Bordeaux Métropole : Spie Batignolles teste la mixité tertiaire place Ravezies

Un campus, des bureaux, un supermarché, des commerces et un parking : le projet immobilier I-Ter développé par Spie Batignolles, sur la place Ravezies entre Bordeaux et Le Bouscat, déploiera ses 12.000 m2 d'ici la fin 2023. Les deux immeubles située sur l'ancienne gare Saint-Louis feront office de porte d'entrée de la ligne verte.
Les deux bâtiments en R+5 et R+4 construits par le promoteur Spie Batignolles Immobilier à Bordeaux Ravezies feront office de porte d'entrée de la ligne verte, cheminement piétonnier qui file vers Le Bouscat et Bruges.
Les deux bâtiments en R+5 et R+4 construits par le promoteur Spie Batignolles Immobilier à Bordeaux Ravezies feront office de porte d'entrée de la ligne verte, cheminement piétonnier qui file vers Le Bouscat et Bruges. (Crédits : Spie batignolles immobilier / Emmanuel Combarel, agence ECDM)

Quelques semaines après la pose de la première pierre de la future gare Saint-Germaine, au Bouscat, les élus métropolitains se sont retrouvé, ce 29 mars, à l'autre extrémité de la ligne verte, qui traverse Le Bouscat et Bruges, pour planter le 1er arbre d'un programme immobilier tertiaire de 12.400 m2. Et c'est sur l'emprise foncière de l'ancienne gare Saint-Louis, place Ravezies, appartenant à la SNCF et à la Métropole, que le chantier du projet I-Ter bat son plein. Dessiné par les architectes Emmanuel Combarel et Dominique Marrec (ECDM) et porté par Spie Batignoles immobilier, ce projet est constitué de deux bâtiments cerclés d'un bardage en aluminium doré et couronnés de terrasses végétalisées.

Situés de part et d'autres de l'entrée de la voie verte, ils feront le lien avec la place Ravezies où se croisent de multiples moyens de transport. "C'est un projet passionnant puisqu'il s'inscrit à la confrontation de plusieurs paysages urbains très différents : les petites maisons de ville avec jardin, la ville plus constituée, le parking relais et la voie verte", note Dominique Marrec.

Lire aussi 3 mnA Bordeaux, les hangars ont achevé leur mue commerciale en Bord'eau Village

Mixité fonctionnelle

Le premier bâtiment en R+4, livré au printemps 2023, accueillera un campus de l'école privée de formation aux métiers numériques Ynov sur 4.500 m2, soit une capacité de 1.400 personnes. Le second, en R+5, ce qui correspond à la hauteur du parking relais à côté, est prévu pour la fin 2023. Calibré pour 600 utilisateurs, il abritera différentes fonctions sur 6.600 m2 : un Intermarché, un café associatif et des commerces dont une conciergerie, sur 1.200 m2, et plusieurs étages de bureaux sur 5.000 m2. Une programmation commerciale percutée par le Covid-19 puisque le Canopée Café (Mérignac), un temps annoncé sur le toit-terrasse a finalement jeté l'éponge. L'opérateur du café associatif en rez-de-chaussée sera sélectionné dans les prochains mois.

Dans les étages, les surfaces de bureaux ont d'ores-et-déjà été acquises par Keys Reim mais par encore commercialisés. Cette société de gestion d'actifs tertiaires est déjà présente à Bordeaux sur le quai des Caps, la tour Innova ou encore les Halles de Bacalan. Desservis par la ligne C du tramway et plusieurs lignes de bus, les deux immeubles seront accompagnés de 100 places de parking pour les voitures et 200 places pour les vélos.

Lire aussi 6 mnA Bordeaux, les investissements dans le marché du bureau ont triplé, à plus de 400 millions d'euros

La ville sur la ville

Et dans un contexte de foncier de plus en plus rare, les élus locaux - Alain Anziani, et Christine Bost pour Bordeaux Métropole, et Gwenaël Lamarque pour Le Bouscat - ont mis en avant la pertinence du projet. "C'est un programme qui relève de la sobriété foncière puisqu'il permet de reconstruire la ville sur la ville", a également souligné François Maillard, le président de Spie Batignolles immobilier, déjà présent dans le quartier Bastide Niel, sur la rive droite.

Ce programme s'inscrit dans la 1re édition de l'appel à manifestation d'intérêt Aire (aménager, innover, redessiner, entreprendre) lancé par Bordeaux Métropole et La Fab. En deux éditions, cette démarche, qui vise à identifier et attribuer du foncier dédié à des activités économiques, a retenu 17 sites d'intervention pour environ 20 hectares de foncier public ou privé, destinés aux entreprises de type PME, PMI, artisans et négociants cherchant à s'implanter ou à se développer sur la métropole.

Lire aussi 4 mnBordeaux Euratlantique : Onepoint prêt à démarrer les travaux de son futur campus

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.