Bordeaux Euratlantique : Onepoint prêt à démarrer les travaux de son futur campus

Avec désormais 370 salariés dans le Sud-Ouest, l'entreprise de services numériques Onepoint élargit son éventail d'activités : "Nous accompagnons nos client sur tous leurs besoins : transformation numérique, stratégie, organisation, raison d'être et business", assure à La Tribune Erwan Le Bronec. Le directeur régional de Onepoint met la dernière main à son projet de grand campus bordelais qui incarnera cette stratégie intégrée à partir de 2024.

4 mn

Le futur campus de Onepoint à Bordeaux Euratlantique s'étendra sur 20.000 m2.
Le futur campus de Onepoint à Bordeaux Euratlantique s'étendra sur 20.000 m2. (Crédits : Valode & Pistre)

Annoncé dès le mois de juin 2019, le projet de campus XXL porté par Onepoint et Covivio à Bordeaux Euratlantique a pris un peu de retard. Sa livraison est repoussée d'un an pour une ouverture désormais annoncée pour le début 2024. "On attend la dernière validation du permis de construire et les travaux devraient début début 2022 pour une livraison deux ans plus tard", indique à La Tribune Erwan Le Bronec, le directeur régional Sud-Ouest de l'entreprise de services numériques basée à Paris. Le campus Onepoint s'élèvera dans le jardin de l'Ars, à Bordeaux Euratlantique, juste à côté du groupe scolaire Simone Veil. Il se glissera entre le campus François d'Assise annoncé pour 2023 et le quartier Quai Neuf et ses 770 logements prévus pour 2025.

Lire aussi 2 mnLe pont Simone Veil pose ses fondations dans la Garonne

Trois familles d'activités

Sur le fond, le projet de Onepoint n'a pas changé. L'objectif est de réunir ses 330 salariés girondins aujourd'hui répartis entre la Cité numérique à Bègles (2.000 m2) et les locaux de Pessac (1.200 m2). Mais pas seulement puisque le bâtiment en R+8, dessiné par le cabinet Valode & Pistre Architectes, s'étalera sur 20.000 m2 :

"Il y aura différentes fonctions dont nos propres locaux, une offre de coliving [locations meublées, NDLR] et une école de formation opérée par Onepoint et d'autres partenaires que nous recherchons. Cela concernera notamment des formations aux métiers du numérique en combinant trois approches : le retour à l'emploi via des reconversions professionnelles ; la montée en compétences des collaborateurs de nos clients sur des modules de formation de quelques semaines ou quelques mois ; et une offre de formation initiale pour des étudiants avec des passerelles vers Onepoint", détaille Erwan Le Bronec.

Campus Onepoint Bordeaus Euratlantique

Le futur campus Onepoint vu du ciel (crédits : Valode & Pistre Architectes).

Incarner une stratégie intégrée

Un assemblage qui doit permettre à Onepoint, qui emploie 2.500 salariés pour plus de 300 millions d'euros de chiffre d'affaires, de concrétiser sa volonté d'émancipation de son étiquette d'ESN (entreprise de services numériques). "Nous ne nous reconnaissons plus dans cette appellation parce qu'aujourd'hui nous accompagnons nos client sur tous leurs besoins : transformation numérique, stratégie, organisation, raison d'être et business", martèle le responsable régional. Dans le Sud-Ouest, l'entreprise travaille pour des administrations et services publics, les télécoms, le secteur bancaire et des clients industriels.

Et Onepoint entend bien capitaliser là-dessus, comme le souligne Erwan Le Bronec : "L'objectif de ce campus est de lier une proximité très très forte avec nos clients, les écoles et l'écosystème local. Le client doit pouvoir tout trouver sur place, une réponse à toutes ses problématiques. Nous voulons être en mesure de les accompagner du sol au plafond !" Le modèle très intégré élaboré avec les équipes de transformation numérique d'Arkea, à la Cité numérique, a ainsi vocation à être dupliqué avec d'autres clients.

Erwan Le Bronec

Erwan Le Bronec, directeur régional Sud-Ouest de Onepoint (crédits : Onepoint).

Un objectif de 150 embauches à Bordeaux en 2022

Et malgré la pénurie de développeurs web sur le marché de l'emploi local et national, Onepoint maintient des objectifs ambitieux de croissance de ses effectifs avec 150 embauches prévues à Bordeaux l'an prochain. "On accueille beaucoup de profils en reconversion professionnelle et maintenant qu'on a des équipes constituées avec des seniors on devrait s'ouvrir davantage à des profils juniors en conservant un modèle très différenciant avec très peu de structures hiérarchiques et beaucoup d'autonomie", avance Erwan Le Bronec, qui assure avoir contenu les hausses salariales de ses développeurs autour de +6 % ces dernières années, contre +20 % à +25 % en moyenne sur le marché local.

Lire aussi 9 mnStars, salaires, télétravail : l'emploi des développeurs web en ébullition à Bordeaux (1/3)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.