Immobilier : les promoteurs craignent que Bordeaux Métropole manque de logements

 |  | 1326 mots
Lecture 8 min.
Le ballet des grues de construction dans le quartier Euratlantique à Bordeaux.
Le ballet des grues de construction dans le quartier Euratlantique à Bordeaux. (Crédits : Agence APPA)
Président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) de Nouvelle-Aquitaine, Arnaud Roussel-Prouvost se montre encore très réservé sur l'évolution d'un marché bousculé par des élections municipales à rallonge, la pandémie de coronavirus et la victoire des écologistes dans plusieurs grandes villes, dont Bordeaux. Contrairement à la mairie, les professionnels de la FPI sont convaincus que Bordeaux Métropole court au-devant des ennuis pour n'avoir pas assez construit depuis 2019.

Malgré la pandémie de coronavirus Bordeaux Métropole reste attractive, mais les professionnels adhérents de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) de Nouvelle-Aquitaine, dont le succès de l'activité professionnelle dépend de nombreux facteurs, comme le dynamisme démographique et économique, tout en étant soumis à de fortes contraintes règlementaires, ne se montrent pas vraiment optimistes.

Lire aussi : "A Bordeaux, on va ralentir le flux de constructions neuves" Bernard-Louis Blanc (1/2)

Dépendants des décisions prises par les maires pour obtenir les permis de construire, les promoteurs immobiliers n'aiment pas les années d'élections municipales, très souvent synonymes de gel des constructions. Sur ce plan, l'année 2020, avec sa première séquence de 55 jours de confinement intégral, qui a coupé en deux grandes parties le 1er et le 2e tour des élections municipales, a battu tous les records de manque de visibilité.

D'autant que la pandémie a provoqué l'arrêt pendant plusieurs semaines de la plupart des chantiers. Cerise sur le gâteau, plusieurs grandes métropoles françaises, dont Poitiers et Bordeaux, en Nouvelle-Aquitaine, ont basculé dans un camp écologiste généralement critique voire hostile à la promotion immobilière. Mais ce qui semble le plus préoccuper Arnaud Roussel-Prouvost est ailleurs et date d'avant les dernières Municipales.

Une baisse drastique des dossiers autorisés

"Nous manquons encore de chiffres précis concernant les permis de construire mais il y a eu une période délétère dans ce domaine en 2019 et même un peu avant. Lors de cette période, à l'approche des élections...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2020 à 14:56 :
Surtout qu'ils n'aillent pas épuiser nos campagnes ou nous commençons à manquer de terres agricoles pour assurer notre indépendance alimentaire. Les promoteurs n'ont qu'a construire mieux et plus haut ! Au XXI eme siècle le logiciel de la croissance économique perpétuelle basée sur l'expansion démographique exponentielle et la surconsommation d'énergies fossiles est devenu caduque. Il va falloir que les économiste s'y soumettent ! Pourquoi des populations vont s'entasser dans les villes alors que les campagnes se désertifient mais que bizarrement on dit aux jeunes agriculteurs de la région qui ne veulent pas faire dans l'intensif, ni dans la viticulture qu'ils n'y a plus assez de terres exploitables pour s'installer ? Etonnant non !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :