Bordeaux : le coworking veut croire en la promesse des beaux jours (2/4)

Le télétravail oui, mais plus à la maison ! Après deux mois de confinement général et plusieurs semaines de reprise partielle des crèches, écoles, collèges et lycées, le "home office" a fait son temps. Mais le besoin de nouveaux espaces hors les murs de l’entreprise reste d’actualité, voire plus prégnant que jamais : les salariés ne sont pas pressés de renouer avec les longs trajets domiciles-travail, et les entreprises, en quête de réduction des coûts, pourraient bien être tentées de limiter leurs surfaces de bureaux. C’est en tout cas sur ce postulat que misent les espaces de coworking pour relancer leur activité post-Covid.
Héméra, à Bordeaux, appuie aussi son modèle économique sur une activité d'évènementiel et de restauration.
Héméra, à Bordeaux, appuie aussi son modèle économique sur une activité d'évènementiel et de restauration. (Crédits : Agence APPA)

"On assiste à un changement de culture : jusqu'à récemment le télétravail était mal perçu en France, mais les entreprises sont en train d'ouvrir les chakras". Gérant de Wigi coworking et vice-président de l'association Comet, Éric San Augustin reste convaincu, malgré le trou d'air créé par le confinement, que le coworking est "un business d'avenir". Et il n'est pas le seul. Des "petits" indépendants aux grands espaces de bureaux partagés, en passant par les structures hybrides type Mama Works ou Héméra, tous s'attendent à voir de nouveaux clients toquer à la porte à la rentrée.

"Il va y avoir des changements dans la manière de travailler, les entreprises vont mettre en place deux ou trois jours de télétravail par semaine, elles auront besoin de moins de superficie dans leurs locaux, et de louer des postes flexibles dans des bureaux partagés", abonde ainsi Alexandra Patat, gérante de Mama Works Bordeaux. Elle n'exclut pas d'ailleurs de bâtir une offre "time share", où une entreprise pourrait louer des bureaux deux ou trois jours par semaine, et une autre louer ces mêmes bureaux les jours restants. Alors que l'incertitude s'abat sur de nombreux secteurs économiques, le bail commercial, qui engage l'entreprise sur un rythme triennal renouvelable (sur 3-6-9 ans), fait assurément pâle figure face aux conditions de résiliation ultra souples proposées par les espaces coworking (un à deux mois de préavis).

"Conserver une vitrine"

En démontrant que le travail à distance était capable de fonctionner, le confinement a en réalité "accéléré en France une transformation globalement à l'œuvre sur le marché de l'immobilier de bureau", analyse pour sa part Christophe Burckart, directeur général d'IWG France, implanté à Bordeaux à travers ses marques Spaces, Régus, HQ et Signature. À termes, "les entreprises pourraient conserver un environnement de travail vitrine" dans leurs territoires d'implantation, et "louer des bureaux partagés à coûts variables pour leurs collaborateurs", imagine-t-il.

IWG s'est d'ailleurs imposé en leader mondial du marché par un maillage de plus en plus fin des territoires, et la possibilité offerte à ses clients de "naviguer" entre ses espaces de bureaux, au gré de leurs besoins. Un réseau "essentiel" pour Christophe Burckart, puisqu'il permet de "fluidifier au maximum le télétravail des clients".

"Les collaborateurs ne voudront pas d'un bureau froid"

"Oui le télétravail en bureaux partagés pourrait bien se développer en France, à l'image de ce qui s'est fait en Grande-Bretagne ou au Canada", acquiesce Julien Parrou Dubosq, fondateur d'Héméra. "Mais les collaborateurs ne voudront pas d'un bureau froid, sans espaces communs, sans convivialité. Il faut pouvoir leur proposer plus que ça."

C'est justement l'ADN de ces espaces hybrides qui mêlent openspace et bureaux privatifs, avec une activité événementielle non négligeable (15 % en l'occurrence pour Héméra) : offrir aux coworkers l'accès à une "communauté" bien identifiée, dans un lieu propice aux rencontres professionnelles, et faire vivre ce réseau. On y privatise le bar ou la terrasse pour une soirée après une journée de travail, on y organise une rencontre professionnelle dans l'atrium, et on y consolide au passage son activité. Autant de traits communs avec Mama Works, qui met aussi "à profit toute l'expertise hôtelière du groupe" pour créer un espace "chaleureux et bienveillant". Et consolider ainsi son activité événementielle, qui représente près d'un tiers de son chiffre d'affaires.

Un modèle d'avenir en tout cas pour Héméra, qui ouvrira prochainement un nouvel espace de 1.900 m2 du côté de la place Ravezies, à Bordeaux, dédié aux entreprises de l'IA et de la data. "On veut pouvoir créer une cohérence dans chacun de nos espaces", précise Julien Parrou Dubosq.

Lire aussi : Héméra va ouvrir un 2e espace de coworking à Bordeaux, en partenariat avec Clairsienne

Connue pour le déploiement exponentiel des espaces de coworking ces dernières années, passés d'une vingtaine en 2016 à près de 80 aujourd'hui selon l'association Comet, la métropole bordelaise, et avec elle la Nouvelle Aquitaine, pourraient donc bien avoir une carte à jouer dans les mois qui viennent. La Région et l'association Coop tiers lieux ne s'y trompent d'ailleurs pas : toutes deux préparent un plan de communication conjoint sur l'intérêt du télétravail en tiers lieux, à paraître prochainement, selon l'association.

///////////////////////

A lire aussi les trois autres volets de notre dossier :

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.