Covid-19 : les organisateurs d’événements contraints de se réorganiser et de se réinventer

 |   |  844  mots
Le Parc des expositions de Bordeaux, l'un des cinq sites de Congrès et expositions de Bordeaux.
Le Parc des expositions de Bordeaux, l'un des cinq sites de Congrès et expositions de Bordeaux. (Crédits : Agence APPA)
90 événements ont pour le moment été annulés de mars à début juillet selon Congrès et expositions de Bordeaux (CEB), SAS qui accueille et organise plus de 300 événements à l’année sur la métropole bordelaise. De manière générale, l’impact pour les organisateurs est d'abord financier. Ces derniers cherchent donc de nouveaux partenaires ou à déposer des demandes d’aides. Mais la crise a également un impact sur le modèle des événements qui est à repenser dans son ensemble. Tour d'horizon de ce qui se trame en coulisses dans un contexte particulièrement incertain.

L'Office de tourisme et des congrès de Bordeaux métropole, et l'opérateur Congrès et expositions de Bordeaux (CEB) s'accordent pour le dire. L'année 2020 devait être une très belle année avec de gros événements, notamment les championnats du monde vétérans de tennis de table reportés au printemps 2021, la Robocup également repoussée à l'année prochaine ou encore le sommet France-Afrique.

"A ce stade, 90 événements ont été annulés de mars à début juillet", annonce Stéphane Kintzig, directeur général de CEB qui accueille, à l'année, plus de 300 événements qui représentent entre 900.000 et 1 million de visiteurs sur cinq sites : le Parc des expositions, le Palais 2 l'Atlantique, le Palais des congrès, le Hangar 14 et la Cité mondiale.

"Nous produisons nous-mêmes une dizaine d'événements, notamment la foire internationale de Bordeaux reportée au mois de novembre, le salon du jardin annulé, Electric Road, annulé également", énumère Stéphane Kintzig."Nous n'avions jamais connu un choc aussi instantané et aussi fort", complète-t-il.

Lire aussi : Coronavirus : Electric road, les Vignerons indépendants et le salon du Jardin sont reportés

17 M€ de manque à gagner pour CEB

Pour tous les organisateurs, le constat est identique. Il y a eu des dépenses, en ressources humaines et communication notamment, mais il n'y aura pas de recettes. Le challenger de Bordeaux Primrose, tournoi de tennis dont l'édition a été annulée cette année, avait ainsi engagé 140.000 € sur un budget global de 800.000 € en moyenne.  "Nous avons annulé relativement tôt donc l'impact financier a été limité", reconnait Bernard Dupouy, président de la Villa Primrose. CEB parle, pour sa part, d'un manque à gagner de 17 M€, soit près de la moitié du chiffre d'affaires annuel de CEB (35 M€).

Pas de recours possible toutefois aux assureurs. "Nous n'avons pas d'assurance annulation ou report. Nous portons le risque financier", assure Stéphane Kintzig. "De toute façon, nous ne sommes pas assurés contre les pandémies", expliquent plusieurs organisateurs.

Aides et nouveaux partenaires

"Tout le monde subit. Nous n'avons en ce qui nous concerne aucun problème avec notre assureur. Nous utilisons notre énergie au montage de dossiers dans le but de bénéficier d'aides, car une chose est sûre nous ne laisserons pas d'ardoise", insiste Sébastien Lussagnet, directeur du festival de musiques ODP de Talence, à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :