Repris par le groupe chinois Wencan, Le Bélier change de dirigeants

 |  | 581 mots
Lecture 3 min.
Malgré une année 2020 difficile, Le Bélier peut encore espérer rebondir.
Malgré une année 2020 difficile, Le Bélier peut encore espérer rebondir. (Crédits : Phil Noble)
La vente du groupe familial Le Bélier à Wencan va priver la Gironde de son dernier centre de décision industriel dans l'automobile. Le président Philippe Galland, qui doit être remplacé par Jiexiong Tang, a d'ores et déjà démissionné. A terme, le groupe de Shanghai s'engage à retirer Le Bélier de sa cotation en bourse. A la suite du Covid-19, son chiffre d'affaires a plongé de -54,1 % au deuxième trimestre 2020.

Avec la réalisation de la cession au groupe chinois Wencan du bloc de contrôle de son capital, entérinée le 28 juillet dernier, l'équipementier automobile girondin Le Bélier, groupe multinational installé à Vérac, en zone rurale, en termine avec son histoire d'entreprise française.

Lire aussi : Automobile : en 2019, le groupe Le Bélier a tenu le coup malgré un gros choc

Premier signe tangible de ce virage historique : la démission dès le 28 juillet de Philippe Galland, président du groupe familial. Certains diront que ce dernier, après des mois de négociations, a réussi à vendre au meilleur moment. L'accord s'est conclu le 8 janvier dernier alors que le marché...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :