Métiers recherchés, salaires, secteurs dynamiques... La Nouvelle-Aquitaine à la loupe

 |   |  549  mots
Le commerce et la vente tirent leur épingle du jeu dans le Baromètre 2017 en Nouvelle-Aquitaine
Le commerce et la vente tirent leur épingle du jeu dans le Baromètre 2017 en Nouvelle-Aquitaine (Crédits : © Mal Langsdon / Reuters)
Le spécialiste de la recherche d'emploi en ligne Jobijoba livre en exclusivité pour La Tribune son baromètre 2017 en Nouvelle-Aquitaine. Quels sont les métiers les plus recherchés par les entreprises ? Où trouver le plus facilement du travail ? Quel est le salaire médian métier par métier ? Voici tout ce qu'il faut savoir.

Basée à Pessac, près de Bordeaux, Jobijoba regroupe à travers son site internet près d'un million d'offres d'emploi chaque jour, issues de plus de 350 sites partenaires. L'entreprise fournit également des services emploi en cherchant à rapprocher les compétences des candidats et les besoins des recrutements. Son Baromètre 2017 de l'emploi en Nouvelle-Aquitaine s'appuie sur l'analyse des 7 millions d'offres d'emploi publiées durant l'année sur son site. Que faut-il en retenir ?

La Nouvelle-Aquitaine est en forme

L'an passé, la région ressortait en 5e position des régions françaises. Cette fois, elle décroche la 3e marche du podium avec 518.959 offres d'emploi collectées courant 2017. La Nouvelle-Aquitaine (7,7 % des offres recensées au plan national) est devancée naturellement par l'Ile-de-France, 1re avec 25,1 % des offres, et Auvergne-Rhône-Alpes (13,5 %). Elle devance en revanche les Pays de la Loire (7,3 %) et l'Occitanie (7,2 %).

Baromètre 2017 Jobijoba

Où trouver un emploi ?

Sans grande surprise, la localisation des offres recensées par Jobijoba reflète les équilibres régionaux et les dynamiques à l'œuvre. L'ex-Aquitaine concentre 60 % des offres, l'ex-Poitou-Charentes 30 % et l'ex-Limousin 10 %. Bordeaux concentre à elle seule 12,7 % des offres, suivie loin derrière de Poitiers (3,6 %), Pau (3,20 %), La Rochelle (3,1 %), Limoges (3 %), Niort (2,9 %), Mérignac (2,8 %), Angoulême (2,3 %), Agen (1,8 %) et Pessac (1,5 %).

Sur quel secteur miser ?

Toujours en Nouvelle-Aquitaine, le commerce et la vente totalisent 15,6 % des offres d'emploi, devant l'industrie (13,9 % des offres), et le BTP (12,1 %) qui reprend des couleurs (+ 2,1 points par rapport au Baromètre 2016). Viennent ensuite le tourisme, l'hôtellerie et la restauration (7,6 %, en hausse d'1,5 point), la santé (7,5 %) et le transport et la logistique (7,3 %, + 1,9 point par rapport à 2016).

Secteur par secteur, quels sont les métiers les plus recherchés par les recruteurs ?

Commerce - vente
Les entreprises recherchent avant tout des commerciaux (24,8 % des offres du secteur) pour un salaire médian hors primes et part variable de 31.000 € bruts/an. Puis des vendeurs (14,8 %) autour de 23.000 € bruts/an, des technico-commerciaux (6,1 %, 31.250 € bruts/an) et loin derrière des chargés d'affaires (3,7 %, 35.000 € bruts/an).

Industrie
Les techniciens en maintenance sont très prisés par les entreprises (7,5 % des offres du secteur) et peuvent envisager un salaire médian brut par an de 25.000 €. Viennent ensuite les caristes (6,6 % des offres, 19.600 € bruts/an), les soudeurs (3,9 %, 20.700 € bruts/an), et les chaudronniers (3,4 %, 21.600 € bruts/an).

BTP
Les électriciens (11,4 % des offres du secteur, salaire média de 26.000 € bruts/an) et les maçons se tiennent la main (10,6 %, 22.500 € bruts/an). Suivent les menuisiers (8,9 % des offres, 22.500 € bruts/an) et les plombiers (7,1 %, 20.900 € bruts/an).

Tourisme, hôtellerie et restauration
Deux métiers se détachent nettement : celui de cuisinier (22,1 % des offres du secteur, pour un salaire annuel brut médian de 20.000 € bruts/an) et celui de serveur (21,7 % des offres, 18.000 € bruts/an). Commis de cuisine (8,9 %, 18.200 € bruts/an) et chefs de partie (4,2 %, 22.575 € bruts/an) sont loin derrière.

Santé
Les infirmiers sont très recherchés (36,7 % des offres) pour un salaire annuel médian brut de 25.000 €. Les aides-soignants le sont également (21,6 %, 25.000 € bruts/an), plus que les médecins (10,9 %, 57.500 € bruts/an) et les masseurs (5 %, 28.400 € bruts/an).

Transport et logistique
C'est un raz-de-marée pour les chauffeurs. 45,7 % des offres déposées par les entreprises de ce secteur les concernent, avec un salaire annuel brut médian de 23.100 €. Magasiniers (10,7 % des offres, 20.000 € bruts/an) et préparateurs de commandes (10,6 %, 20.000) sont très proches. Les responsables d'exploitation (1,8 % seulement, 40.000 € bruts/an) complètent la marche, peu nombreux mais malgré tout en forte hausse par rapport au Baromètre 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :