"A ce stade, le télétravail n'a pas d'impact sur les stratégies immobilières des entreprises"

 |  | 1315 mots
Lecture 8 min.
Valéry Carron, directeur transactions de BNP Paribas Real Estate Bordeaux.
Valéry Carron, directeur transactions de BNP Paribas Real Estate Bordeaux. (Crédits : BNP Real Estate)
INTERVIEW. Entre télétravail, protocoles sanitaires et crise économique, comment se portent les marchés des bureaux, entrepôts et locaux d'activité dans la région bordelaise ? La Tribune a posé la question à Valery Carron, directeur transactions de BNP Paribas real estate Bordeaux et vice-président de l'Observatoire de l'immobilier d'entreprise de Bordeaux Métropole.

LA TRIBUNE - Comment se portent les marchés de l'immobilier d'entreprise à Bordeaux et en Gironde en cette fin 2020 ?

VALERY CARRON - Selon les chiffres compilés par l'OIEB et BNP real estate, nous constatons un excellent dynamisme sur les locaux d'activité et les entrepôts. Un dynamisme qui nous a même étonné puisqu'il s'est traité 220.000 m2 sur les trois premiers trimestres de 2020, soit 43 % de plus qu'en 2019. Ce sont beaucoup de PME et de PMI, mais aussi des transactions importantes comme Joué Club qui s'installe à Cestas sur 28.000 m2. La conclusion c'est que pour l'instant le Covid-19 n'a pas touché ce marché. Une partie du parc d'entrepôts est très ancienne et en phase de régénération, ce qui explique aussi ce dynamisme.

S'agissant des bureaux, l'impact est plus marqué. On constate à Bordeaux Métropole, une baisse des volumes de transactions de l'ordre de 35 % sur les neuf premiers mois de 2020. Mais si l'on compare aux autres métropoles françaises, la région s'en tire plutôt bien puisqu'à l'exception de Marseille, qui est stable, les autres grandes villes sont plutôt autour de -50 %. Si bien que Bordeaux est le troisième marché hors Ile-de-France derrière Lyon et Lille. On a constaté un vrai rebond au 3e trimestre qui s'est avéré très dynamique. Au total, sur les bureaux, on atterrira autour de 110.000 m2 sur l'année 2020, soit une baisse de -80 % par rapport aux 200.000 m2 de 2019 qui était une année hors norme. Le rythme de croisière se situe plutôt autour de 150.000 m2 depuis 2017.

Lire aussi : Immobilier d'entreprise : malgré...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :