Nouvelle-Aquitaine : Etat, Région et CCI au contact pour amplifier la relance

 |  | 1018 mots
Lecture 6 min.
Alain Rousset (Région Nouvelle-Aquitaine) et Jean-François Clédel (CCI Nouvelle-Aquitaine) le 21 janvier 2021
Alain Rousset (Région Nouvelle-Aquitaine) et Jean-François Clédel (CCI Nouvelle-Aquitaine) le 21 janvier 2021 (Crédits : Région Nouvelle-Aquitaine SBR)
Les CCI de Nouvelle-Aquitaine et le Conseil régional ont formalisé une convention visant à améliorer l'efficacité de leurs aides aux entreprises tandis que le comité de suivi Etat-Région du plan de relance est sur pied depuis mi-décembre. Objectif prioritaire : informer et soutenir le plus grand nombre possibles d'entreprises partout dans la région. Parallèlement, le gouvernement déploie son plan "un jeune, une solution".

Dans une région qui compte près de la moitié des clubs du Top 14, il est plutôt naturel de voir les acteurs politiques et économiques former un pack face à la crise économique. A la charnière, en guise de demi de mêlée, on trouve Alain Rousset et le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui multiplient les initiatives, dispositifs et conventions pour faire ruisseler les aides sonnantes et trébuchantes des plans de relance étatique et régional. La Région fait ainsi le lien entre les lignes arrières de l'Etat, qui apportent des financements colossaux (100 milliards d'euros dont 40 % provient de l'Union européene) et des aides tout aussi massives aux entreprises, et les avants, incarnés ici par les Chambres de commerce et d'industrie, chambres de métiers et autres clusters thématiques qui sont au contact direct des entreprises, petites et grandes, dans chaque département.

Lire aussi : Loyers et trésorerie : les aides aux entreprises de Bordeaux Métropole sont loin d'être épuisées

Convention Région-CCI

Le 21 janvier, une convention a ainsi été signée entre la Région, la CCI Nouvelle-Aquitaine et les chambres consulaires départementales pour coordonner leurs actions d'aides aux entreprises au cours des deux années qui viennent. Objectif principal :

"Détecter et qualifier les besoins des entreprises au plus près des territoires, garantir le maillage territorial des actions, c'est-à-dire d'en assurer le déploiement sur l'ensemble des 12 départements de Nouvelle-Aquitaine, y compris sur les territoires ruraux éloignés des principaux bassins économiques de la région, et déployer une offre d'accompagnement à destination des porteurs et porteuses de projet, et des entreprises tout au long de leur cycle de vie."

Lire aussi : "Il faut sauver les 17 CCI hyper-rurales !", alerte Françoise Cayre qui préside la CCI de Corrèze

L'ambition partagée est bien d'avoir un impact conséquent :

"L'objectif est de sensibiliser 12.000 entreprises et d'en accompagner 3.000 sur la période 2021/2022", confirme ainsi Jean-François Clédel, le président de la CCI Nouvelle-Aquitaine.

Et, outre la crise économique, les mesures de relance nationales et régionales, les sujets à aborder seront nombreux au cours des 24 prochains mois : les transitions numériques, écologiques et énergétiques ; la diversification des activités, le renforcement des filières régionales prioritaires, l'amélioration de la performance industrielle des entreprises régionales notamment via le programme "Usine du futur", l'objectif d'un territoire "zéro déchet" en 2020 ou encore l'accompagnement à l'international. Le tout en lien avec le Schéma régional de développement économique, d'innovation et d'internationalisation (SRDEII). Plusieurs thématiques d'accompagnement seront mises en avant : observation économique, création, développement et transformation des entreprises, prévention et valorisation des déchets et économie circulaire, RSE et transmission d'entreprises.

Lire aussi : Industrie : l'UIMM Nouvelle-Aquitaine déploie un plan de relance de 5,2 millions d'euros

Comité de suivi du plan de relance

Le 16 décembre 2020, c'était avec la préfète de Région, Fabienne Buccio, et la directrice régionale des finances publiques, Isabelle Martel, qu'Alain Rousset a inauguré le comité régional de suivi du plan France Relance et de ses 100 milliards d'euros : l'écologie (30 milliards d'euros), la compétitivité (34 milliards d'euros) et la cohésion (36 milliards d'euros). Cette structure ad hoc qui réunit collectivités, partenaires sociaux, représentants socio-professionnels, opérateurs tels que la Banque des Territoires et Bpifrance, et les services de l'État et du conseil régional poursuit trois tâches :

  • informer l'ensemble des acteurs locaux sur le plan France Relance ;
  • suivre l'avancement des projets ;
  • identifier et résoudre les points de blocage éventuels.

Lire aussi : Relance, grippe aviaire, circulation : les voeux de Fabienne Buccio, préfète de Nouvelle-Aquitaine

Un bilan préliminaire fin 2020 donnait les chiffres suivants :

  • 10 entreprises régionales sont lauréates du fonds d'accélération des investissements industriels dans les territoires pour 6,4 millions d'euros.
  • 23 projets sont lauréats des fonds de soutien à la modernisation et à la diversification des filières automobile et aéronautique pour près de 18 millions d'euros
  • 9 millions d'euros sont mobilisés par l'État pour la sauvegarde et l'entretien des cathédrales de Bayonne, La Rochelle et Limoges.
  • 337 projets ont été retenus pour la rénovation énergétique des bâtiments publics en Nouvelle-Aquitaine pour 221 millions d'euros.

Parallèlement, un accord régional de relance 2021/2022 voté par le conseil régional, doit permettre de mobiliser 2,8 milliards d'euros de crédits de l'État et de la Région pour accompagner la relance.

Le Plan "1 jeune, 1 solution"

Enfin, dans le cadre du dispositif "1 jeune, 1 solution", 58 millions d'euros supplémentaires ont été versés par l'État au conseil régional pour la formation en Nouvelle-Aquitaine. Ce plan national vise à inciter les entreprises à embauche, via des aides, à augmenter les formations des jeunes aux métiers de demain et à accompagner plus significativement les jeunes éloignés de l'emploi. Tous les dispositifs pour les étudiants, demandeurs d'emplois et employeurs sont rassemblés sur une plateforme unique : 1jeune1solution.gouv.fr.

Selon le bilan établi le 14 janvier dernier par la préfète de Nouvelle-Aquitaine, plus de 36.000 jeunes ont bénéficié des ces aides, plus de 13.000 ont suivi une formation en 2020, 9.000 demandeurs d'emplois de moins de 26 ans ont été accompagnés de manière intensive par Pôle emploi et plus de 23.000 employeurs ont bénéficié des aides à l'embauche. Au total, "ce plan a touché jusqu'ici plus de 40.000 jeunes, avec notamment 17.000 signatures de contrats en apprentissage, soit +35 % par rapport aux dernières années", indique la préfète de Nouvelle-Aquitaine.

Lire aussi : Emploi : les obstacles se multiplient sur le parcours d'insertion des jeunes

/////////////////

Lire aussi :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :