Développeurs informatiques : un salaire en hausse de +9,8 % en 2018 dans le Sud-Ouest

 |   |  502  mots
Dans le Sud-Ouest, les développeurs informatiques et télécoms affichent un gain moyen de salaire de +9,8 % en 2018, selon le dernier baromètre Expectra.
Dans le Sud-Ouest, les développeurs informatiques et télécoms affichent un gain moyen de salaire de +9,8 % en 2018, selon le dernier baromètre Expectra. (Crédits : Photo by Sarah Pflug from Burst)
Développeur web, comptable client et assistant de direction sont les trois qualifications qui connaissent les plus fortes hausses de rémunération en 2018, selon le dernier baromètre des salaires des cadres établi par l'entreprise Expectra pour le secteur Sud-Ouest. Plusieurs métiers affichent ainsi des hausses salariales annuelles supérieures à +9 % dans la région où la tendance moyenne est à +3,1 % contre +2,7 % au niveau national.

Aux côtés de l'industrie aéronautique, ce sont désormais les métiers du développement informatique et de la finance d'entreprises qui tirent le dynamisme des salaires dans le grand Sud-Ouest, comme le confirme le baromètre des salaires des cadres 2018 élaboré par le cabinet de recrutement Expectra (*), filiale du groupe d'intérim et de services RH Randstad. Alors que la hausse moyenne des salaires des cadres en France atteint +2,7 % en 2018, soit la plus forte hausse depuis 2012, la tendance est encore plus marquée dans le grand Sud-Ouest avec un bond de +3,1 %, soit plus du triple de la hausse enregistrée l'an dernier. Le Sud-Ouest est ainsi le 3e territoire le plus dynamique derrière la région Paca et Rhône-Alpes.

Lire aussi : Bordeaux : quelles sont les entreprises qui recruteront le plus en 2018 ?

Signe de la transformation numérique croissance de l'économie, la plus forte hausse de salaires mesurée au niveau national concerne le métier de chef de projet webmarketing : +9,5 % pour un salaire médian de 39.900 € bruts annuels. Mêmes causes et mêmes effets dans le Sud-Ouest puisque c'est le profil particulièrement recherché de développeur informatique qui y décroche la plus forte hausse avec un bond de +9,8 % à 30.830 € bruts annuels de salaire médian. Au total, les cinq plus fortes revalorisations salariales de 2018 dans le Sud-Ouest dépassent les 8 % alors que la plus forte hausse constatée l'an dernier plafonnait à +5,5 %.

"Dans un climat général des affaires positifs, les activités informatiques se sont particulièrement distinguées avec de nombreux recrutements à la clef", commente Expectra, qui cite l'entreprise CGI. De nombreuses entreprises de services numériques ont en effet annoncé des recrutements importants à Bordeaux ces derniers mois dont Acensi, Ekino, Conserto, Ingéliance ou encore Amaris. En ce qui concerne, le métier de comptable client, Expectra considère que les investissements croissants en Nouvelle-Aquitaine ainsi que la bonne santé des écosystèmes de startups qui essaiment à Bordeaux et Toulouse expliquent la décision des entreprises de valoriser ce profil.

Quant au top 5 des salaires de cadres dans le Sud-Ouest, il est largement dominé par la comptabilité et la finance et par le commercial et le marketing :

  • 1/ Contrôleur financier  : 49.700 € bruts annuels ;
  • 2/ Responsable du contrôle de gestion : 48.030 € ;
  • 3/ Responsable du marketing : 46.330 € ;
  • 4/ Responsable des études : 45.810 € ;
  • 5/ Responsable de la communication : 44.480 €.

Enfin, les plus fortes demandes de main d'œuvre dans la région concernent le métier de technicien de maintenance (+30 % par rapport à 2017), de chef de projet (+27 %) et de conducteur de travaux (+21 %).

(*) Plus de 77.000 fiches de paie de 9.270 entreprises de toute la France représentant 133 qualifications dont 67 fonctions cadres et 66 fonctions d'employés, techniciens et agents de maîtrise ont été scrutées par Expectra. Sont concernés les métiers de l'informatique, l'ingénierie, la comptabilité, la finance, la fonction RH, le juridique, le commercial et le marketing. La zone "Sud-Ouest" d'Expectra correspond à la Nouvelle-Aquitaine et à l'ex Midi-Pyrénées et englobe donc les bassins d'emplois de Bordeaux et de Toulouse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :