Avec Microsoft Flight Simulator, Asobo Studio s'envole pour au moins dix ans

 |  | 1683 mots
Un A320 Neo survolant Montpellier dans Microsoft Flight Simulator développé par Asobo Studio à Bordeaux.
Un A320 Neo survolant Montpellier dans Microsoft Flight Simulator développé par Asobo Studio à Bordeaux. (Crédits : Microsoft Flight Simulator, 2020)
Le studio bordelais Asobo Studio signe la nouvelle édition de Microsoft Flight Simulator, sortie en août dernier sur PC et qui cumule déjà plusieurs milliards d'heures de vols. Un tour de force technique qui occupera 120 salariés pendant encore au moins dix ans ! Technologies utilisées, contenus en projet et modèle économique : entretien avec Sebastian Wloch, CEO et cofondateur d'Asobo, et Martial Bossard, producteur exécutif de Microsoft Flight Simulator chez Asobo.

LA TRIBUNE - Comment se porte Asobo Studio en cette rentrée et que pèse Microsoft Flight Simulator, votre plus gros projet à ce jour, dans l'activité de l'entreprise ?

Sébastien WLOCH, CEO et cofondateur d'Asobo Studio - Nous travaillons sur le jeu depuis plus de trois ans et demi maintenant ! Le développement et le suivi du jeu occupent aujourd'hui 120 salariés à plein temps au sein d'Asobo Studio qui compte 210 collaborateurs au total. Nous avons réalisé 17 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019, sachant que les ventes de notre dernier jeu A Plague Tale : Innocence, sorti en mai 2019, ne sont pas encore comptabilisées dans ces chiffres. On en a déjà vendu plus d'un million d'exemplaires et cela devrait durer encore quelques temps vu les très bons retours que l'on a eu. Donc Asobo se porte bien !

Quels ont été, selon vous, les principaux défis techniques à surmonter pour mener à bien Microsoft Flight Simulator ?

SW - Pas évident de répondre à cette question ! Je dirais que la première difficulté a été de réussir à déporter 99,9 % des données du jeu dans le cloud avec la technologie de Microsoft Azure ce qui nous permet de modéliser la planète entière avec un très haut niveau de détails. En clair : le rendu visuel est calculé sur l'ordinateur du joueur mais toutes les textures et les données 3D qui sont utilisées proviennent du cloud.

Martial BOSSARD, producteur exécutif de Microsoft Flight Simulator chez Asobo - D'habitude ces données sont stockées sur le Blue-ray, le DVD ou la cartouche du jeu, mais pour Flight Simulator on utilise 2,5 petabytes de données numériques. En clair, cela représente l'équivalent de l'espace de stockage de 1,7 million de DVD ! Et cette quantité va grandir au fur et à mesure des mises à jour. L'utilisation du cloud était donc incontournable pour avoir le rendu souhaité.

SW - La seconde réussite technique du jeu c'est la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :