Grâce au plan de Gérard Lopez, les Girondins de Bordeaux remontent en Ligue 1

La DNCG a finalement donné son feu vert à la reprise du Football Club des Girondins de Bordeaux (FCGB) par Gérard Lopez. Un feu vert sous condition qui permet quand même au club de remonter en Ligue 1. Ce dont se félicite pour La Tribune le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic. Le troisième et dernier verdict va tomber la semaine prochaine dans l'enceinte du tribunal de commerce de Bordeaux. Si la réponse est positive, alors Gérard Lopez pourra devenir propriétaire des Girondins.

6 mn

Le siège social, centre de formation et d'entrainement des Girondins de Bordeaux au Haillan va entamer un nouveau chapitre.
Le siège social, centre de formation et d'entrainement des Girondins de Bordeaux au Haillan va entamer un nouveau chapitre. (Crédits : Agence Appa)

"Nous ne pouvons que nous féliciter de la décision de la DNCG (direction nationale du contrôle de gestion -ndlr) qui a validé le plan de reprise du Football Club des Girondins de Bordeaux par Gérard Lopez et rendu possible la remontée du club en Ligue 1. Nous avons eu des rapports suivis avec Gérard Lopez et nous avions bon espoir que son dossier aboutisse. Il fallait éviter à tout prix que le club ne sombre en National 3.

Maintenant le FCGB va devoir réussir son passage devant le tribunal de commerce de Bordeaux pour que Gérard Lopez puisse en devenir le nouveau propriétaire. Ensuite c'est la question de la pérennité de l'investissement de Gérard Lopez qui se posera", a réagi à chaud ce mardi matin 13 juillet Pierre Hurmic, maire (EELV) de Bordeaux, pour La Tribune.

Lire aussi 4 mnGirondins de Bordeaux : la Métropole vote pour la reprise du club par Gérard Lopez

La DNCG a mis ses conditions

Malgré ses préventions, le maire du port de la Lune se montre plutôt confiant. Gérard Lopez est encore dans le dur de la reprise du club et il était prématuré d'évoquer le rachat du centre de formation et d'entrainement des Girondins de Bordeaux au Haillan, propriété de la mairie de Bordeaux que Pierre Hurmic est tout disposé à vendre au club au prix des Domaines, fixé à 15 millions d'euros. Sans ce feu vert de la DNCG, dans lequel le quotidien sportif "L'Equipe" voit de l'orangé, dans son édition de ce mardi, le FCGB aurait tout simplement disparu.

Le bémol à cette excellente nouvelle de la remontée express en Ligue 1 vient des conditions mises par la DNCG au bon déroulement de cette reprise pour qu'elle puisse être durable. La première attente de la DNCG était la remise à zéro du compteur des fonds propres du FCGB, avec obligation de la mise sous séquestre de 50 millions d'euros, afin d'endiguer les pertes prévisibles du club au titre de sa nouvelle saison 2021-2022.

Club Scapulaire apportera 2,5 millions d'euros au plus tard le 31 juillet

La constitution de ce fonds a mobilisé de nombreuses énergies et Gérard Lopez peut notamment compter sur celle des chefs d'entreprises regroupés au sein du Club Scapulaire, qui est en train de diriger les 2,5 millions d'euros qu'il s'était engagé à lever au profit du FCGB dans la Carpa, la caisse qui gère des fonds destinés aux clients des avocats, sous le contrôle de l'Ordre des avocats.

"L'accord avec Gérard Lopez remonte à mardi dernier, et entre mardi et dimanche les fonds mobilisés par le Club Scapulaire pour le FCGB sont arrivés de façon continue dans la Carpa. Nous étions un peu court sur les délais pour aller aussi vite que les rendez-vous fixés à Gérard Lopez par la DNCG. La "dead line" pour le versement de la totalité des fonds qui sera apportée par le Club Scapulaire est fixée au 31 juillet prochain", précise pour La Tribune Arnaud de Carli, dirigeant de la société girondine Mécacyl et l'une des chevilles ouvrières du Club Scapulaire.

Lire aussi 8 mnGirondins de Bordeaux : comment le Club Scapulaire est devenu un acteur de la reprise

Au final le compte à mettre sous séquestre est bon

Ces 2,5 millions d'euros du Club Scapulaire, qui espérait initialement pouvoir lever le double, vont participer à l'abondement des 50 millions d'euros, avec un apport personnel de Gérard Lopez de 7,5 millions d'euros, via sa holding Jogo Bonito, complété par les 2,5 millions du Club Scapulaire (soit 10 millions d'euros), de l'emprunt de 20 millions d'euros contracté auprès de King Street, dont il apparait désormais qu'il se divise en deux, soit 12,5 millions d'euros pour King Street et 7,5 millions d'euros apportés par Fortress Investment Group.

Le solde de ces capitaux mis sous séquestre est constitué de 10 millions d'euros injectés par l'Etat dans ce dossier au titre de l'aide aux coûts fixes, et pour finir, selon "L'Equipe", de 10 millions d'euros résultant des aides de la Métropole et des moratoires sur les aides sociales. Les joueurs sont les seuls actifs dont dispose le Football Club des Girondins de Bordeaux, qui n'est propriétaire ni de son stade ni de son centre de formation et d'entrainement.

41 millions d'euros prévus pour la vente de 13 titulaires

"L'Equipe" indique que Gérard Lopez a présenté à la DNCG un bilan à l'équilibre avec la vente prévisionnelle de 13 joueurs, soit 41 millions d'euros, avec en parallèle l'acquisition de neuf nouveaux venus pour un investissement de 40 millions d'euros. Le modèle économique mis en avant pour faire fonctionner le FCGB n'est pas vraiment original, et même le très contesté Joseph Dagrosa, patron du fonds américain GACP à l'origine du rachat du club au groupe M6, en avait fait sa vitrine.

Il s'agit du négoce, ou encore "trading", de joueurs. La différence entre Joseph Dagrosa et Gérard Lopez c'est que, contrairement au second, le premier ne connaissait rien au monde du football. Ex-patron du LOSC, le club de Lille, dont il a permis la remontée sportive et le renforcement de la valeur des actifs, comme il le détaille dans l'interview qu'il a accordé ce mardi au quotidien "Le Monde" ("Bordeaux ce n'est pas une reprise, c'est une opération de sauvetage"), Gérard Lopez est également propriétaire des clubs de football de Boavista, au Portugal, et Mouscron, en Belgique.

Le négoce de joueurs au centre du modèle économique Lopez

Et pour Gérard Lopez les choses sont simples : ni la billetterie ni les droits TV, le sponsoring ou encore la vente de produits dérivés ne permettent de faire vivre un club de football professionnel. Un point sensible sur lequel la DNCG a décidé d'appuyer fort avant de l'autoriser à reprendre le FCGB.

"Une mesure d'encadrement de la masse salariale ainsi qu'une interdiction de recrutement à titre onéreux au-delà des cessions de joueurs qui seront réalisés ont néanmoins été prononcées", souligne ainsi la direction du FC Girondins de Bordeaux dans un communiqué diffusé ce mardi matin.

En clair le club bordelais a interdiction de dépenser de l'argent pour acheter de nouveaux joueurs si ces investissements ne sont pas couverts par les ventes de joueurs de son propre effectif. D'autre part, le FCGB devra veiller à l'encadrement strict de sa masse salariale, que Joseph Dagrosa avait fait exploser. C'est le mardi 20 juillet que le tribunal de commerce de Bordeaux fera connaitre son verdict sur un dossier qu'il a encore le pouvoir d'envoyer par le fond.

Lire aussi 8 mnGirondins de Bordeaux : la Métropole étale le paiement des dettes que lui doit le club

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.