La mission de la Nasa Mars 2020 emportera une caméra laser conçue à Bordeaux

 |  | 657 mots
Lecture 3 min.
Mars 2020, le rover de la Nasa, pèse 1,15 tonne et mesure 2,1 mètres de haut pour 3 mètres de long sur 2,8 mètres de large !
Mars 2020, le rover de la Nasa, pèse 1,15 tonne et mesure 2,1 mètres de haut pour 3 mètres de long sur 2,8 mètres de large ! (Crédits : PC / La Tribune Bordeaux)
Le Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux (LAB), en collaboration avec cinq autres équipes françaises, a conçu la caméra laser du robot qui décollera pour la planète Mars à l'été 2020 pour détecter des traces de vie ! Le LAB fait en effet référence au niveau mondial en matière d'intelligence du pilotage des instruments. Cette Supercam made in France sera livrée à la Nasa en septembre prochain.

C'est un bien étrange engin qui était présenté, mardi 27 mars, dans le hall du Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux (LAB), sur le campus de Pessac. Avec ses 3 mètres de long sur 2,8 mètres de large pour plus d'une tonne, le rover - robot vagabond - Mars 2020 est le dernier bijou technologique de la Nasa, l'agence spatiale américaine. Sa tête, qui culmine à 2,1 mètres de haut, est en réalité une caméra ultra sophistiquée qui présente la particularité d'avoir été conçue par des chercheurs français. "Cette SuperCam s'appuie sur la technologie laser que la France maîtrise très bien et avait déjà développée pour Curiosity, la précédente mission martienne de la Nasa", explique Silvestre Maurice, le responsable scientifique du projet et astronome à l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie (Irap) de Toulouse.

Rover Mars 2020

Collaboration entre six laboratoires français

La conception de la SuperCam est en effet une coproduction entre six laboratoires français situés à Paris, Versailles, Toulouse et Bordeaux, sous la direction d'un chef de projet bordelais, Philippe Caïs, ingénieur de recherche CNRS au LAB. "Ce projet met en évidence l'excellence de la collaboration scientifique et technique entre ces différents laboratoires", souligne ainsi Gaëlle Bujan, la déléguée régionale du CNRS. Plusieurs centaines de chercheurs français travaillent en collaboration avec des milliers de collègues étrangers sur ce projet qui se chiffre en milliards de dollars.

Rover Mars 2020

Conçu pour le compte de la Nasa par Caltech, l'Institut technologique de Californie, le rover Mars 2020 est aussi le fruit d'une collaboration internationale (Crédits : NASA/JPL-Caltech)

La plus-value du laboratoire bordelais se situe dans le pilotage des instruments. "Il y a, à Bordeaux, une compétence absolument unique dans l'intelligence du pilotage électronique et mécanique des instruments de la caméra", insiste Silvestre Maurice. "Le LAB se distingue sur la conception des cartes électroniques et du boîtier mécanique de commande dans le respect des contraintes extrêmes liées à l'environnement spatial", abonde Pascal Bordé, le directeur du LAB qui compte 73 chercheurs chercheurs, scientifiques, enseignants-chercheurs et astronomes.

Des lasers vert et rouge

"Après Curiosity qui a démontré que les conditions chimiques de la vie sont réunies sur Mars, la mission Mars 2020 devra démontrer que la vie a bien eu lieu en recherchant des traces de cette vie par la collecte d'échantillons de roches", contextualise Maurice Silvestre. C'est dans la sélection de ces échantillons que la SuperCam interviendra à l'aide d'un double laser rouge et vert, conçu par Thales. Une première, comme l'explique le directeur scientifique du projet :

"Le laser de puissance infra-rouge permettra de chauffer les roches jusqu'à 8.000 degrés pour analyser par spectroscopie optique leur composition chimique tandis que le laser de puissance vert fera vibrer les molécules pour en déterminer la minéralogie. C'est à partir de ces données que le rover décidera ou non de prélever les échantillons pour les conserver."

Car c'est en effet le principal objectif de Mars 2020 : sélectionner des échantillons et les préparer pour le voyage retour vers la Terre ! Après un décollage prévu en juillet/août 2020 et un périple de près de 8 mois, le robot de la Nasa arrivera sur Mars en février 2021. Il pourra alors compter sur son générateur thermo-électrique au plutonium, d'une durée de vie de 14 ans, pour arpenter la planète rouge pendant au moins 3 ans sur une distance d'au moins 20 km. A l'issue de cette exploration, il restera pour toujours sur Mars avec son coffre rempli d'échantillons de roches. Charge alors à une future mission, qui reste à inventer, d'aller chercher ces précieux échantillons pour les ramener sur Terre... si possible avant 2030. D'ici là, la priorité des équipes du LAB est de livrer la caméra à la Nasa en septembre 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2018 à 19:54 :
"propulsion nucléaire au plutonium" un générateur thermoélectrique ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :