Startups, vidéos et réseaux sociaux : comment animer une destination touristique ?

 |  | 899 mots
Lecture 5 min.
A l'heure des réseaux sociaux, des smartphones et de la vidéo omniprésente, les usages des professionnels comme des touristes évoluent.
A l'heure des réseaux sociaux, des smartphones et de la vidéo omniprésente, les usages des professionnels comme des touristes évoluent. (Crédits : Agence APPA)
Comment promouvoir un territoire touristique à l'heure des réseaux sociaux, des influenceurs et des vidéos amateurs ? C'est l'une des nombreuses problématiques qui seront abordées à Pau, du 15 au 17 octobre 2019, lors des 15e Rencontres nationales du e-tourisme. Une large place sera également réservée aux startups et aux solutions innovantes dans le secteur touristique.

"Décrypter les nouvelles attentes et pratiques des touristes dans tous les types de lieux touristiques : les plus grosses têtes d'affiches comme les lieux moins connus." C'est ainsi que Sandrine Derville, la vice-présidente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, résume l'objectif des Rencontres nationales du e-tourisme qui se tiendront à Pau (Pyrénées-Atlantiques), du 15 au 17 octobre, avec le soutien de la Région et d'autres financeurs publics et privés. La 15e édition de cet évènement, qui réunit 850 professionnels du tourisme, est l'occasion de revenir sur le chemin parcouru par ce secteur en matière de numérique et de nouvelles technologies.

Nouvelles pratiques, nouveaux usages

"Il y a quinze ans, on commençait tout juste à parler de la vente en ligne et des sites vitrines. Depuis, le secteur du tourisme a été bouleversé par l'arrivée des réseaux sociaux à partir de 2006 suivie de l'irruption des smartphones et plus récemment de la montée en débit permettant de la vidéo et des photos HD. Tout cela a profondément changé les pratiques des acteurs touristiques comme les usages des touristes", récapitule Ludovic Dublanchet, cofondateur d'Agitateurs de destinations numériques et spécialiste du e-tourisme. "Cela a aussi entraîné l'apparition de nouveaux métiers lié à l'accueil et à la promotion, à la formation des acteurs et à la production de contenus. On parle désormais de community managers et de managers de destination."

Pour ce spécialiste du secteur, la filière est désormais à "une étape de maturité technologique après des tests tous azimuts ces dernières années" tout en étant confrontée à de nouvelles tendances fortes : touristes zappeurs, diffusion omnicanale indispensable, demande de davantage de local, de circuits-courts et d'activités éco-environnementales, etc.

Pour Jean-Luc Boulin, directeur de la Mona, le réseau des offices de tourisme de Nouvelle-Aquitaine , l'enjeu pour les professionnels du tourisme est désormais de "se retrouver et de surnager dans le nouvel écosystème qui a émergé avec toutes les plateformes géantes du web en matière de réservation et d'avis en ligne pour savoir comment en bénéficier." Une gageure pour les petites structures ou les hôteliers indépendants encore éloignés des pratiques de revenue management  (gestion tarifaire fine des chambres disponibles). "Paradoxalement, il n'a jamais été aussi facile de commercialiser une destination... à condition de savoir comment faire !", tempère Jean-Luc Boulin qui juge le virage "réussi" en Nouvelle-Aquitaine avec "plus de 85 % des prestataires touristiques qui sont vendus en ligne aujourd'hui contre moins d'un sur deux il y a encore quelques années".

e-tourisme Unitec

 Lauren-Pierre Gilliard (Unitec), Sandrine Derville (Région Nouvelle-Aquitaine), Ludovic Dublanchet (consultant) et Jean-Luc Boulin (Mona), ce mardi 24 septembre (crédits : PC/La Tribune).

Parmi les autres pistes d'avenir qui seront abordées à Pau du 15 au 17 octobre, figurent aussi les promesses en matière de réalité augmentée, de réalité virtuelle et d'intelligence artificielle, les progrès techniques des transports, de la navette autonome à l'Hyperloop, ou encore la forte personnalisation des expériences touristiques et le recours aux cinq sens, et particulièrement le son. Enfin, la stratégie de gestion d'une destination plus que de promotion pure et dure sera aussi étudiée "avec l'exemple d'Amsterdam qui, face à la crainte d'une forme de surtourisme festif, a réduit ses vols low-cost pour retrouver un tourisme plus qualitatif", note Ludovic Dublanchet.

Concours de startups et de vidéos

En parallèle des nombreux ateliers, les Rencontres nationales du e-tourisme mettent en avant pour la 6e année consécutive des startups actives dans le domaine du tourisme au sens large. "Nous avons déjà eu 318 candidatures pour 30 finalistes et cinq lauréats - Wiidii, BoatOn, Timescope, Swikly et Peuf Daddy - qui se sont partagés 25.000 € de prix en cash", rappelle Laurent-Pierre Gilliard, directeur prospective et communication chez Unitec.

Lire aussi : Wiidii passe la vitesse supérieure et va fortement recruter

Plus largement, la Région Nouvelle-Aquitaine soutient aussi les startups et les innovations dans le monde touristique avec 31 projets accompagnés pour 1,3 M€ depuis 2018, dont l'entreprise biarrote Solikend, qui propose de vendre des nuitées haut-de-gamme en basse saison au profit d'associations caritatives.

Les 15e Rencontres nationales du e-tourisme se dérouleront les 15, 16 et 17 octobre 2019 au Palais Beaumont à Pau. Programme et inscription ici.

//////////////////////

Un concours de 180 vidéos semi-pro

Le 15 octobre, en ouverture des Rencontres, se tiendra la première édition du Wonder France festival qui distinguera des vidéos de 60 à 90 secondes réalisée par des amateurs ou des professionnels pour promouvoir une destination. L'organisation a reçu 180 vidéos et 45 ont été sélectionnées pour être diffusées. Les neuf lauréats se partageront des modules de formation technique et de la visibilité auprès des acteurs du secteur.

//////////////////////

La Tribune a publié en juin dernier une série d'article sur les évolutions du secteur touristique en Nouvelle-Aquitaine :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :