Immobilier : un vent d’accalmie souffle enfin sur Bordeaux (11/14)

 |   |  1945  mots
Dans la métropole bordelaise, les prix moyens au m2 oscillent entre 1.800 et plus de 4.500 €.
Dans la métropole bordelaise, les prix moyens au m2 oscillent entre 1.800 et plus de 4.500 €. (Crédits : Meilleursagents.com)
Les chiffres des notaires comme ceux des réseaux immobiliers aboutissent au même constat : la flambée des prix bordelais a laissé place à des hausses de plus en plus mesurées qui s'étiolent trimestre après trimestre. Pour autant, l’heure n’est pas non plus au retournement du marché : les pronostics s’accordent sur une légère hausse comprise entre 0 et +2% d’ici à septembre 2020.

A interroger les acteurs de l'immobilier à Bordeaux en cette rentrée 2019, on sent flotter un réel sentiment de soulagement. Soulagement de constater que le marché local revient peu à peu à un fonctionnement plus apaisé, plus logique, plus serein. « Le boom immobilier et les hausses à deux chiffres, sont derrière nous... En tous cas je l'espère car ce climat n'était pas sain. Je crois qu'il faut se méfier des variations excessives parce qu'elles portent toujours un risque que ça se finisse mal », résume ainsi Mathieu Massie, le nouveau président de la Chambre des notaires de Gironde.

« Cette frénésie était certes bénéfique pour tout un tas de profession, dont les notaires bien évidemment, mais pas pour les ménages et en particulier pour les primo-accédants qui, ces dernières années, ont dû mécaniquement soit s'éloigner du centre de Bordeaux, soit opter pour une surface réduite », poursuit le professionnel qui exerce à Gradignan.

« Des primo-accédants dans l'hypercentre de Bordeaux ? Il n'y en a plus ! », lâche ainsi Gilles Bourdry, le président de l'Unis (Union des syndicats de l'immobilier) et gérant d'une agence Citya dans le centre-ville, illustrant l'impact de la faramineuse hausse des prix survenue à Bordeaux ces dernières années : +35 % en cinq ans !

« On a atteint le seuil d'acceptabilité »

Selon Meilleursagents.com, la préfecture de Gironde souffre désormais d'un pouvoir d'achat très faible puisque seulement 52 % des habitants peuvent y acheter un logement de 36 m2 contre 70 % à Nantes et 71 % à Toulouse. « Tout l'enjeu est que cette croissance économique et démographique ne s'accompagne pas d'exclusions et de contraintes. L'immobilier neuf était à 2.700 €/m2 à Bordeaux il y a dix ans et il est à 4.800 €/m2 aujourd'hui. Je crois que l'on a atteint un seuil d'acceptabilité, on ne pourra pas continuer à être attractif si les prix continuent de grimper", reconnaît, lucide, le maire de Bordeaux, Nicolas Florian. Une réalité économique qui diminue mécaniquement la demande si bien que les prix semblent avoir atteint un plafond. D'autant que les investisseurs font aussi leurs calculs et constatent que la rentabilité d'un achat à Bordeaux est devenue nettement moins bonne à Bordeaux qu'à Nantes ou Toulouse.

Bordeaux Immobilier Meilleursagents.com

Les prix immobiliers à Bordeaux estimés par le réseau Meilleursagents.com au 1er septembre 2019 (cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Si les prix restent...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2019 à 19:22 :
"+35,2 % : la hausse des prix survenue à Bordeaux sur les cinq dernières années"

C'est pas le cadre parisien qui veut enfin aller vivre dans une ville agréable qui a fait ça hein... Énorme !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :