La pépite des applis musicales MWM débarque à Bordeaux

 |   |  578  mots
Les locaux de MWM à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) où travaillent les cinquante salariés de l'entreprise.
Les locaux de MWM à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) où travaillent les cinquante salariés de l'entreprise. (Crédits : MWM)
Créée en 2009, la startup française MWM (Music World Media) affiche plus de 300 millions de téléchargements de sa quinzaine d'applications mobiles dans le secteur de la musique. Production, apprentissage, utilitaires : l'entreprise fait feu de tout bois mais se retrouve freinée dans son développement par les difficultés de recrutement à Paris. Elle annonce donc à La Tribune l'ouverture d'un bureau dans le centre de Bordeaux au mois de septembre et recrute dès maintenant une dizaine de profils tech.

"Nous sommes un développeur d'applications mobiles spécialisées dans le secteur de la musique, qu'il s'agisse de production musicale avec Edjing, d'apprentissage d'instruments ou d'applications utilitaires telles que des accordeurs ou des métronomes. En bref, on fait tout sauf le streaming", synthétise Jean-Baptiste Hironde, le PDG de la méconnue startup MWM pour Music World Media (ex DJit). Créée en 2009 et présente sur le mobile depuis 2012, cette jeune pousse parisienne propose une quinzaine d'applications mobiles et affiche un vertigineux total de 300 millions de téléchargements, dont un tiers sur les six derniers mois. Son modèle économique repose sur du freemium mêlant recettes publicitaires, options payantes et abonnements pour un chiffre d'affaires non dévoilé.

Lire aussi : Qui est MWM, le champion français aux 200 millions d'applis musicales téléchargées ?

"Il faut absolument se délocaliser à Bordeaux"

"Nous sommes l'un des leaders mondiaux des applications musicales, notamment sur iOS, avec une croissance très forte en termes d'usages et d'audience", assure cependant Jean-Baptiste Hironde qui vient de lancer trois nouvelles applications : Beatwave (création musicale), Drum Machine Music Maker (création musicale) et TaoMix 2 (méditation sonore). Problème : cette hausse continue des besoins de maintenance et d'amélioration des applis lancées et de développement des nouveaux produits est chronophage et nécessite d'étoffer les équipes rapidement, ce qui n'a rien d'évident à Paris :

"Aujourd'hui ce serait un frein de rester à Paris donc si on ne veut pas ralentir notre croissance il faut absolument se délocaliser à Bordeaux pour se rapprocher des talents et d'un écosystème très dynamique et davantage bienveillant qu'en Ile-de-France", affirme sans détour Jean-Baptise Hironde, qui poursuit : "On va être clair, à Bordeaux, on réussit à embaucher un bon profil par semaine quand on est plutôt à un recrutement en six mois sur le marché francilien qui est archi-bondé."

15 personnes à Bordeaux d'ici septembre 2020

A compter de septembre prochain, Bordeaux sera donc la première implantation de MWM hors de la région parisienne. Quatre personnes sont en passe de rejoindre le bureau bordelais qui s'installera très probablement dans un coworking proche de la gare Saint-Jean ou en plein centre-ville. "A partir de septembre, on se laisse douze mois pour monter à un effectif d'une quinzaine de personnes : des UI et UX designers, products owners et développeurs mobiles iOS et Android", précise le PDG qui ne fixe pas réellement de plafond à l'antenne bordelaise. Celle-ci pourrait à terme accueillir une bonne partie des équipes techniques. "Il y a des envies légitimes de mobilité vers Bordeaux en interne et il y aura du mouvement même si évidemment tout le monde ne pourra pas quitter Boulogne-Billancourt", prévient cependant Jean-Baptise Le Hiron.

MWM est par ailleurs déjà présente indirectement dans la région puisque c'est à Bayonne qu'elle produit son Mixfader, un petit objet qui permet aux DJ de mixer avec le pouce. Après Deezer l'an dernier, c'est donc un autre acteur de premier plan du secteur musical qui s'installe à Bordeaux. "En venant à Bordeaux on bénéficiera d'une belle exposition pour attirer des profils intéressants sur notre nom et notre perspective de croissance et, avec Deezer, j'espère qu'il sera possible de créer une effervescence autour de ces technologies du streaming et des outils musicaux", conclut le PDG de MWM qui n'exclut pas, à l'avenir, d'ouvrir des antennes du côté de Montpellier ou de Rennes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :