Bordeaux Métropole est-elle passée sous la coupe d’idéologues de la décroissance ?

 |  | 1305 mots
Lecture 7 min.
Réélu maire du Bouscat en 2020, Patrick Bobet n'est en revanche plus président de Bordeaux Métropole. Il mène le groupe d'opposition de droite et du centre Métropole commune.
Réélu maire du Bouscat en 2020, Patrick Bobet n'est en revanche plus président de Bordeaux Métropole. Il mène le groupe d'opposition de droite et du centre "Métropole commune". (Crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA)
Ancien patron de la majorité à Bordeaux Métropole, Patrick Bobet en est devenu le chef de l'opposition après la victoire du socialiste Alain Anziani l'an dernier. La rupture du pacte de cogestion entre la droite et la gauche ne passe toujours pas. Patrick Bobet dénonce ainsi une gouvernance de gauche sous influence d'écologistes intransigeants et décroissants emmenés par Pierre Hurmic, nouveau maire de Bordeaux. Il regrette également la sous-utilisation du fonds d'aides aux entreprises.

Patrick Bobet, maire (LR) du Bouscat, nouveau chef de l'opposition de droite et du centre à Bordeaux Métropole réunie au sein du groupe Métropole commune, a tenu à dresser un diagnostic sans ambiguïté ce mardi 12 janvier sur les six mois de gouvernance de la nouvelle coalition de gauche à la tête de Bordeaux Métropole, dont le socialiste Alain Anziani est le président. Et le constat est cinglant : en six mois de gouvernance la nouvelle majorité métropolitaine n'aurait selon lui "rien fait".

Pas le temps de lui faire observer que cette nouvelle majorité vient de mettre fin à 30 ans d'une délégation du service public de l'eau assurée par Suez pour la remplacer par une régie métropolitaine. Patrick Bobet, comme un joueur d'échec, a déjà  pris soin de miner ce terrain à l'avance, jusqu'à la dernière motte de terre. "Le président de la Métropole ce n'est pas Alain Anziani mais EELV", dévoile-t-il ainsi tout à trac, invalidant par avance toute action du président, renvoyé au statut d'associé sous influence.

Pourquoi EELV apparaît comme une force schismatique

Patrick Bobet n'est pas intervenu seul ce mardi sur ce sujet puisqu'il était en compagnie de trois autres conseillers métropolitains : Nathalie Delattre (PR), conseillère municipale de Bordeaux, vice-présidente du Sénat, Christophe Duprat (LR), maire de Saint-Aubin du Médoc et Emmanuel Sallaberry, maire (Sans étiquette) de Talence. A l'unisson de son chef de coalition à la Métropole, Nathalie Delattre a souligné "le mépris et le sectarisme" que subissent les élus...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :