Bois-béton, hauteur et préfabrication, la tour Hypérion préfigure le Bordeaux de demain

Les 16 étages de la tour Hypérion sont achevés à Bordeaux Euratlantique, accueillant leurs premiers occupants. Entre recours au bois local, modules préfabriqués et hauteur de 55 mètres, ce projet porté par Eiffage, illustre bien les transformations à l’œuvre dans la fabrique de la ville. Plus largement, avec ses deux autres tours, Innova et Silva, le quartier Armagnac préfigure le Bordeaux de demain.

8 mn

La tour Hypérion, au centre, entre un immeuble de bureaux et l'ancien centre de tri postal à Bordeaux Euratlantique, quartier Armagnac.
La tour Hypérion, au centre, entre un immeuble de bureaux et l'ancien centre de tri postal à Bordeaux Euratlantique, quartier Armagnac. (Crédits : Agence APPA)

Les premiers habitants ont emménagé il y a quelques semaines dans cet immeuble atypique dessiné par l'architecte Jean-Paul Viguier pour Eiffage Immobilier. Après Innova, dont les cubes de logements et de bureaux ont déjà été livrés par le groupe Carle, et avant Silva, dont le chantier piloté par Kaufman & Broad vient de débuter, Hypérion sera l'une des trois tours entourant la future place Armagnac traversée par la ligne C du tramway, au cœur du périmètre de l'opération d'intérêt national Bordeaux Euratlantique.

Lire aussi 9 mn« Nous voulons que la Rue bordelaise soit la plus évolutive possible ! » (François Agache, Apsys)

Du bois et du béton

Encore parasité pendant quelques années par les silhouettes des grues et les bruits de chantier, ce nouveau morceau de ville prend vie progressivement. Du côté du programme Hypérion, qui en est aux finitions, 90 % des logements commercialisés par Eiffage Immobilier ont trouvé preneur tout comme 40 % des bureaux. De quoi valider un projet qui a multiplié les innovations depuis sa sélection par l'EPA Bordeaux Euratlantique en 2016 à l'issue d'un concours international entre neuf candidatures. "Tout au long de ce projet, nous avons travaillé très étroitement avec Eiffage pour démontrer qu'il est possible de construire une tour en bois en plein centre-ville avec un chantier aux nuisances et aux délais réduits", note l'architecte Jean-Paul Viguier. Haute de seize étages pour 55 mètres, la tour Hypérion mêle en effet le béton et le bois : le socle, les trois premiers étages et le noyau central du bâtiment sont en béton classique tandis que les cloisons, plafonds, planchers et balcons sont en bois. Il s'agit principalement de pin Douglas issus de Corrèze et fourni par l'entreprise Piveteaubois.

Tour Hypérion Eiffage Euratlantique

Le programme Hypérion associe la tour et deux autres immeubles (crédits : Agence APPA).

Cela représente 1.400 m3 de bois massif et Eiffage assure que la tour d'habitation concentre l'équivalent d'un millier de tonnes de C02 tout en ayant permis d'en économiser 4.300 tonnes (soit 42 %) par rapport à une construction tout béton. A côté de la tour bois-béton qui accueille 100 logements, quasiment tous dotés d'un balcon plus ou moins étendu, le programme Hypérion c'est aussi un 2e immeuble de 82 logements, un immeuble de bureaux de 3.800 m2 sur sept étages, 360 m2 de commerces et 151 places de parking. La gestion de ces commerces de proximité, comme tous ceux de la place Armagnac, a été confiée par l'EPA Euratlantique à la société Cristal qui devra notamment en assurer la cohérence et la diversité. Hypérion s'étend donc au total sur 16.500 m2 pour un investissement de 50 millions d'euros.

Lire aussi 14 mnStéphan de Faÿ : "Euratlantique a déjà compensé dix ans d'artificialisation des sols à Bordeaux"

1.500 modules préfabriqués

Mais pour Eiffage Immobilier, cette tour de 55 mètres de haut a aussi servi de terrain d'expérimentation pour un nouveau processus de construction favorisant la préfabrication en usine avant de venir brancher les modules sur le bâtiment. Les balcons et façades en bois mais aussi les salles de bains ont ainsi été réalisées chez Piveteaubois pour les premières et dans l'usine Savare, filiale d'Eiffage, à Fresnay-sur-Sarthe (Sarthe), pour les secondes. "Les salles de bains sont entièrement finies et contrôlées en usine avant d'être déposées au sein de chaque appartement. Cela permet d'avoir des prix compétitifs et d'assurer une meilleure qualité finie tout en allant plus vite", explique Hervé Lapastoure, directeur régional d'Eiffage Immobilier.

Au total, ce sont 1.500 composants préfabriqués, dont 304 murs ossature bois, qui ont été assemblés sur le chantier en cinq mois. Un procédé qui a fait ses preuves avec Hypérion et qu'Eiffage entend désormais utiliser sur d'autres projets à Bordeaux mais aussi ailleurs en France, notamment sur les chantiers des Jeux Olympiques de Paris 2024 dont les calendriers de réalisation sont particulièrement serrés.

Tour Hypérion Eiffage Euratlantique

Jean-Paul Viguier, en contrebas de la tour Hypérion où le bois n'apparaît que sur les balcons (crédits : Agence APPA).

Au total, ces différentes contraintes - hauteur, bois, balcons, préfabrication - aboutissent logiquement à des surcoûts compte tenu de la complexité du programme. Le coût de construction de l'immeuble de logements est de 2.400 €/m2 "soit 30 à 40 % plus cher qu'un bâtiment plus classique", selon Eiffage. Selon la mairie, le coût moyen de la construction à Bordeaux s'échelonne entre 1.300 et 2.200 €/m2. Du côté, des prix de vente, la moyenne pour Hypérion tourne autour de 3.900 €/m2, parking compris mais les appartements les plus hauts sont partis entre 5.000 et 6.000 €/m2. Preuve que la hauteur et le bois n'effraient pas le Bordelais :

"46 % de nos logements ont été vendus à des propriétaires occupants, le plus souvent des ménages bordelais, des primo-accédants ou des petites familles cherchant à se loger. Le bois, qui est très peu visible car recouvert, n'a pas vraiment été un critère pour eux mais nous avons édité un petit guide pédagogique sur le bois pour casser les idées reçues", précise Marc Simon, directeur des programmes chez Eiffage Immobilier Sud Ouest.

A noter, que 30 % des habitations du programme Hypérion sont des logements locatifs sociaux gérés par Clairsienne et Atlantique Aménagement.

Tour Hypérion Eiffage Euratlantique

La station Carle Vernet sur les lignes C et D du tramway est au pied de la tour Hypérion (crédits : Agence APPA).

Le Bordeaux de demain dès aujourd'hui ?

Et si elle est bien la première à avoir choisi le bois, Hypérion sera bientôt suivie de la tour Silva qui est en train de sortir de terre à quelques mères, de l'autre côté de la rue d'Armagnac. Dessinée par Bellecour Architectes et Art&Build pour Kaufman & Broad, elle atteindra 50 mètres de haut et comme Hypérion, treize de ses seize étages seront en structure bois avec un noyau béton. 125 logements, 75 logements sociaux, des bureaux et des commerces se partageront 20.000 m2 pour une trentaine de millions d'euros HT.

Tour Silva Euratlantique

La tour Silva dont la construction vient de débuter (crédits : Bellecour Architectes).

De quoi chambouler les habitudes des Bordelais, que l'on dit attachés à l'horizontalité des quartiers d'échoppe et que les excès des Bassins à flot ont pu refroidir. Mais sans toujours atteindre 50 mètres, la hauteur sera probablement incontournable dans les années qui viennent de l'avis des professionnels de l'immobilier, notamment pour compenser les surcoûts de construction liés au label du Bâtiment frugal bordelais présenté par la mairie il y a quelques semaines. Et si la tour Hypérion n'a pas eu besoin de passer sous les fourches caudines de ce label urbain qui devrait être obligatoire en 2023, elle s'en approche déjà par certains aspects : mixité fonctionnelle, bois-béton, desserte en transports en commun, espaces extérieurs, isolation, etc. Le bâtiment affiche ainsi un label Bâtiment bas carbone niveau performant et les logement sont certifiés HQE 9 étoiles.

Lire aussi 5 mn« Les promoteurs doivent s'emparer du Bâtiment frugal bordelais dès aujourd'hui »

Pour autant, les perspectives de hauteur n'emballent pas vraiment Alain Anziani, le président de Bordeaux Métropole, qui réagissait ce 15 juin à l'étude présentée par les promoteurs bordelais soulignant le besoin de construire davantage :

"Il faut garder les pieds sur terre ! Oui, il faut construire des logements pour répondre au déficit mais pas n'importe où et pas n'importe comment. Il faut construire mais en même temps il y a une fronde bien réelle anti-construction de nos concitoyens qui sont souvent attachés à la notion de village urbain et qui ne souhaitent pas voir des immeubles pousser partout avec des vues sur leur salon. Et on peut les comprendre ! Il faudra néanmoins construire en priorisant le long des axes de transports en commun et on va y travailler dans le plan local d'urbanisme."

Lire aussi 8 mnLe marché immobilier de La Rochelle ravagé par "la voie du ZAN"

Bordeaux Euratlantique Innova

Avec 50 mètres de hauteur, la tour Innova mêle un cube de bureaux et un autre de logements (crédits : Agence APPA).

Diaporama : les dix ans de Bordeaux Euratlantique en dix photos

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 19/06/2021 à 11:04
Signaler
Je trouve ce quartier très moche , sans parler des tours . On en a detruites pour en reconstruire . Lol

à écrit le 18/06/2021 à 11:33
Signaler
Défigure

à écrit le 18/06/2021 à 11:06
Signaler
Qui sera chargé d'appliquer le Bondex. À Bordeaux, il y a des insectes qui rongent. Quel sera le bilan dans 20ans. Le Co2 du béton ou le Co2 de la pétrochimie. Y a-t-il eu une AMDEC, Bonne journée....

à écrit le 18/06/2021 à 8:56
Signaler
C'est laid, de la pollution visuelle infâme. Crée par des gens pseudo "modernes" qui eux-mêmes n'iraient jamais habiter dans de tels logements ! 😂 Rdv dans 20 ans pour voir la tête de ce quartier, ça va être drôle, et ça va dire "ouin-ouin". Vous n...

à écrit le 18/06/2021 à 0:09
Signaler
Remake des années 60-70! Pensez vous réellement que les gens viennent s'installer dans la région pour ce type architectural? On prône le développement durable mais en quoi est-ce durable ? Il est fort à parier que ces complexes seront détruits dans u...

à écrit le 17/06/2021 à 17:45
Signaler
Quel horreur !!!! Jusqu'où ira la connerie des constructeur et le laisser aller des maires...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.