Avec SpaceHub, la région bordelaise veut tenir son rang dans la mobilité spatiale

 |  | 458 mots
Lecture 3 min.
Les partenaires du projet SpaceHub réunis au conseil régional de Nouvelle-Aquitaine le 7 septembre 2020.
Les partenaires du projet SpaceHub réunis au conseil régional de Nouvelle-Aquitaine le 7 septembre 2020. (Crédits : Région Nouvelle-Aquitaine)
Défendre et promouvoir la position de la région bordelaise dans la compétition mondiale de la mobilité spatiale, c'est l'ambition du SpaceHub lancé conjointement par des acteurs publics et privés dont la Région Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux Métropole, ArianeGroup et Dassault Aviation.

Malgré la vente d'avions Rafale à la Grèce, qui bénéficiera directement à l'usine Dassault de Mérignac, la filière régionale de l'aéronautique-spatial-défense (ASD) a bien besoin de signaux positifs dans un contexte compliqué, tout particulièrement pour les avionneurs civils et leurs sous-traitants. Alors que Technowest vient de lancer un appel à projets pour repérer et accompagner trois nouvelles startups de l'ASD, le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux Métropole, Saint-Médard-en-Jalles, ArianeGroup et Dassault Aviation se mobilisent pour fédérer les énergies en matière spatiale. Une nouvelle initiative après que la présidence bordelaise de la Communauté des villes Ariane en 2020 a subi le confinement et la crise sanitaire de plein fouet tout comme le festival Big Bang.

La démarche SpaceHub, présentée le 7 septembre en présence d'une myriade de partenaires publics et privés (*),  vise à ainsi à démontrer que le territoire tient son rang en matière de mobilités spatiales dans un contexte plus concurrentiel que jamais avec les progrès à marche forcée réalisés par les acteurs du New Space.

Lire aussi : Le New Space veut faire de l'espace un business comme les autres

Et le nouveau né Spacehub affiche ses ambitions sans détour :

"Êre un acteur d'excellence de niveau international dans le domaine de la mobilité spatiale, en particulier les vols suborbitaux, le transport spatial et la rentrée atmosphérique".

Deux activités seront développées de concert pour mêler étroitement recherche fondamentale et applications concrètes :

  • un centre d'analyse prospective dédié à la mobilité spatiale travaillant avec les universités et grandes écoles françaises et internationales ainsi qu'avec les agences spatiales, civiles et de défense ;
  • un centre d'exploration et d'accélération des concepts spatiaux "pour aboutir rapidement aux meilleures solutions, obtenir des financements associés à ses projets innovants et générer de nouvelles opportunités d'affaires." Le tout dans une logique d'ouverture et de collaboration.

Une démarche qui s'inscrit également dans une logique de relance économique à moyen terme tant les innovations et technologies développées initialement pour le spatial se traduisent, dans un second temps, dans l'économie et les usages plus grand public, de la communication à la santé en passant par l'environnement et la mobilité.

Lire aussi : "La Lune est un très bon terrain d'entraînement avant d'aller sur Mars"

(*) Les partenaires industriels du projet (ArianeGroup et Dassault Aviation), le CEA, les représentants de l'écosystème de la recherche (Université de Bordeaux, CNRS, Inria, Chaire défense & aérospatial de Sciences Po Bordeaux, etc.), des acteurs majeurs soutenant le projet (Thales, Cnes, Nouvelle-Aquitaine Academic Space Center, l'association Hyfar-Ara et la Fondation Bordeaux Université).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :