Immobilier : les villes moyennes ont-elles vraiment le vent en poupe autour de Bordeaux ?

 |  | 1087 mots
Lecture 7 min.
Autour de Bordeaux, Libourne fait partie des villes prisées par les particuliers à la recherche d'un bien à acheter.
Autour de Bordeaux, Libourne fait partie des villes prisées par les particuliers à la recherche d'un bien à acheter. (Crédits : Ville de Libourne)
Le déconfinement du printemps a accéléré la demande des particuliers cherchant à s’installer dans les villes moyennes autour de Bordeaux. S’il y avait déjà une tendance en ce sens, les agents immobiliers interrogés par La Tribune à Libourne, Langon, La Réole et Marmande confirment une activité encore plus intense ces derniers mois. Et pour cause : les prix y sont plus abordables pour une maison avec terrain et les réseaux ferré ou routier assurent une liaison rapide avec la métropole.

Si l'attractivité de Bordeaux n'est plus à prouver, en matière d'hébergement, c'est désormais au-delà de la métropole que les changements se font le plus sentir. "Il y a une évolution favorable pour les villes de taille moyenne", reconnait Thierry Guérin, président de la Fnaim (Fédération nationale de l'immobilier) en Gironde qui précise que tout le département est désormais concerné par une hausse de la demande en matière immobilière. "La limite des 20 kilomètres autour de Bordeaux est d'ailleurs repoussée."

"Ce phénomène n'est pas nouveau", insiste Thierry Guérin. On l'observe depuis l'augmentation des prix sur Bordeaux, en particulier depuis 2017 avec la mise en service de la LGV.  En revanche, le déconfinement a accéléré la demande des maisons avec jardin. Et si le marché sur le bassin d'Arcachon est un peu à part, c'est tout l'axe entre Bordeaux et le bassin qui se tend. Les Bordelais regardent du côté de Saint-Loubès, Libourne, Langon, La Réole ou Castillon-la-Bataille."

Lire aussi : Le marché immobilier bordelais stationne à très haute altitude

En témoigne Christelle Lalanne, pour l'agence Transaxia à La Réole :

"Nous n'avons pas touché terre pendant trois mois après le confinement, c'était le grand boom. Et récemment, juste avant le deuxième confinement, un couple qui vivait en appartement à Bègles, dans la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :