Comment Com&Visit veut vous faire découvrir les entreprises en bas de chez vous

 |   |  656  mots
Audrey Oranger et Sandrine Larrouy-Castera, les deux cofondatrices de l'entreprise Com&Visit, installée sur le Campement de Darwin, à Bordeaux.
Audrey Oranger et Sandrine Larrouy-Castera, les deux cofondatrices de l'entreprise Com&Visit, installée sur le Campement de Darwin, à Bordeaux. (Crédits : Agence APPA)
Créée fin 2016, Com&Visit se positionne sur le marché balbutiant du tourisme d'entreprises. En clair, cette agence de voyage veut convaincre les acteurs économiques du territoire d'ouvrir leurs portes aux habitants et persuader ces derniers de venir les visiter. Un vrai pari pour les deux fondatrices, Sandrine Larrouy-Castera et Audrey Oranger, qui revendiquent 2.000 visiteurs en un an et visent 60.000 € de chiffre d'affaires cette année.

Tourisme d'entreprise ou tourisme industriel. Deux appellations pour désigner une tendance qui monte depuis une dizaine d'années : les visites guidées d'entreprises, de sites de production et de chantiers. Chez Com&Visit on préfère le terme de "tourisme de découverte économique" pour désigner les visites proposées à Bordeaux Métropole dont les coulisses de la gare Saint-Jean, l'écosystème Darwin et les quartiers Euratlantique et Bassins à flot mais aussi la Fonderie des Cyclopes, à Mérignac, la plateforme de tri de La Poste ou le site du Relais.

Au total, huit visites sont disponibles sur le site "Bienvenue en coulisses" pour un prix de 3 à 16 €. Un panel de visites qui peut sembler plutôt réduit après 18 mois d'existence. "C'est compliqué de convaincre les entreprises d'ouvrir leurs portes au public. On travaille sur le ton des visites, la convivialité et la pédagogie mais on est sur des cycles de décisions plutôt longs", reconnaît Audrey Oranger, qui a co-fondé Com&Visit avec Sandrine Larrouy-Castera après leur rencontre sur le chantier de la LGV Tours-Bordeaux.

Lire aussi : LGV Bordeaux-Paris : un an après, qu'a changé la grande vitesse ?

Pourtant, les deux entrepreneuses - accompagnées par les Premières Nouvelle-Aquitaine et installées sur le Campement à Darwin depuis avril dernier - l'assurent : le tourisme d'entreprise présente bien des avantages pour les sociétés qui se décident à passer le cap : "Les entreprises ne veulent pas accueillir des touristes mais plutôt des consommateurs, des futurs clients, voire des futurs salariés. On a tendance a davantage consommer un produit ou un service issu d'une entreprise qu'on a visité. Et les visites d'entreprises sont un outil de communication très qualitatif offrant une belle visibilité", souligne Sandrine Larrouy-Castera, qui poursuit :

"L'objectif n'est pas tant de séduire les touristes classiques que les habitants de la région bordelaise pour faire de la pédagogie et de l'éveil à la culture économique, aux chaînes de valeur, à l'économie sociale et solidaire. Tout cela dans leur environnement quotidien pour replacer le citoyen dans son écosystème et ses chaines de responsabilités."

Com&Visit se positionne ainsi clairement comme un acteur bordelais et régional pour garder un lien avec le territoire. Elle met aussi en avant son outil de billetterie en ligne. "Nous avons voulu faciliter autant que possible la réservation et l'achat d'un billet et se rapprocher des codes des loisirs culturels comme lorsqu'on achète une place de théâtre ou de cinéma par exemple", détaille Audrey Oranger.

Objectif : 200.000 € de CA en 2019

De juin 2017 à juin 2018, la jeune entreprise comptabilise 100 visites pour 2.000 visiteurs qui se répartissent à part égale entre particuliers et professionnels. Après 28.000 € l'an dernier, les deux fondatrices prévoient 60.000 € de chiffre d'affaires en 2018 et visent une vingtaine de visites en catalogue l'an prochain dans des typologies et des secteurs variés afin d'atteindre 200.000 € en 2019. Cela marquerait le point d'équilibre du modèle économique qui se fonde sur les entrées liées à la billetterie et sur la facturation des prestations aux entreprises.

Un modèle économique qui ne s'appuie pas uniquement sur le portail grand public "bienvenue en coulisses". Les deux créatrices proposent également des prestations de conseils aux entreprises, l'exploitation de chantiers ou de structures temporaires, telles que la maison du projet de Bordeaux Euratlantique, ainsi que des prestations plus classiques d'agence de communication et de médiation scientifique. "Nous développons aussi une activité de de conception et d'organisation de voyages d'étude pour les entreprises", complète Sandrine Larrouy-Castera.

Pour l'heure, Com&Visit compte une première salariée en CDI depuis le mois d'avril, la guide qui anime les visites, et prévoit d'embaucher l'an prochain un responsable du marketing digital. D'ici là, pour convaincre les indécis, la visite de la gare Saint-Jean est gratuite tout l'été !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2018 à 10:29 :
Bonne idée, le néolibéralisme étant en train d'éradiquer l'industrie en europe il est évident que celle-ci devient de plus en plus rare et donc il est temps d'en profiter pour savoir ce que c'était !

Que tout le monde le montre vite à ses enfants !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :