A Bordeaux, les Bassins à flot jouent la carte du tourisme culturel

 |   |  970  mots
La Cité du Vin reste une signature architecturale forte des nouveaux Bassins à flot.
La Cité du Vin reste une signature architecturale forte des nouveaux Bassins à flot. (Crédits : Bordeaux River Cruise)
Un nouveau produit touristique vient d’être créé dans le port de la Lune : Destination Bordeaux Bassins à flot. C’est le résultat du premier pas fait par quatre grandes structures à dominante muséale pour se constituer en nouveau pôle d’attraction des Bassins à flot.

Comme l'a souligné Olivier Occeli, directeur général de Bordeaux Tourisme et Congrès, en présentant les premiers résultats de la fréquentation touristique de Bordeaux cet été, la Cité du Vin s'impose comme un des grands points d'attraction des touristes dans la Métropole, avec par exemple l'ensemble des musées (d'Aquitaine, Beaux Arts, Arts Décoratifs...), dont le Musée Mer Marine, dernier né de la famille. La bonne nouvelle pour les créateurs de la Cité du vin est que cette structure culturelle unique en son genre, à la fois lieu d'expositions temporaires, de découverte du vin et des civilisations qui l'ont développé, se trouve dans un périmètre des Bassins à flot qui attire beaucoup. D'autant plus que le Musée Mer Marine n'est qu'à quelques dizaines de mètres de la Cité du vin, tout comme Cap Sciences.

Et l'an prochain le Bassin des Lumières sera implanté au cœur de la Base sous-marine de Bordeaux, de l'autre côté des Bassins à flot, à quelques petites centaines de mètres de Cap Sciences, de la Cité du Vin et du Musée Mer Marine. Cette proximité, alliée au fort dynamisme démographique de ce nouveau quartier, qui pousse à toute vitesse dans une ancienne zone industrielle portuaire, fait que ces quatre opérateurs culturels ont décidé de créer un nouveau produit touristique : Destination Bordeaux Bassins à flot.

Cap Sciences : le pionnier des Bassins à flot

"Les Bassins à flot sont devenus en quelques années un nouveau quartier doté d'une réelle mixité fonctionnelle. La culture, fortement implantée avec la Cité du Vin, Cap Sciences et récemment le Musée Mer Marine, se verra renforcée en 2020 avec l'ouverture des Bassins des Lumières. C'est la raison pour laquelle nous avons décidé de créer cette association. Elle traduit le positionnement culturel des Bassins à flot et notre volonté de les faire émerger dans la destination Bordeaux, dont ils sont l'une des composantes. Pourront devenir adhérents de l'association les structures qui souhaitent soutenir cette démarche" annonce Philippe Massol, directeur général de la Fondation pour la culture et les civilisations du vin, présidée par Sylvie Cazes, qui pilote la Cité du vin.

Cette stratégie unitaire fait que l'association Destination Bordeaux Bassins à flot sera présidée à tour de rôle par l'un des partenaires. C'est ainsi Philippe Massol qui va entamer le premier mandat. Il sera suivi par Raphaël Dupin, directeur général de Cap Sciences, Norbert Fradin, président et créateur du Musée Mer Marine, puis Augustin de Cointet de Fillain, directeur des Bassins des Lumières.

Centre de culture scientifique, technique et industrielle (CCSTI) Cap Sciences est la première grande structure culturelle à avoir été implantée aux Bassins à flot, en 1995 dans le Hangar 20. Bien avant que le premier promoteur immobilier ne vienne dans cette zone portuaire momifiée pour y planter son drapeau siglé "nouveau Bordeaux". Soutenu par l'Union européenne, l'Etat, la Région, la Métropole et la Bordeaux Cap Sciences, qui fait la part belle au jeune public, a depuis renforcé son rayonnement métropolitain grâce à de nouvelles créations comme Côté Sciences Air et Espace, à Mérignac, Cap Archéo, à Pessac et Côté Sciences, à Floirac.

Base sous-marine : plus grandes galeries numérique du monde ?

Centré sur la transmission du savoir scientifique, avec des expositions interactives très inventives, Cap Sciences précise avoir accueilli 1,8 million de visiteurs depuis sa création, dont 137.625 en 2018. Ouverte en juin 2016 la Cité du vin a de son côté accueilli son millionième visiteur en août 2018. Elle annonce un total de 1,4 million de visiteurs en cette fin d'été 2019, soit une moyenne annuelle calée autour de 400.000 personnes. Et le dernier baromètre trimestriel de satisfaction, réalisé avec Kedge Business School fin juillet auprès de 215 visiteurs français et internationaux de la Cité du Vin est encourageant.

La note de satisfaction moyenne des visiteurs est ainsi de 8,6 sur 10. Sachant que 61 % des personnes interrogées accordent une note de 9 ou 10, et que plus de 95 % des visiteurs recommanderaient "probablement à très probablement" cette visite à leurs amis et/ou membres de leur famille. Après la Géorgie et la vallée du Douro, au Portugal, la Cité du Vin présente jusqu'au 17 novembre une exposition consacrée à l'Argentine (patrimoine viticole et gastronomique) déclinée au travers de ses six régions productrices de vin.

Installé les pieds dans l'eau du Bassin à flot N°1, le Musée Mer Marine, ouvert en juin 2018, qui développe plus de 13.800 m2 de surface d'exposition sur sept niveaux est centré sur la découverte des océans, mais aussi de la navigation (plus de 400 maquettes de bateaux), l'art (aussi bien moderne que classique), la transmission des savoirs et techniques. Il propose des expositions temporaires comme celle consacrée au dessinateur d'origine bordelaise Sempé, jusqu'au 6 octobre. De son côté la société parisienne Culturespaces, qui se définit comme "le premier acteur privé pour la gestion globale de monuments et musées, la création de centres d'art, l'organisation d'expositions temporaires et d'expositions numériques immersives" va développer en particulier ce dernier volet de son savoir-faire dans la Base sous-marine à partir de 2020.

Après l'Atelier des Lumières à Paris et les Carrières des Lumières en Provence, Culturespaces va ouvrir les Bassins des Lumières à la Base sous-marine de Bordeaux, un bunker (U Bunker) de 42.000 m2 composé de plusieurs grandes cellules où venaient relâcher les sous-marins allemands et italiens. Dans cet espace gigantesque, qui devrait s'imposer comme une des plus grandes galeries numériques du monde, Culturespace va projeter des toiles de Klee ou de Klimt dans lesquelles les visiteurs pourront littéralement entrer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2019 à 21:48 :
Bonsoir Monsieur,
Je ne me plaint de la beauté de la ville, ni de la pluie, ni du tourisme, c est le trop qui me gêne.
Je ne reprendrais pas les arguments que j ai déjà cité. Visiblement il ne vous concerne pas. C est certain que si vous louez aux touristes via Airbnb ou avez profité de la flambée des prix des logements ou profitez du tourisme sans vous souciez de l impact écologique ni de la vie des riverains dans Bordeaux, je vous dérange dans votre bonheur de profiter des autres sans conscience ni ménagement. Maintenant si ce n est rien de tout ça et que de passer d un excès à un autre ne vous gêne pas, vous pouvez au moins comprendre que cela en gêne plus d'un. Je ne râle pas pour râler.
J attend de votre côté des arguments plus convaincant que :"c était pas beau avant" pour autoriser le surtourisme et ses conséquences sans fixer des règles autres qu économiques.
Je vous souhaite une bonne soirée.
a écrit le 19/09/2019 à 9:16 :
Y en a marre de tout ce tourisme.
Rien contre eux mais trop, c est trop.
À une époque où on parle de sauver la planète, il n y a jamais eu autant de touristes qui polluent tant qu ils peuvent par leur déplacement en avions, bateaux, etc... Et leur surconsommation partout où ils passent. Sans compter les logements airbnb qui asphixient les riverains par une raréfaction des appartements, des prix exorbitants et une agitation tous les deux jours.
Réponse de le 23/09/2019 à 11:40 :
Bonjour Monsieur
Je suis arrivé à Bordeaux en 1974 .Mon arrivée par le quai de la Monnaie fut un choc ! Des gravières, des tas de sable, des tas de détritus ,des déchets de toute sortes des hangars à l’abandon des grilles rouillées et des façades d’immeubles horribles.Je pense que vous deviez être enchanté,les touristes ne se bousculaient pas dans Bordeaux, il n’y en avait aucun !
Je pense que si vous aviez écrit quelque chose à ce moment là vous vous seriez plaint de cette situation !
Aujourd’hui vous vous plaignez parce que c’est trop beau ?Parce que le monde entier voudrait habiter ou voir Bordeaux ? Ou bien parce vous pratiquez le sport favori de beaucoup de Français ?C’est à dire se plaindre quand ça va , se plaindre quand ça va pas se plaindre quand c’est beau se plaindre quand c’est moche.
Bonne journée et surtout n’oublie Pas de vous plaindre il va pleuvoir aujourd’hui !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :