France Relance : Poral investit trois millions d'euros dans un nouveau four et l'impression 3D (3/6)

 |  | 717 mots
Lecture 4 min.
Anciennement Sintertech, l'entreprise Poral, à Oloron-Sainte-Marie, va se doter d'un nouveau four et se lancer dans l'impression 3D métallique
Anciennement Sintertech, l'entreprise Poral, à Oloron-Sainte-Marie, va se doter d'un nouveau four et se lancer dans l'impression 3D métallique (Crédits : Poral)
Poral (ex-Sintertech) qui conçoit majoritairement des pièces mécaniques pour l'automobile investit 3 millions d'euros dans ses usines d’Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques) et du Pont-de-Claix (Isère) dont la moitié est financée par l’Etat dans le cadre du plan France Relance. L’entreprise va faire entrer des robots dans l’usine pour faciliter le transfert des pièces et se lancer dans l'impression 3D métallique. A la clé une vingtaine d’embauches d’ici à 2023.

Un an après la reprise de Sintertech menacée de liquidation et malgré la crise du Covid-19 qui a débuté trois mois plus tard, l'entreprise renommée Poral garde la tête hors de l'eau. "Nous sommes nettement plus petit, mais nous avons l'avantage d'être bien dimensionné ce qui a permis de sauver nos activités", reconnait Denis Pugnet, directeur général de Poral. L'entreprise emploie désormais 70 personnes, dont 50 à Oloron-Sainte-Marie, dans les Pyrénées-Atlantiques, et une vingtaine en Isère contre 280 salariés, dont 73 à Oloron-Sainte-Marie, sous l'ancienne configuration Sintertech.

Lire aussi : Automobile : à Oloron l'usine Sintertech en sursis jusqu'à fin décembre

Spécialisée dans la métallurgie des poudres, la société a vu son chiffre d'affaires chuter de -60 % pour la partie automobile quand l'activité de fabrication de coussinets autolubrifiants a baissé de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2021 à 10:17 :
Ancien salarié de Sintertech, je découvre avec plaisir que les investissements reprennent après ces années de décroissance continue qui ont conduit sans surprise à l’effondrement d'une technologie remarquable .
Je fais confiance aux ex collègues et au nouvel acquéreur pour poursuivre le développement de la métallurgie des poudres en France et conserver ce savoir unique .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :