Déjà plombés financièrement, les Girondins de Bordeaux sont au bord de la Ligue 2

Sauveur du Football Club des Girondins de Bordeaux (FCGB) à l'été 2021, Gérard Lopez doit faire face à une situation financière très compliquée, héritée du Covid et de la gestion passée. Les comptes de la saison 2020-2021, dévoilés par la Direction nationale de contrôle de gestion (DNCG), révèlent un déficit inédit de -67 millions d'euros. Un an après, alors que les Girondins sont derniers du championnat et ont un pied en Ligue 2, cette ardoise pourrait peser lourd dans la balance en cas de relégation sportive.

7 mn

Siège du FCGB et centre d'entrainement du club, le domaine du Haillan appartient à la mairie de Bordeaux, qui aimerait bien s'en défaire.
Siège du FCGB et centre d'entrainement du club, le domaine du Haillan appartient à la mairie de Bordeaux, qui aimerait bien s'en défaire. (Crédits : Agence Appa)

Le Football Club des Girondins de Bordeaux (FCGB) va-t-il tirer son épingle du jeu au cours des deux matchs qui lui restent à jouer d'ici la fin de la saison ? Peu probable puisqu'il n'est plus maître de son destin et pourrait être condamné dès mercredi 11 mai en cas de victoire de Saint-Étienne. Si sur le plan sportif, le bilan n'a jamais été aussi mauvais, sur le plan financier, en revanche, le club n'est pas aujourd'hui dans une situation identique à celle de l'année dernière. Les comptes 2021-2022 ne sont pas connus, même s'il semble que le résultat net attendu par Gérard Lopez, repreneur du FCGB l'an dernier, afficherait une perte de l'ordre d'au moins 30 millions d'euros. Entre enjeux purement sportifs et financiers, l'équation du club bordelais présente encore de nombreuses incertitudes. La pire d'entre elles restant, comme l'an dernier, la liquidation judiciaire.

Lire aussi 5 mnGirondins de Bordeaux : Gérard Lopez clôture la 3e vente du club de foot en moins de deux ans

Grâce au rapport financier publié ce jeudi 5 mai par la Direction nationale de contrôle de gestion (DNCG), le gendarme du football, on voit qu'au terme de la saison 2020-2021 le club bordelais est vraiment revenu de loin. Mis à genoux à partir d'avril 2021 par la décision subite de son actionnaire King Street Capital de ne plus le financer, menacé de relégation administrative en Ligue 2, voire pire, le FCGB s'est retrouvé alors dans une situation extrêmement périlleuse. Mis sous la protection du tribunal de commerce, en procédure de sauvegarde, le FCGB semblait bien parti pour aller en redressement judiciaire.

Lire aussi 3 mnFaute de repreneurs convaincants, les Girondins de Bordeaux penchent pour le redressement judiciaire

C'est ainsi que l'hypothèse du pire, c'est-à-dire de la mise en liquidation du club, a commencé à circuler dans les conversations sur fond de tensions extrêmes entre le président, Frédéric Longuépée, et les supporters. La saison de football s'achevant fin mai, la photographie budgétaire 2020-2021 livrée par la DNCG se referme juste avant que les autorités aient accordé en juillet 2021 leur feu vert au plan de reprise du FCGB par Gérard Lopez, qui apparaissait alors comme un véritable sauveur d'un club déjà en complète perdition.

-43 % de chiffre d'affaires en 2020/2021

Des chiffres qui montrent la gravité d'une situation rendue catastrophique par la crise sanitaire liée au Covid-19 mais aussi par l'onde de choc de l'effondrement du montage de gestion des droits télévisuels tenté par Mediapro. Pour bien comprendre l'importance de la chute de revenus qu'a dû encaisser le club bordelais, il faut rappeler que lors de la saison 2018-2019, la dernière avant la pandémie de Covid-19, le FCGB a réalisé un chiffre d'affaires - hors mutation (achats et ventes de joueurs) - de 71,2 millions d'euros, contre 40,8 millions d'euros pour la saison 2020-2021, soit une chute vertigineuse de -43 %.

DNCG Girondins de Bordeaux 2020/2021

Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Compte de résultat du FCGB pour la saison 2020-2021 tel que publié par la DNCG ce 5 mai.

L'examen de la colonne "produits" du compte de résultat est une litanie de chiffres en baisse. L'impact du Covid-19, qui a privé les supporters de stades, est particulièrement visible au niveau de la ligne "recettes de matches" qui passe de 13,7 millions d'euros pendant la saison 2018-2019 à 147.000 euros sur 2020-2021, soit un -99 %.

Une masse salariale chargée en hausse

Aussi spectaculaire, la chute des droits audiovisuels, dont le montant s'effondre de 43,6 millions d'euros en 2018-2019 à 23,8 millions d'euros en 2020-2021 (-45 %), soit une perte sèche de plus de 33 millions d'euros en seulement deux lignes budgétaires. La colonne des charges (hors mutation) s'alourdit de son côté au niveau de la "rémunération du personnel chargée". Cette ligne désigne le montant des salaires bruts versés par le club aux salariés, alourdi par les charges patronales acquittées par l'employeur. Elle représentait 60,4 millions d'euros pour la saison 2018-2019, avant de monter à 65,6 millions d'euros sur 2020-2021, soit une hausse de +8,6 %.

Le point positif c'est que le montant des charges pour le FCGB est en baisse au titre de la saison 2020-2021, à 108 millions d'euros, contre 126,9 millions d'euros sur 2018-2019 (soit -14,8 %). Comme les clubs professionnels achètent et revendent des joueurs, leur compte de résultat comprend une ligne "résultat des opérations de mutation" et sur ce point l'écart entre les deux saisons est, là encore, édifiant. Alors que les opérations de mutation ont généré 38,5 millions d'euros au bénéfice du club en 2018-2019, ce montant n'est plus que de 8,9 millions d'euros en 2020-2021 (-77 %).

Pas sûr que l'on puisse comparer 2022 à 2021

In fine le FCGB affiche une perte nette de 67 millions d'euros en 2021, contre 25,7 millions d'euros en 2019 : un dénivelé alpin de -160,6 % ! Le plus inquiétant dans cette très forte dégradation des comptes d'avant la reprise du club par Gérard Lopez se trouve sans doute dans le bilan du FCGB. Au cours de la saison 2020-2021, et pour la première fois depuis des lustres, la situation nette - qui représente l'actif net détenu par le club - est ainsi devenue négative de 29,9 millions d'euros, contre +26,2 millions d'euros en 2018-2019....

Lire aussi 8 mnGirondins de Bordeaux : la Métropole étale le paiement des dettes que lui doit le club

Gérard Lopez a déjà annoncé dans la presse que la saison 2021-2022 du FCGB allait se clôturer sur un nouveau résultat net déficitaire de près de 30 millions d'euros malgré le refinancement du club mis en place lors de la reprise. Et le nouveau président a encore assuré il y a une semaine qu'il serait toujours aux manettes de Girondins l'an prochain, même en cas d'une relégation qui ne fait plus l'ombre d'un doute.

L'absence d'actifs immobiliers est-il un handicap ?

Pour mémoire, le club n'est ni propriétaire du stade Matmut Atlantique, où il joue, ni du centre d'entrainement qu'il utilise et où se trouve son siège social. Ce qui fait des actifs en moins mais aussi des coûts fixes sans doute moins lourds que ce qu'ils pourraient être si le club était propriétaire.

Lire aussi 10 mnQuel avenir pour le stade Matmut Atlantique si les Girondins de Bordeaux tombent en Ligue 2 ?

La situation de grande fragilité financière dans laquelle se trouve le FCGB, qui passe un peu pour l'homme malade du championnat de Ligue 1, n'est malheureusement pas pour la LFP (Ligue de football professionnel) un cas isolé mais semble au contraire illustrer une situation quasi généralisée. Comme l'avait souligné Nicolas de Tavernost, l'ancien propriétaire du FCGB, dirigeant du groupe M6, juste avant de revendre le club bordelais au fonds d'investissement américain GACP, "les Qataris ne comptent pas comme nous".

Des clubs professionnels français très fragilisés

Une bénédiction pour le Paris Saint-Germain (PSG), qui enregistre la plus grosse perte du championnat 2020-2021, à -224,2 millions d'euros ! Un trou abyssal qui sera comblé rubis sur l'ongle par ses propriétaires qataris. Ce qui fait du PSG un club probablement aussi hors norme sur le plan financier que le Real de Madrid, qu'en son temps le roi d'Espagne Juan-Carlos avait royalement décidé de remettre à flot avec quelques milliards de pesetas puisées dans sa cassette.

Avec sa perte de 67 millions d'euros pour 2020-2021, le FCGB enregistre le quatrième plus gros déficit en France, derrière le PSG, l'Olympique Lyonnais (-107,4 millions d'euros) et l'Olympique de Marseille (-76,3 millions d'euros). Au total, 17 clubs professionnels (sur les 20 de la Ligue 1 en France) ont généré la bagatelle de 645 millions d'euros de pertes au cours de la saison 2020-2021 ! Si bien qu'il n'est pas impossible que la LFP finisse par tirer la sonnette d'alarme, car ces pertes semblent n'avoir pour le moment que peu de contreparties.

Lire aussi 8 mnGirondins de Bordeaux : comment le Club Scapulaire est devenu un acteur de la reprise

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.