Services numériques : Conserto s'implante à Bordeaux et promet 70 recrutements en trois ans

 |   |  643  mots
Nicolas Plougastel, directeur général de Conserto, Aurélie Oudry, directrice du bureau de Bordeaux, et Lionel Metivier, directeur technique, le 7 mars à la Grand jonction, à Bordeaux.
Nicolas Plougastel, directeur général de Conserto, Aurélie Oudry, directrice du bureau de Bordeaux, et Lionel Metivier, directeur technique, le 7 mars à la Grand jonction, à Bordeaux. (Crédits : La Tribune Bordeaux)
Transformation numérique, UI & UX design, objets connectés, robotique et cloud : ce sont quelques-uns des domaines d'expertise de la société Conserto qui ouvrira un bureau à Bordeaux le 3 avril prochain. L'entreprise nantaise de services numériques annonce 70 recrutements en trois ans assortis de la promesse d'un environnement de travail attractif.

C'est la 7e implantation nationale de Conserto qui, après Nantes, Niort, Montpellier, Rennes, Paris et Toulouse, poursuit son maillage du territoire à Bordeaux, dès le 3 avril prochain. Créée en 2013, à Saint-Herblain, près de Nantes, par Nicolas Plougastel et Gaël Avenard, cette entreprise  affiche une forte croissance en développant des prestations sur-mesure pour ses clients dans les domaines de la transformation et des services numériques (agence Lycanthrop'), du cloud et de la gestion de données, des objets connectés et des technologies embarquées, et de la robotique (Robotopi). Conserto emploie 370 salariés pour un chiffre d'affaires de 19 M€ en 2017 et vise un effectif de 450 personnes et un chiffre d'affaires de 27 M€ à la fin de l'année.

Bordeaux devrait bénéficier à plein de cette vitalité. "Il y a beaucoup d'opportunités et de complémentarités à trouver à Bordeaux, notamment dans le secteur de la santé et de l'e-santé. On attendait d'y trouver le bon manager pour s'y implanter. C'est fait", résume Nicolas Plougastel, directeur général et cofondateur de Conserto. C'est Aurélie Oudry, 39 ans, au profil à dominante commerciale, qui pilotera l'agence de Bordeaux. Celle-ci s'installera, dans un premier temps, au sein du nouvel espace de travail partagé StartWay qui vient d'ouvrir cours Aristide Briand, à Bordeaux.

10 recrutements d'ici fin 2018

Aurélie Oudry devra notamment assurer le recrutement de 70 CDI à Bordeaux en trois ans dont une dizaine de salariés d'ici la fin 2018. Les profils recherchés sont aussi divers que pointus : ingénieurs robotiques, développeurs informatiques opérationnels sur les dernières technologies, cadres et gestionnaires de projets, coachs agiles et, à terme, des designers d'interface et d'expérience utilisateur. S'y ajoutent les traditionnelles fonctions supports (responsable RH, assistant, commerciaux et responsables techniques).

Pour autant, le recrutement restera relativement ouvert. "Chez Conserto, nous partons des envies, des affinités et des compétences de nos consultants locaux pour bâtir notre offre de services . En ce sens, l'antenne bordelaise n'aura pas forcément la même offre que  celle de Toulouse ou de Rennes", précise Nicolas Plougastel. "D'autant que chaque agence a une ambiance et un business plan spécifiques en fonction de son territoire et de l'écosystème local."

Comment attirer et conserver les meilleurs profils ?

Une souplesse qui va de pair avec un fonctionnement interne qui vise à séduire et conserver les profils les plus attractifs. Les métiers du numérique sont en effet un secteur particulièrement concurrentiel, notamment à Bordeaux, et une ambiance table de ping-pong ne suffit plus pour être compétitif.

Lire aussi : Profils digitaux : que faire face à la pénurie ?

"Les difficultés de recrutement à Bordeaux sur ces profils numériques ne nous font pas peur mais on est bien conscients du sujet", reconnaît Aurélie Oudry qui met en avant plusieurs qualités de Conserto : "Perspectives d'évolution professionnelle, accompagnement et coaching des salariés et formation continue".

Même discours chez le directeur général, Nicolas Plougastel, qui donne ses recettes pour conserver les compétences en interne :

"On part des envies de carrières de nos salariés. C'est devenu indispensable pour les garder ! La table de ping-pong et l'ambiance startup c'était révolutionnaire quand nous l'avons fait il y a 5 ans, désormais c'est nécessaire mais ce n'est plus suffisant ! On insiste sur la formation continue avec un laboratoire de formation en interne. L'enjeu est à la fois de former nos salariés sur les dernières technologies et de rester plus malin et plus en amont que nos concurrents."

Conserto assure ainsi donner les moyens à ses équipes en termes de veille concurrentielle et favoriser la communication via un réseau social interne, un pôle d'innovation personnelle (intraprenariat, boîte à idées, droit à l'erreur) et une cérémonie d'intégration "à la Harry Potter" pour les nouveaux arrivants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :