L'Oiso craint que l'immobilier neuf ne tombe vite en panne à Bordeaux Métropole

 |  | 1306 mots
Lecture 7 min.
Le programme Bordeaux Brazza est désormais l'un des moteurs du marché immobilier métropolitain, avec Bastide Niel ou encore, ci-dessus, Bordeaux Euratlantique, véritable locomotive métropolitaine.
Le programme Bordeaux Brazza est désormais l'un des moteurs du marché immobilier métropolitain, avec Bastide Niel ou encore, ci-dessus, Bordeaux Euratlantique, véritable locomotive métropolitaine. (Crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA)
L'Observatoire immobilier du Sud-Ouest (Oiso) vient de présenter son dernier rapport sur l'évolution du marché immobilier en Gironde. Animé par Bordeaux Métropole, le marché immobilier départemental doit beaucoup à la ville de Bordeaux, où les programmes aménagés structurent aujourd'hui l'activité. L'Oiso craint que la baisse des mises en vente de logements neufs ne finisse par asphyxier le marché métropolitain.

La présentation, ce 27 novembre, de l'évolution du marché immobilier à Bordeaux Métropole mais aussi en Gironde, à La Rochelle et dans le Sud Aquitaine par l'Observatoire immobilier du Sud-Ouest (Oiso), à partir de l'étude réalisée comme chaque année par le cabinet Adéquation, s'est faite en mode confiné par le biais de plusieurs webinaires. Pierre Vital, président de l'Oiso et fondateur du promoteur Idéal Groupe, a présenté le webinaire consacré au marché immobilier dans le collectif neuf en Gironde et Bordeaux Métropole.

Lire aussi : Immobilier (Oiso) : à Bordeaux Métropole la pénurie de terrains à bâtir mine la transition écologique

Non seulement le marché immobilier de Bordeaux Métropole ne pouvait pas échapper au choc de la pandémie de coronavirus mais, comme l'a souligné à plusieurs reprises Arnaud Roussel-Prouvost, président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) de Nouvelle-Aquitaine, la perspective des élections municipales n'a fait que renforcer un malthusianisme déjà bien ancré chez la plupart des élus concernant la construction immobilière. Amorçant un assèchement du marché immobilier avec une chute des mises en ventes.

Jongler entre diffus et encadré pour trouver l'équilibre

Une vision de la réalité totalement divergente de l'analyse faite à ce propos par la nouvelle équipe municipale à Bordeaux, comme en a témoigné l'entretien que La Tribune a eu avec le nouvel homme fort de l'urbanisme à Bordeaux Métropole : Bernard-Louis Blanc. Pour le 4e adjoint au maire de Bordeaux en charge de l'urbanisme résilient, le problème est...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :