Tourisme : les guides néo-aquitains frappés de plein fouet par la crise

 |   |  858  mots
Le Bassin d'Arcachon comme le centre-ville Unesco de Bordeaux et les châteaux viticoles de Gironde sont déserts depuis la mi-mars.
Le Bassin d'Arcachon comme le centre-ville Unesco de Bordeaux et les châteaux viticoles de Gironde sont déserts depuis la mi-mars. (Crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA)
L'Association des guides de Nouvelle-Aquitaine ne cache pas son inquiétude quant à l'impact destructeur du confinement sur son secteur d'activité. Déjà fragilisés avant le coronavirus, les guides professionnels, majoritairement des indépendants, sont à l'arrêt complet au moins jusqu'à juillet. Près de la moitié songeraient à arrêter provisoirement ou définitivement le métier.

La profession de guide conférencier a senti le vent tourner quelques jours avant le confinement général du 17 mars. A partir de début mars, les annulations des déplacements de groupes scolaires se sont multipliées avant que les réservations des croisiéristes ne leurs emboîtent le pas. Avec la fermeture des frontières aux Etats-Unis puis le confinement en France et en Europe, c'est toute la saison touristique 2020 qui s'est soudainement évaporé. Bassin d'Arcachon, châteaux viticoles et périmètre Unesco du centre-ville de Bordeaux : ces trois destinations prisées des touristes étrangers de passage en Gironde sont aujourd'hui fermées jusqu'à nouvel ordre.

"La situation est simple : nous n'avons plus de visites prévues jusqu'à début juillet alors que traditionnellement la saison débute en mars et les mois d'avril, mai et juin sont une période de grosse activité", résume Chloé Cazaux Grandpierre, vice-présidente de l'Association des guides de Nouvelle-Aquitaine (ex-Agica), qui fédère 140 professionnels de Nouvelle-Aquitaine. "Les croisiéristes et...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :