A Bordeaux le tourisme d’été n’a souffert ni des Gilets jaunes ni d’Airbnb

 |   |  836  mots
Le miroir d'eau est un des points d'attractions, désormais bien connu, de Bordeaux.
Le miroir d'eau est un des points d'attractions, désormais bien connu, de Bordeaux. (Crédits : Agence Appa)
Les hôteliers bordelais peuvent être rassurés, l’été 2019 se solde par une hausse d’activité pour le tourisme à Bordeaux Métropole. Les premiers indicateurs utilisés par Bordeaux Tourisme et Congrès en témoignent. Même Airbnb n’a pas nuit à la fréquentation hôtelière.

L'office de tourisme et des congrès de Bordeaux Métropole (Bordeaux Tourisme et Congrès), présidé par Stephan Delaux, a fait un premier point ce mercredi matin sur le bilan de la haute saison estivale, de juin à août. Première bonne nouvelle : l'impact négatif sur l'activité et la fréquentation touristique que les professionnels anticipaient à cause de la crise des Gilets jaunes n'a pas eu lieu. Avec un taux d'occupation hôtelier moyen de 85 % en juin, cet indicateur est au plus haut.

"Dès avril 2019, dès Pâques, nous avons vu que la fréquentation touristique revenait à la normale. Il n'y a finalement pas eu d'effet Gilets jaunes malgré les annulations de visites de groupes enregistrées en tout début d'année. En fait la plupart des réservataires se sont mis en attente pour voir ce qui allait se passer" éclaire Olivier Occeli, directeur général de Bordeaux Tourisme et Congrès.

Ce dernier précise que, par rapport à 2018, la fréquentation hôtelière du mois de juin 2019 a été excellente, celle de juillet stable, tandis que celle d'août n'est pas encore entièrement connue. Si le nombre de visiteurs enregistré à l'office de tourisme, soit 300.000 personnes, a baissé de 7 % par rapport à l'été 2018, le directeur général estime que c'est d'abord à cause de la chaleur extrême qu'il a fait, puisqu'en même temps la fréquentation et les ventes de produits touristiques sur le web de l'office de tourisme ont augmenté de +13 %.

"Airbnb a créé un nouveau segment de marché"

Deuxième bonne nouvelle : l'ogre Airbnb se serait plus vraiment ce qu'il était. C'est presqu'incroyable mais la décimation annoncée de ce secteur par la location, à prix cassés, de meublés aux touristes aaurait été stoppée et absorbée par le secteur hôtelier. Même si les professionnels entendent rester vigilants sur le sujet. Ceci, à la suite d'un effet combiné de la mécanique du marché et de dispositions réglementaires adoptées par le gouvernement.

"Airbnb a créé un nouveau segment de marché en permettant aux familles, qui ne pouvaient pas aller à l'hôtel pour des raisons de coût, de partir en vacances en ville. L'émergence de ce nouveau créneau n'empêche pas de rester très vigilant sur l'évolution des locations de type Airbnb. Le propriétaire d'une résidence principale a le droit de louer pendant 120 jours via Airbnb mais au-delà il est désormais obligé de compenser en investissant dans la construction de logements à louer" décrypte Olivier Occeli.

Lire aussi : Airbnb à Bordeaux : un coupable trop idéal ? (8/11)


Selon le directeur général de Bordeaux Tourisme et Congrès, Bordeaux Métropole a la chance extraordinaire de combiner quasiment à parité tourisme d'affaires et tourisme de loisirs. Le nombre de visiteurs est très difficile à chiffrer et il est encore tôt pour évaluer la cuvée touristique 2019 puisque les mois de septembre et octobre pèsent lourds dans le port de la Lune.

Lire aussi : Tourisme : comme la Nouvelle-Aquitaine monte en gamme (1/8)

La clientèle espagnole toujours en forte hausse

"Le tourisme urbain est moins cyclique qu'en montagne ou à la plage. Et le tourisme d'affaires continue à se développer. Bordeaux a ainsi profité du G7 avec la venue de la délégation japonaise menée par le Premier ministre Shinzo Abe à l'Intercontinental Bordeaux Le Grand Hôtel" rappelle le directeur général : un symbole fort. Les Japonais sont ensuite allés au Château Smith Haut Lafitte, ce qui a permis d'éclairer le vignoble bordelais, pôle d'attraction touristique à la hausse lié à Bordeaux Métropole.

En plus de la ville, notamment avec son architecture, ses musées (d'Aquitaine -historique et ethnographique-, des Beaux-Arts, des Arts Décoratifs ou Mer Marine nouvellement créé), ses ruines gallo romaines du Palais Galien, sa Cité du vin, bientôt son Bassin des lumières, à la base sous-marine, sans compter les animations culturelles, Bordeaux dispose d'un port d'où rayonnent désormais des croisières fluviales qui vont encore s'étoffer avec en 2020 grâce à une nouvelle liaison avec Royan. Certains touristes venus de loin ne savent pas que Bordeaux est une ville et croient qu'ils ne vont voir qu'un vignoble, "c'est la cerise sur le gâteau" commente le directeur général.

Si les Français représentent 65 % des visiteurs connus, les Espagnols, en forte hausse continue, sont seconds, à 20 % (sur les 35 % de visiteurs étrangers) devant les Britanniques et les Allemands. L'office de tourisme vend aussi Bordeaux aux Bordelais et habitants de la Nouvelle-Aquitaine, au retour des grandes vacances et pour les week-ends, avec le webzine "Un air de Bordeaux", à l'adresse www.unairdebordeaux.fr dont la fréquentation est en hausse de +34 %. Bordeaux Tourisme et Congrès, dont le budget est de 7 M€ (alimenté à parité par des subventions et ressources propres) s'appuie aussi sur deux sites : www.visiter-bordeaux.com (lancé en avril dernier) et www.bordeaux-tourisme.com qui sont eux aussi à la hausse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2019 à 8:56 :
"Airbnb a créé un nouveau segment de marché"

Il est évident qu'en multipliant l'offre et de ce fait en proposant des prix moindre à l'économie touristique hautement inflationniste Airbnb ne peut qu'augmenter le nombre de touristes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :