ?

NICOLAS FOUCARD - L'Etat a réagi avec promptitude et beaucoup d'énergie, les outils de soutien à l'économie qu'il a déployé nous en avions besoin. Les mesures réglementaires d'appui aux entreprises, avec le report des charges, et les volumes financiers mobilisés devraient permettre de répondre aux enjeux immédiats.

Quelles sont vos attentes particulières et quelles critiques avez-vous à formuler au nom des entreprises de la métallurgie en Nouvelle-Aquitaine ?

Ce que je déplore un petit peu c'est que les décisions viennent presque systématiquement d'en haut, et très peu d'en bas à partir des réalités du terrain. C'est la métaphore des petites villes et des campagnes, qui ne sont jamais écoutées.

Concrètement où est-ce que le bât blesse avec ce plan de relance ?

Ce plan de déconfinement est très bien, sauf que beaucoup d'entreprises avaient déjà mis en place des mesures qui pourraient se retrouver en contradiction avec les décisions ou préconisations de l'Etat. Quand on voit les bonnes pratiques qui sont...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2020 à 23:31 :
Nous Bretons on se bat depuis de très nombreuses années pour une régionalisation plus poussée voire un fédéralisme, et toutes les régions commencent à réaliser que c'est d'une logique évidente, les derniers évènements nous ont donné raison, les décisions doivent être prises de façon locales, les impôts générés doivent servir localement pour créer de la richesse, je pense même à une monnaie virtuelle et une bourse locale.
Après ben si l'état central n'est pas bien doué comme celui-ci, peu importe du moment qu'il porte la France à l'étranger et nous laisse bosser pour notre territoire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :