Gestion de l'eau : le Conseil d’Etat donne raison à Trans’Cub contre Bordeaux Métropole

 |  | 1178 mots
Lecture 6 min.
La balle est désormais dans le camp d'Alain Anziani, président (PS) de Bordeaux Métropole
La balle est désormais dans le camp d'Alain Anziani, président (PS) de Bordeaux Métropole (Crédits : Agence APPA)
En validant la démarche de l'association Trans'Cub, qui demande à ce que le contrat de délégation de service public de gestion de l'eau entre Bordeaux Métropole et Suez Eau France soit réexaminé, le Conseil d'Etat relance un dossier vieux de plusieurs années. En attendant la nouvelle décision de la cour administrative d'appel de Bordeaux, les élus de Bordeaux Métropole vont devoir prendre position. Même si la nouvelle majorité a décidé de passer en régie, Trans'Cub ne la lâchera pas et chiffre à 100 millions d'euros le trop payé par les usagers.

Par son arrêté du 20 novembre, le Conseil d'Etat vient de donner raison à l'association citoyenne Trans'Cub, présidée par Jacques Dubos et dont la figure emblématique reste Denis Teisseire, en invalidant la décision prise en 2018 par la cour administrative d'appel de Bordeaux. Décision dans laquelle la cour d'appel administrative a refusé de reconnaître que le contrat de gestion de l'eau, qui lie Bordeaux Métropole à Suez Eau France, a été prolongé (au-delà sa durée réglementaire -NDLR) à compter du 2 février 2015. Bordeaux Métropole est par ailleurs condamnée à verser 3.000 euros à Trans'Cub.

Lire aussi : Bordeaux Métropole : Trans'Cub s'attaque à la gestion de l'eau

Présentés ainsi les faits ne sont compréhensibles que par les habitués du dossier. Schématiquement Trans'Cub, qui traque depuis des années et avec opiniâtreté le mauvais usage qui peut être fait des deniers publics, accuse Bordeaux Métropole de ne pas avoir cassé son contrat de gestion de l'eau en délégation de service public (DSP) avec Suez Eau France. Et ceci au détriment, souligne l'association, de tous les habitants de la métropole.

233 millions d'euros économisés sous la présidence d'Alain Rousset

"Déjà, en 2006, après douze ans de combat, Trans'Cub avait obtenu de Bordeaux Métropole et de son président de l'époque, Alain Rousset, qu'elle contraigne Suez Eau...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :