Bordeaux Métropole : l'accord Anziani-Hurmic signe la fin de la cogestion

 |   |  1149  mots
Stéphane Delpeyrat, maire de Saint-Médard-en-Jalles, Claudine Bichet, 1ere adjointe au maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, Alain Anziani, maire de Mérignac et Christine Bost, maire d'Eysines.
Stéphane Delpeyrat, maire de Saint-Médard-en-Jalles, Claudine Bichet, 1ere adjointe au maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, Alain Anziani, maire de Mérignac et Christine Bost, maire d'Eysines. (Crédits : PC / La Tribune)
Un accord politique assorti d'un projet de mandature a été conclu entre les socialistes et les écologistes pour la gouvernance de Bordeaux Métropole. Alain Anziani, le maire PS de Mérignac, devrait ainsi être élu président tandis que Pierre Hurmic, le maire de Bordeaux, serait 1er vice-président. Un fait majoritaire assumé qui rompt avec une tradition de gouvernance partagée et qui s'articule autour de priorités climatiques, économiques et sociales.

"On acte une véritable rupture en mettant en place une gouvernance majoritaire pour gérer la métropole pendant les six années qui viennent. [...] Il y a urgence d'imposer un cap majoritaire car l'urgence climatique n'est pas partagée par tous les élus métropolitains. On a dû affronter des coalitions anti-climat pendant la campagne électorale et il y a des élus qui ne partagent pas nos idées sur l'environnement. On ne va donc pas faire semblant d'être tous d'accord sur les objectifs politiques", affirme Pierre Hurmic, le maire écologiste de Bordeaux, ce jeudi 16 juillet, à la veille de la tenue du nouveau conseil métropolitain qui désignera le président de Bordeaux Métropole et ses 20 adjoints. Une rupture assumée, et défendue depuis des années par Pierre Hurmic, avec la tradition de cogestion entre la droite et la gauche au niveau métropolitain qui prévaut depuis les années 1970.

Lire aussi : Bordeaux Métropole bascule aussi à gauche : quelles conséquences ?

Un principe que les élus de droite, réunis au sein du groupe Communauté d'avenir, n'avaient pas voulu ou pas osé remettre en cause en 2014 et qui appartient désormais au passé. Derrière le socialiste Alain Anziani, réélu maire de Mérignac, la 2e ville la plus peuplée de l'agglomération, et l'écologiste Pierre Hurmic, ce sont 17 des 28 communes métropolitaines qui sont...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :