L'office de tourisme sur le pont pour sortir Bordeaux Métropole du marasme

 |  | 1211 mots
Lecture 7 min.
Gustav Klimt : l'expo qui a fait sauter les compteurs de fréquentation en 2020 à la Base sous-marine de Bordeaux.
Gustav Klimt : l'expo qui a fait sauter les compteurs de fréquentation en 2020 à la Base sous-marine de Bordeaux. (Crédits : Culturespaces)
L'impact de la crise du Covid-19 a été maximal sur une fréquentation touristique largement alimentée par les touristes étrangers à Bordeaux Métropole. La nouvelle équipe d'élus métropolitains ne baisse pas les bras malgré une situation exceptionnellement mauvaise. Des éléments très positifs, comme le succès phénoménal des Bassins de Lumières, laissent néanmoins penser que le redressement pourrait être rapide.

Le choix du lieu pour présenter ce mardi 2 mars les résultats 2020 de la fréquentation touristique de la métropole se voulait symbolique et l'a été. Brigitte Bloch, vice-présidente de Bordeaux Métropole en charge du tourisme des événements et des équipements métropolitains et présidente de l'Office de tourisme et des congrès de Bordeaux Métropole (OTCBM), a jeté son dévolu sur le Burdigala, un hôtel bordelais quatre étoiles, et a revendiqué ce choix.

"Organiser une conférence de presse dans un hôtel et en présentiel, c'est pour montrer que c'est possible. Nous devons préparer l'avenir !", confirme la patronne du tourisme métropolitain.

Lire aussi : Tourisme : comment Bordeaux Métropole veut relancer sa capacité à séduire

Une aide aux loyers très prisée par les professionnels

Bordeaux métropole, où le tourisme avait jusqu'à l'an dernier le vent en poupe, avec de fortes prévisions de croissance pour 2020, s'est cassé le nez contre l'énorme iceberg de la pandémie de coronavirus.

"Avec cette crise inédite, la fréquentation touristique a vu son nombre de nuitées chuter de -41 % en 2020. C'est pourquoi Bordeaux Métropole et la mairie de Bordeaux ont lancé un plan d'aide d'urgence, avec un fonds d'aide aux loyers qui a permis jusqu'ici d'allouer 2,27 millions d'euros...

Et nous avons organisé en interne de nombreux webinaires ou afterworks avec les professionnels pour leur montrer que nous étions toujours là. Le fonds d'aide aux loyers a été créé à la Métropole à la demande des professionnels pendant le premier confinement. Il n'y a aucun hasard si 60 % de ce fonds a servi à financer des loyers dans le secteur des cafés, hôtels, restaurants", a déroulé en substance Brigitte Bloch.

Comment le futur se prépare

L'élue est ensuite revenue sur le Fonds d'aide à la trésorerie, doté de 3,79 millions d'euros, consommé jusqu'ici à hauteur de 76 % par les cafés, hôtels, restaurants. Avant de souligner que l'OTCBM s'engageait d'ores et déjà pour accueillir de futures grandes manifestations, comme la prochaine Coupe du monde de rugby en 2023, et des matchs de football dans le cadre des Jeux olympiques de Paris 2024

Brigitte Bloch a ensuite mis en avant l'importance de la prise en compte de l'impact environnemental de l'activité touristique, avec la montée en puissance de labels associés, comme NF Environnement, porté par l'Afnor, dans lequel par exemple la Cité du vin s'investit avec l'appui de la Métropole.

Bordeaux Métropole chassé du firmament du tourisme

Conseiller spécial de Bordeaux Métropole pour les questions économiques, en tant que président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) Bordeaux Gironde, Patrick Seguin a souligné la forte implication de la CCIBG dans le suivi de l'évolution du secteur de l'hôtellerie.

"Nous avons créé depuis 2011 un baromètre qui suit cette activité mois après mois. L'enquête annuelle 2020 sera présentée au cours d'un webinaire le 18 mars prochain. Et je vous confirme qu'il y a en 2020 des chiffres qui font froid dans le dos, ce qui ne nous empêche pas de continuer à développer des actions. Avec la crise, la fréquentation hôtelière a chuté de 55 %. Jusqu'en 2020, Bordeaux était au firmament de l'activité touristique, avec 9,5 millions de touristes, à la deuxième place nationale. Là nous avons chuté à la cinquième place", dévoile avec gravité le patron de la CCI.

Bassins de lumières : le phare dans la tempête

L'intensité du choc est selon lui due en large partie à la grande proportion de touristes étrangers qui viennent à Bordeaux et qui ont rapidement disparus avec la pandémie de coronavirus. La CCI maintient ce mois-ci sa manifestation « Best of wine tourism », en webinaire. Les candidatures pour cette 18e édition sont à déposer jusqu'au 31 mai. Les labels qualité tourisme se développent, et tout le monde y voit aussi le moyen de différencier l'offre régionale, au service d'une politique commerciale plus agressive. Olivier Occelli, directeur général de l'OTCBM, a rappelé avec raison que 2020 devait être une année exceptionnelle en termes de tourisme d'affaires, avec plusieurs congrès nationaux au programme.

Lire aussi : Tourisme : les guides néo-aquitains frappés de plein fouet par la crise

Sur le plan purement touristique, l'installation des Bassins de lumières à la Base Sous-marine, quartier Bacalan, sera le contre-exemple de cette année déprimante. Avec ses gigantesques expositions numériques consacrées aux peintres Klimt ou Paul Klee ce nouveau musée privé à la technologie avant-gardiste a fait sauter les compteurs, avec 430.000 entrées ! Ce qui en fait le site le plus visité de toute la Métropole entre deux séquences de confinement.

De nombreux outils d'aide à l'attractivité touristique de Bordeaux Métropole mis en place avant la crise sont maintenus, et vont être appuyés par de nouveaux instruments, comme par exemple la future offre de service que va lancer Bordeaux Convention Bureau pour favoriser l'organisation d'événements à impact positif (pour l'environnement) et accompagner leurs organisateurs.

Lire aussi : Covid-19 : les organisateurs d'événements contraints de se réorganiser et de se réinventer

////////////////////////////////////////////////

Fiche de température d'un tourisme aux urgences

  • Croisières maritimes

Toutes les croisières ont été annulées en 2020 à l'exception de celles proposées par la Compagnie du Ponant et son navire Le Bougainville, qui a eu le temps de réaliser onze escales et de transporter 790 passagers. Pour rappel, en 2019 Bordeaux Métropole avait accueilli 53 escales, dont 43 au centre de Bordeaux, avec 42.000 passagers.

  • Croisières fluviales

L'effondrement est quasi absolu. Alors que six compagnies ont proposé 185 croisières fluviales (Garonne/Gironde/Dordogne) au départ de Bordeaux en 2019, seule CroisiEurope a réussi à organiser sept croisières au départ du port de la Lune en 2020.

  • Balades fluviales

Le nombre de croisières à la journée ou à la demi-journée s'est effondré de -80 %, frappant de plein fouet les grands opérateurs de ce marché local que sont Bordeaux River Cruise, Burdigala, Marco Polo et Yacht de Bordeaux, avec 24.200 passagers transportés. La crise aurait par contre favorisé les plus petits opérateurs, comme Bordeaux Be Boat ou Bordeaux sur l'Eau.

  • Tourisme d'affaires

D'année exceptionnellement bonne, avec 20 congrès de plus de 2.000 participants au menu, 2020 va s'imposer comme une année exceptionnellement mauvaise, avec une chute d'activité dépassant -70 %. Bordeaux Convention Bureau a identifié l'an dernier 277 nouveaux organisateurs d'événements, contre 516 en 2019. Au final l'équipe a pu valider 33 événements représentant 30.000 journées congrès d'ici à 2022, contre 127 événements représentant 150.000 journées congrès identifiés en 2019 à horizon 2023.

  • Hébergement

Comme indiqué plus haut, au total la fréquentation a chuté de -41 %, avec 3,74 millions de nuitées (6,35 millions en 2019). Selon le baromètre de la CCIBG, le taux d'occupation hôtelier, à 31 %, est en chute de -55 %. Tandis que le prix moyen de location est de 75 euros, le revenu par chambre disponible est en baisse de 36 euros, à 23 euros. Les résidences hôtelières se distinguent de ce recul marqué des hôtels et affichent un taux d'occupation, à 52,2 %. Le prix moyen des chambres est de 45 euros et le revenu par chambre disponible de 23 euros, soit un recul de 19 euros par rapport à 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :