Aéronautique et spatial : dans un contexte d’incertitude, le militaire s’en sort mieux

 |   |  694  mots
Le Rafale est assemblé à Mérignac.
Le Rafale est assemblé à Mérignac. (Crédits : Objectif Aquitaine / Appa)
Alors que la filière aéronautique et spatiale est fortement impactée par la crise, l’activité militaire semble avoir été moins touchée par une annulation ou un report des commandes. En témoignent plusieurs acteurs régionaux. Des commandes ont d’ailleurs été honorées en plein confinement. Un Rafale, assemblé à Mérignac (Gironde), a été livré aux Indiens en avril.

Ce qui fait très mal au secteur aéronautique et spatial aujourd'hui, c'est l'érosion du carnet de commandes. Safran Helicopter Engines, dont le siège est situé à Bordes dans les Pyrénées-Atlantiques, a ainsi dû faire face à la baisse brutale de l'activité de ses clients et de ses fournisseurs, avec plus de 10 % d'annulations de commandes sur l'année 2020. Il s'agit d'un exemple parmi d'autres. De très nombreuses entreprises de la filière sont touchées, même si certaines s'en sortent mieux que d'autres.

"Arianegroup est dans une situation difficile mais moins que ses actionnaires Airbus et Safran. Il faut qu'Ariane 6 soit livrée, donc le travail continue, mais notre chance, c'est surtout que 40 % du chiffre d'affaires du groupe dépend de la stratégie militaire, précisément du missile M51 dont l'activité a été...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :