Le groupe Le Bélier en baisse sur 2019 prévoit une relance des ventes

 |   |  699  mots
Le marché automobile européen s'essouffle.
Le marché automobile européen s'essouffle. (Crédits : Reuters)
Avant sa cession à industriel chinois, l’équipementier automobile girondin Le Bélier clôture l’année 2019 avec un chiffre d’affaires en recul de 10,9 % sur un an. La direction se montre optimiste au sujet des ventes en 2020, que devrait doper le lancement de nouveaux produits.

Le groupe Le Bélier, équipementier automobile international dont le siège social est situé à Vérac (Gironde), vient de publier son chiffre d'affaires pour l'exercice 2019, qui a atteint 319,5 M€, en recul de 10,9 % sur un an. Au 4e trimestre l'activité du groupe, dont Philippe Galland est le président et Philippe Dizier le directeur général, a reculé de 7,4 % par rapport à la même période en 2018. Le marché automobile mondial est à la peine, une tendance qui n'épargne pas l'équipementier de Vérac.

Lire aussi : Pour la première fois en 7 ans, le marché automobile européen devrait baisser

Le Bélier fabrique ses pièces et systèmes automobiles en aluminium et reste tributaire de la variation des cours de ce métal. Corrigé des variations de l'aluminium et des effets de change, le chiffre d'affaires du groupe n'est ainsi qu'en retrait de 3,3 % au 4e trimestre et de 8,9 % sur l'exercice. Fin décembre, le tonnage d'aluminium vendu par Le Bélier s'est élevé à 64.780 tonnes, en recul de 9,9 % sur un an « avec néanmoins une tendance à la reprise sur le dernier trimestre », relève la direction.

330 M€ de commandes engrangées dans l'année

L'activité prépondérante de fonderie a généré 266,1 M€ de chiffre d'affaires sur l'exercice, en retrait de 11,8 %, tandis que la fabrication d'outillages chutait de 31,5 %, à 9 M€. Seul l'usinage a été positivement orienté pendant l'année, à 38,6 M€, soit une hausse de +3,7 %. La direction du groupe souligne à ce propos que l'activité d'usinage a été renforcée par le démarrage de deux nouvelles unités de production en Serbie et en Chine. Quant à l'activité outillages elle reste non linéaire dans sa facturation et 2019 succède à un exercice 2018 qui avait été particulièrement élevé en montant facturé. Malgré ce coup de mou, la direction souligne que Le Bélier a réussi à totaliser plus de 330 M€ de commandes en 2019.

Par ailleurs, le groupe anticipe une croissance des ventes en 2020 et le lancement de 83 nouveaux produits, dont 20 qui avaient été initialement prévus pour 2019 et qui ont été retardés par les clients. Même si ces éléments n'ont aucun lien direct entre eux, rappelons que le 9 décembre dernier Copernic, la société holding de contrôle de la famille Galland, qui détenait 57,68 % du capital de Le Bélier au 31 décembre 2018, ainsi que l'actionnaire Philippe Dizier, directeur général, ont annoncé être entrés en négociations exclusives pour céder un bloc de contrôle du groupe girondin à la société chinoise Guangdong Wencan die Casting Co., dénommé Wencan, à Foshan (sud de la Chine).

Lire aussi : Industrie : le groupe Le Bélier va passer sous contrôle chinois

Une vente calée à 38,18 € d'ici le mois de juin

L'objectif est de céder au groupe chinois un bloc de contrôle représentant 61,96 % du capital de Le Bélier, au prix de 38,18 euros l'action. Opération qui sera suivie du dépôt d'une offre publique d'achat obligatoire simplifiée au même prix de 38,18 euros par action, sachant que le titre a clôturé cette journée du 23 décembre à 36,7 euros. Ces négociations exclusives se sont traduites pas la signature le 8 janvier dernier, par les principaux actionnaires majoritaires de Le Bélier et par Wencan du contrat de cession entre les deux parties. Signature qui a été officiellement portée à la connaissance du groupe.

Pour être définitivement validée cette transaction, qui devrait rapporter un peu plus de 150 M€ aux cédants, va devoir recevoir le feu vert des autorisations règlementaires en France, au titre du contrôle des investissements étrangers, et en Chine, au titre cette fois des investissements directs à l'étranger et du contrôle des changes. L'approbation des autorités de la concurrence allemande et slovaque, ainsi que l'approbation de l'acquisition - à la majorité des deux-tiers des droits de vote - par les associés de Wencan. Etant précisé que les actionnaires de ce groupe chinois, qui représentent environ 68,18 % du capital de Wencan, ont consenti un engagement irrévocable de voter en faveur de l'acquisition. La vente du bloc de contrôle devrait intervenir en fin du premier semestre 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :