Back Market Bordeaux quitte Darwin pour grandir encore

 |   |  393  mots
Une partie de l'équipe bordelaise de Back Market
Une partie de l'équipe bordelaise de Back Market (Crédits : Back Market)
En l'espace de quinze mois, le bureau bordelais de la startup spécialiste des produits numériques reconditionnés est passé de dix à 45 personnes. Back Market, qui vise 65 salariés à Bordeaux en fin d'année, quitte les murs du Campement à Darwin pour rallier les Bassins à flot.

Fondée en 2014 à Paris par Thibaud Hug de Larauze, Vianney Vaute et Quentin Le Brouster, Back Market s'est vite imposée sur le marché du reconditionné avant d'ouvrir un bureau à New York puis, au printemps 2018, à Bordeaux. C'est au sein de l'écosystème Darwin, en cohérence avec sa stratégie de promotion du réemploi, qu'une équipe d'une dizaine de salariés dédiés au suivi qualité s'est installée. U peu plus d'un an plus tard, Back Market emploie désormais 45 personnes à Bordeaux où il devient indispensable de pousser les murs et même de traverser la Garonne.

Lire aussi : Produits reconditionnés : le français Back Market lève 41 millions d'euros pour conquérir les Etats-Unis

"Nous quittons le Campement où nous avons passés 18 mois formidables pour nous installer dans nos propres locaux dans le hangar G7 aux Bassins à flot à partir du 1er juillet", indique Nicolas Pellissier, responsable qualité chez Back Market et pilote de l'antenne bordelaise. Outre le cadre de vie et le dynamisme des entreprises numériques du secteur, la startup cherche avant tout de l'espace et louera donc 900 m2 de façon à préparer l'avenir.

20 recrutements d'ici fin 2019

A Bordeaux, l'équipe de Back Market est principalement dédiée au service client et au suivi qualité des reconditionneurs pour les marchés européens où la startup est présente (France, Allemagne, Espagne, Italie, Belgique). Et les effectifs vont encore croître. "Nous devrions être entre 60 et 70 salariés à Bordeaux en fin d'année ce qui représente donc une grosse vingtaine de recrutements sur des profils capables de suivre des clients professionnels, des ingénieurs et analystes de données opérationnels mais aussi des data scientists et, ensuite, des développeurs web", énumère Nicolas Pellissier, qui salue le dynamisme de l'écosystème local :

"Sur des profils de services clients, on reçoit 25 candidatures dont douze très qualifiées, ce qui facilite grandement le recrutement ! C'est un peu plus compliqué sur les postes de développeurs web ou de data scientists mais l'attractivité de Bordeaux permet de convaincre de beaux profils !"

Au total Back Market emploie 45 salariés à Bordeaux, 115 à Paris et dix à New York. La startup refuse de dévoiler ses chiffres pour 2018 mais revendique "une croissance proche des trois chiffres" par rapport à 2017 où le volume d'affaires s'est élevé à 95,5 M€.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :