Textile : comment le groupe Lectra construit son offre de mode à la demande

 |   |  1743  mots
Dans la boutique laboratoire de Lectra, le futur trench coat, aux mensurations du client, vient de passer du gris au rouge pour voir l'effet produit.
Dans la boutique laboratoire de Lectra, le futur trench coat, aux mensurations du client, vient de passer du gris au rouge pour voir l'effet produit. (Crédits : Agence Appa/Eric Barrière)
Au coeur de l'industrie 4.0 dans la confection textile, un projet fou se développe : celui de la mode à demande. Pas vraiment du sur-mesure mais plus du tout du prêt-à-porter. En offrant à la clientèle la possibilité de personnaliser le vêtement de ses rêves avant qu'il ait été fabriqué, Lectra, qui a rejoint un consortium nordiste de pointe sur le sujet, entend lutter contre le gaspillage que représentent les invendus. Ainsi, le groupe à monté une boutique futuriste dans son Laboratoire d'innovation, au cœur de son centre névralgique girondin, à Cestas.

Daniel Harari, le PDG de Lectra, l'a souligné à plusieurs reprises : l'horizon de son groupe, leader mondial de la conception et de la fabrication des systèmes de découpe de matériaux souples (cuir, tissus...) les plus avancés au monde, c'est désormais l'usine 4.0. Lectra, qui concentre à Cestas (Gironde) son unité recherche et développement, l'assemblage des systèmes et la vitrine technologique internationale, a réussi à prendre l'avantage sur son concurrent américain Gerber en refusant de se délocaliser en Chine au début des années 2000 et en mettant l'accélérateur sur l'innovation.

Au prix d'une réorganisation interne de grande ampleur menée avec succès par Laurence Jacquot, ex-directrice du site de Cestas désormais en charge de la direction « customer success » (satisfaction client -NDLR), pour réduire drastiquement les coûts, qui s'est avérée déterminante et a permis à Lectra de rester en France. L'an dernier Lectra a réalisé un chiffre d'affaires de 280 M€ avec près de 1.800 salariés, dont environ 700 à Cestas.

Lire aussi : Financièrement très solide, Lectra se prépare à acheter entre 3 et 5 startups en 2020

"Nous en sommes au début du début de quelque chose"

En mars 2019, il y a presque un an jour pour jour, le site girondin de Lectra, entreprise de taille intermédiaire (ETI) hors norme, a inauguré son Lab Innovation. Un laboratoire de l'innovation dont le patron, Philippe Ribera, a ouvert les portes à la presse le 10 mars dernier. Ce laboratoire au cœur de la R&D de Lectra joue un rôle crucial dans la nouvelle stratégie industrielle du groupe.

"Nous sommes engagés dans l'industrie 4.0. L'industrie 4.0 on en parle beaucoup mais elle n'est pas encore là. Nous en sommes au début du début de quelque chose. C'est l'un des chantiers en cours dans le secteur de la mode, où l'on s'efforce de digitaliser la « supply chain » (chaine d'approvisionnement -NDLR). Or, la mode a la particularité d'avoir la suply chain la plus complexe du monde", expose le directeur du Lab Innovation.

Lire aussi : Book Eco 2020 : dans l'usine du futur, hommes et...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :