Bordeaux Métropole à l'ère de la mobilité post-covid

 |  | 1210 mots
Lecture 7 min.
22 % des habitants de Bordeaux Métropole interrogés par l'Ifop déclarent avoir modifié leurs habitudes de déplacement avec la pandémie de Covid.
22 % des habitants de Bordeaux Métropole interrogés par l'Ifop déclarent avoir modifié leurs habitudes de déplacement avec la pandémie de Covid. (Crédits : PC / La Tribune)
Bordeaux Métropole vient de publier un sondage sur les habitudes de mobilité dans l'agglomération et sur les changements d'usages liés au Covid. Pas de bouleversements en vue, puisque seul un répondant sur dix déclare vouloir changer durablement ses pratiques, mais des tendances qui s'affirment. De quoi nourrir la réflexion sur le futur Schéma des mobilités qui doit être bouclé cet été.

Mesurer les évolutions des déplacements quotidiens des habitants avec la pandémie : c'est l'objectif du sondage d'opinion commandé par Bordeaux Métropole à l'Ifop et réalisé en février dernier (1). L'idée étant d'alimenter les réflexions de l'exécutif métropolitain sur le Schéma des mobilités qui est en cours d'élaboration pour une présentation prévue entre juin et septembre 2021.

Lire aussi : Bordeaux Métropole : le métro va-t-il se réinviter dans le schéma des mobilités ?

Le vélo progresse un peu

Premier enseignement, selon François Kraus, directeur des études de l'Ifop, "les habitants de Bordeaux Métropole sont plus favorables au vélo que dans les autres grandes agglomérations où les gens sont pourtant déjà très vélophiles." Le vélo y est ainsi plus soutenu à Bordeaux qu'ailleurs (77 % d'opinions favorables contre 60 %), sachant que l'usage du vélo est quasiment deux fois plus fort à Bordeaux centre que dans les autres communes de la Métropole (21 % contre moins de 10 % hors Bordeaux). Pour autant, entre octobre 2018 et février 2020, la part du vélo dans les déplacements quotidiens à Bordeaux Métropole n'a progressé que de deux points pour se hisser à 11 %.

Dans le même temps, les véhicules motorisés ont reculé de sept points à 50 %, les transports en commun de trois points à 21 % tandis que la marche à pied a progressé de deux points pour atteindre 10 % et les trottinettes d'un point à 1 %. Ce qui place le total des mobilités douces individuelles à 22 %. Autre évolution marquante, la part de personnes indiquant ne plus se déplacer du tout a bondi de cinq points pour atteindre 7 % ! Un total qui comprend les télétravailleurs mais pas seulement.

Lire aussi : Après le déconfinement, le boom du vélo à Bordeaux Métropole

Une forte inertie des comportements

Si on la compare à la moyenne des autres grandes agglomérations hors Ile-de-France dans ce contexte post-Covid, Bordeaux Métropole se distingue par un plus faible usage de la voiture (-8 points à 50 %) et des trottinettes (-2 points à 1 %) mais un plus fort recours aux transports en commun (+4 points à 21 %) et au vélo (+4 points à 11 %).

Lire aussi : Lime revient en force à Bordeaux avec 700 vélos et trottinettes électriques

Au total, 78 % des personnes interrogées à Bordeaux Métropole déclarent ne pas avoir changé leurs habitudes de déplacements. Et parmi les 22 % qui l'ont fait, seulement la moitié indique vouloir pérenniser ce changement modal, soit seulement un habitant sur dix. En ce qui concerne les évolutions futures, à la question "Si vous deviez changer de mode de transport pour vous rendre sur votre lieu de travail ou d'étude, lequel privilégieriez-vous ?", la voiture arrive en tête des réponses à 31 %, devant les transports en commun (28 %), le vélo (25 %) et la marche à pied (11 %).

Quel regard sur les « corona-pistes » ?

L'ifop a interrogé les habitants sur les actions déployées par Bordeaux Métropole depuis 2020. Les plus populaires sont l'extension du réseau de transports publics (94 % d'opinions favorables) et la création de parking relais (91 %). Suivent la création de zones piétonnes interdites aux voitures en centre-ville (80 %), d'axes où les piétons sont prioritaires (80 %) et d'un réseau express vélo sur les axes structurants et les boulevards (77 %). La pérennisation des "corona-pistes", ces pistes cyclables déployées notamment sur les boulevards en 2020 lors du déconfinement, est approuvée à 70 %. Un soutien confirmé dans toutes les catégories d'usagers avec le score le plus faible chez les sympathisants de droite (52 % d'opinions favorables néanmoins). La création de places de stationnement en centre-ville (70 %) et la tarification sociale des transports publics (70 %) sont également soutenues par les répondants. A l'inverse, la réduction du stationnement de surface (23 % d'opinions favorables), la hausse des tarifs du stationnement (19 %) et, dans une moindre mesure, l'interdiction des véhicules diesels (39 %) sont majoritairement désavouées.

Sécurité, fiabilité, intermodalité

Sans surprise, les personnes interrogées par l'Ifop jugent que pour les convaincre d'adopter un autre moyen de transport au quotidien, il faudrait nettement améliorer l'offre existante pour gagner en efficacité et en sécurité. Pour le vélo, les cyclistes potentiels qui hésitent à s'y mettre demandent d'abord des aménagements cyclables mieux sécurisés tandis que ceux envisageant de se convertir aux transports publics attendent une meilleure fiabilité, fréquence et interconnexion. A noter, que l'un des principaux freins à la marche à pied est également la sécurité. "C'est particulièrement vrai pour les femmes qui nous disent le premier obstacle à leur pratique de la marche à pied c'est le risque de harcèlement et d'agression physique ou verbale", souligne François Kraus. Enfin, pour améliorer les conditions de déplacement, le premier chantier cité à 87 % est l'amélioration des connexions entre les différents modes de transport : voiture, bus et tramway.

Lire aussi : Mobilités : que dit l'enquête en ligne de Métro de Bordeaux ?

Plus globalement, si le soutien spontané des habitants aux actions menées par les pouvoirs publics en matière de mobilité est plus élevé à Bordeaux Métropole qu'ailleurs, les usagers quotidiens se déplaçant en voiture ou en transport en commun ne sont que 55 % à estimer qu'il est facile ou plutôt facile de circuler, soit 11 points de moins que dans les autres grandes agglomérations. La part jugeant les conditions de circulation "très difficiles" atteint même 14 %, soit le double des autres grandes agglomérations !

Lire aussi : L'économie girondine est toujours plus empêtrée dans ses embouteillages

Qu'en retient Bordeaux Métropole ?

Alain Anziani, le président (PS) de Bordeaux Métropole et maire du Bouscat, tire cinq leçons de ce sondage d'opinion. "Le premier c'est que la part du vélo augmente de façon sensible à Bordeaux Métropole et que la question de la sécurité doit être prioritaire. Le deuxième c'est qu'il demeure un attachement fort à la voiture parce qu'elle est utile, agréable, pratique et rapide et qu'il faut donc offrir de meilleures alternatives. Le troisième c'est la demande forte de plus de ponctualité, de fréquence et de confort dans les transports en commun. Le quatrième c'est qu'il y a encore beaucoup de travail pour faciliter la marche à pied notamment en libérant les trottoirs et, enfin, le cinquième c'est la pertinence du projet de RER métropolitain qui a un vrai potentiel pour résoudre ces questions de mobilité à l'intérieur de la Métropole et avec les territoires voisins."

Lire aussi : Villes cyclables : Bordeaux décroche, La Rochelle, Bègles et Blanquefort sur le podium

Fort du succès de la liaison en car entre Bordeaux et Créon, Clément Rossignol-Puech, le vice-président (EELV) en charge des stratégies des mobilités et des mobilités alternatives, confirme qu'une liaison est en cours de création avec Saint-André-de-Cubzac et "qu'entre dix et quinze autres lignes devraient voir le jour à terme à condition que chaque territoire concerné prenne la compétence et participe au financement."

(1) Sondage réalisé par téléphone du 9 au 15 février 2021 auprès de 1.508 habitants des 28 communes de Bordeaux Métropole âgés de 18 ans et plus et sélectionnés selon la méthode des quotas. La marge d'erreur est comprise entre 1 et 3,1 points.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :