« Les promoteurs doivent s'emparer du Bâtiment frugal bordelais dès aujourd'hui »

INTERVIEW. "Avec ce label, nous posons des règles claires dès le départ pour fluidifier l'instruction des permis de construire tout en gardant voire en rehaussant notre niveau d'exigence", déclare Bernard Blanc, l'adjoint au maire de Bordeaux en charge de l'urbanisme résilient, qui dévoile en exclusivité dans La Tribune le détail des 42 critères de ce nouveau référentiel du Bâtiment frugal bordelais. Il affirme sa détermination à imposer ce document à tous les projets immobiliers dès 2021 et justifie par l'impératif climatique des surcoûts de construction allant jusqu'à 40 %.

5 mn

Oui, il y aura un surcoût et nous l'assumons parce que c'est un surcoût pour sauver la planète, pour sortir du béton qui est en train de nous tuer !, justifie Bernard Blanc, l'adjoint au maire de Bordeaux en charge de l'urbanisme.
"Oui, il y aura un surcoût et nous l'assumons parce que c'est un surcoût pour sauver la planète, pour sortir du béton qui est en train de nous tuer !", justifie Bernard Blanc, l'adjoint au maire de Bordeaux en charge de l'urbanisme. (Crédits : Agence APPA)

LA TRIBUNE - Vous présentez aujourd'hui les 42 critères du label Bâtiment frugal bordelais. Quels sont ses objectifs politiques ?

BERNARD BLANC - Ce label s'inscrit dans la démarche de frugalité dans l'acte de construire qui a pris, depuis quelques années, de l'ampleur chez les professionnels de l'urbanisme, de la construction et de l'immobilier mais aussi dans le grand public. Il vise à répondre aux enjeux climatiques, écologiques et sociétaux de notre époque. Concrètement, cela veut dire que ces nouveaux bâtiments devront prendre en compte la réalité des canicules et du réchauffement climatique. Ils devront sortir du tout béton qui est un boulet climatique extraordinaire et explique que le secteur du bâtiment pèse 40 % des émissions carbone. Mais il faudra aussi augmenter la qualité, la taille et le caractère évolutif des logements en imposant par exemple des appartements traversants, dotés d'espaces extérieurs et d'une pièce pouvant, par exemple, être facilement scindée avec un accès séparé.

Cette démarche, engagée depuis l'été 2020, doit permettre de remettre Bordeaux à niveau en tirant les leçons de ce qui a été fait ailleurs depuis dix ans déjà ! On n'invente rien mais on pousse encore un cran plus loin la démarche de la frugalité. On va s'intéresser à la provenance des matériaux, à leur origine biosourcée, à l'enveloppe du bâti, à la qualité du logement, à sa ventilation, à son isolation ou encore à la participation des habitants et à la mutualisation des espaces.

Lire aussi : Immobilier : les 42 critères du nouveau label Bâtiment frugal bordelais

Ce label ne sera rendu opposable juridiquement qu'en 2023, lorsqu'il sera annexé au plan local d'urbanisme (PLU). D'ici là, allez-vous refuser les permis de construire qui n'intègreront pas les 20 critères de ce label ?

Non, bien évidemment puisque nous n'aurions pas le droit de le faire ! En revanche, il se pourrait que l'instruction des projets qui refuseraient cette démarche prenne plus de temps que d'autres... Mais notre objectif n'est pas d'être dans la confrontation. Notre enjeu est d'être suffisamment convaincant pour que tout le monde prenne en compte ce label dès 2021. Ce que je dis aux promoteurs c'est que ce label sera obligatoire dans deux ans et que s'ils ne commencent pas à s'y mettre dès maintenant, ils auront du retard sur leurs concurrents en 2023. Les promoteurs doivent s'emparer du bâtiment frugal bordelais dès aujourd'hui ! Plusieurs d'entre eux ont déjà intégré la démarche et je constate une émulation entre les promoteurs immobiliers pour innover avec l'ambition d'aller décrocher le label et les deux ou trois étoiles. Et, au fond, ce que nous voulons c'est poser des règles claires dès le départ en matière d'urbanisme pour fluidifier l'instruction des permis de construire tout en gardant voire en rehaussant notre niveau d'exigence. Si le promoteur intègre les critères du label dès la conception du projet, cela permet d'éviter un certain nombre d'aller-retour fastidieux avec les services d'instruction et donc d'accélérer le processus.

Lire aussi : Ces projets immobiliers qui servent de test au Bâtiment frugal bordelais

Quel est le surcoût estimé de ce label pour la construction ? Comment justifier-vous d'accroître encore le coût du logement et donc les prix de l'immobilier qui atteignent déjà des sommets à Bordeaux ?

Aujourd'hui, hors foncier, parking et VRD (voirie et réseaux divers), le coût de la construction à Bordeaux va de 1.300 €/m2, pour du tout béton classique, à 2.200 €/m2 pour la ZAC Bastide Niel, compte tenu des contraintes architecturales. Nous estimons que le label peut entraîner un surcoût de l'ordre de 15 % pour les conditions de base, soit autour de 1.400 à 1.500 €/m2,  et jusqu'à 30 % à 40 % si l'on va plus loin en cherchant deux ou trois étoiles, soit environ 1.800 €/m2. Oui, ça coûte plus cher d'utiliser des matériaux biosourcés, de végétaliser les projets, de récupérer de la pleine terre et de construire des logements de qualité. Je remarque pourtant que ça restera bien moins cher que la ZAC Bastide Niel, développée par la précédente majorité sur un modèle tout béton !

Et tout ne se répercutera par sur l'acheteur final. Les promoteurs immobiliers doivent grignoter leur marge et ils ont les moyens de le faire tant cette dernière atteint des niveaux extravagants. Il faut aussi renouer avec une architecture plus simple, de bon sens mais très exigeante sur la qualité des finitions. De notre côté, nous allons agir sur les prix du foncier pour en limiter l'inflation délirante à cause de la course à l'échalote entre promoteurs qui surpaient parfois des terrains à Bordeaux jusqu'à 50 % de plus que le prix proposé par le vendeur ! Mais, oui, il y aura un surcoût et nous l'assumons parce que c'est un surcoût pour sauver la planète, pour sortir du béton qui est en train de nous tuer ! Et si on en paie le prix aujourd'hui, c'est aussi parce qu'on n'a pas voulu bouger pendant trop longtemps, en prenant de mauvaises habitudes de construction avec toujours le même matériau.

Lire aussi : Immobilier : hausse généralisée des prix en Gironde

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.