Europlasma va prendre le contrôle de Tarbes Industry pour sécuriser sa croissance

Si l'Etat donne son feu vert à l'opération Europlasma sera très bientôt autorisé à boucler le rachat de Tarbes Industry, à Tarbes, l'une des dernières forges capable de fabriquer des corps creux de grand gabarit en France. Une aubaine pour le groupe landais, qui a décidé de fabriquer ses propres torches à plasma au lieu de laisser la sous-traitance s'en occuper. Europlasma devrait investir près de 10 millions d'euros pour relancer cette entreprise qui semble bénéficier de bons fondamentaux.

6 mn

Un salarié d'Europlasma lors d'une coulée de déchets d'amiante fondus.
Un salarié d'Europlasma lors d'une coulée de déchets d'amiante fondus. (Crédits : Agence Appa)

Le groupe Europlasma, à Morcenx (Landes/Nouvelle-Aquitaine), coté en bourse, spécialiste des technologies de dépollution utilisant la torche à plasma, qui est notamment le seul au monde à pouvoir détruire de façon définitive les déchets d'amiante, avec sa filiale Inertam, annonce la signature d'une promesse de prise de contrôle à 100 % de Tarbes Industry, à Tarbes, pour une somme de 10.000 euros correspondant au montant de son capital social. Opération qui sera suivie d'une augmentation de capital de 2 millions d'euros. Située dans le chef-lieu des Hautes-Pyrénées (Occitanie), Tarbes Industry est installée dans le périmètre de l'ancien site de l'arsenal de la ville et continue à dépendre essentiellement des commandes militaires.

Lire aussi 6 mnEuroplasma met en action la deuxième phase de son plan de développement

Tarbes Industry détient des savoir-faire qui intéressent beaucoup Europlasma en particulier sa capacité unique en France à fabriquer des corps creux de grandes dimensions. Cette forge est également spécialisée en traitement thermique et usinage des métaux. Autant de caractéristiques qui intéressent le groupe landais, dont les services administratifs se trouvent à Pessac (Gironde/Bordeaux Métropole), et qui a lui-même failli disparaitre en 2019.

Près d'un million d'euros en stock et trésorerie

Europlasma, qui a réussi l'exploit de mettre en place un plan de financement à 100 millions d'euros sur sept ans le 15 avril dernier, vient d'activer le deuxième étage d'un plan de relance stratégique articulé sur trois axes : dépollution, décarbonation et valorisation, notamment des déchets d'amiante. Nouveau process qu'Europlasma est en train de développer avec ses partenaires chinois. L'attrait de Tarbes Industry pour le groupe landais vient de ses capacités industrielles et d'une santé économique pas si mauvaise que ça, en tout cas avec de bonnes perspectives d'évolution. Au point que Jérôme Garnache, PDG d'Europlasma, se montre optimiste.

"Tarbes Industry emploie 21 salariés à durée indéterminée et cinq intérimaires. Si le rachat est validé par les autorités, notre objectif n'est pas de réduire cet effectif mais de le porter à 50 personnes d'ici trois ans. Ce qui est tout à fait raisonnable. La situation comptable de Tarbes Industry est en cours d'audit par un grand cabinet. La trésorerie positive et les stocks représentent près d'un million d'euros, la dette est restreinte à un PGE de 100 000 euros et l'outil industriel fonctionne dans des conditions conformes aux attentes et aux qualifications d'un client exigeant ", déroule ainsi pour La Tribune Jérôme Garnache, sans vouloir en dire davantage.

Relocaliser des productions et réduire le taux de rebuts

La PME bénéficie actuellement d'une commande ferme de 4,6 millions d'euros passée en 2020 et toujours en cours de réalisation. A laquelle s'ajoute une autre commande ferme estimée à 8,8 millions d'euros programmée sur les deux prochains exercices, soit près de 14 millions d'euros. Ce tableau idyllique ferait presque oublier que l'entreprise a déjà été rachetée en janvier 2020 à barre du tribunal de commerce.

A la question de savoir ce qui a bien pu se passer, Jérôme Garnache répond simplement, sans rentrer dans tous les détails :

"Cette entreprise industrielle a besoin d'investissements pour garantir une production optimale et continue dans la durée. Il faut assurer la maintenance de l'outil industriel mais aussi relancer une ligne dédiée à l'usinage d'aluminium, laquelle permettra de relocaliser des productions aujourd'hui établies à l'étranger. L'obsolescence de l'outil de production génère un taux de rebuts que les investissements vont réduire sensiblement en garantissant une fluidité dans les livraisons et une rentabilité accrue", éclaire-t-il.

Un investissement de l'ordre de 10 millions d'euros

C'est pourquoi la proposition de reprise formulée par Europlasma s'accompagne d'un plan de refinancement de Tarbes Industry de près de 10 millions d'euros sur quatre ans.

Soit un peu plus de trois millions d'euros pour assurer "la survie de l'outil industriel et sa performance", deux millions d'euros pour restructurer les bâtiments, et près de cinq millions d'euros pour développer la production avec la relance d'une ligne de fabrication aluminium.

L'objectif d'Europlasma n'est pas juste de remettre Tarbes Industry en selle pour reprendre son activité de sous-traitant militaire, mais au contraire de diversifier l'activité de la PME tarbaise. Et d'abord pour sa propre activité dans les torches à plasma.

Relancer une ligne de production dédiée à l'usinage d'aluminium

"Cette entreprise industrielle a besoin d'investissements pour garantir une production optimale et continue dans la durée. Il faut assurer la maintenance de l'outil industriel mais aussi relancer une ligne dédiée à l'usinage d'aluminium, laquelle permettra de relocaliser des productions aujourd'hui établies à l'étranger. L'obsolescence de l'outil de production génère un taux de rebuts que les investissements vont réduire sensiblement en garantissant une fluidité dans les livraisons et une rentabilité accrue", éclaire-t-il.

Lire aussi 6 mnEuroplasma va se défaire de 21 millions d'euros de dettes et démantèle Cho Morcenx

Europlasma aura notamment besoin de nombreuses torches pour équiper ses clients de la technologie de vitrification des déchets d'amiante développée par Inertam et devrait faire des économies en internalisant la fabrication des torches à plasma, grâce à Tarbes Industry.

Europlasma prévoit d'arriver à stabiliser l'activité de la PME d'ici la fin de l'année, en ramenant le taux de rebuts dans la norme et en finissant avec les retards. Le groupe landais ne va pas tirer d'argent de son plan de financement sur sept ans mais recourir à l'emprunt et aussi, dans la mesure du possible, à des aides dans le cadre du Plan de relance.

Plus de 8 millions d'euros d'activité grâce aux commandes

"Tarbes Industry est l'une des dernières entreprises industrielles en Europe capable de fabriquer des corps creux de grande taille. Pour nous c'est une opportunité puisque nous allons utiliser ce savoir-faire unique pour fabriquer les torches à plasma.

Ainsi nous allons d'une part abaisser le montant de nos investissements dans des opérations de croissance organique, nos nouvelles usines de traitement de déchets par exemple, et, d'autre part, internaliser plus de valeur dans le cadre de la fabrication de systèmes torche dédiés pour nos clients. Notamment les industriels qui souhaitent convertir leurs moyens de chauffe carbonés en haute température décarbonée. Ce qui va renforcer notre positionnement concurrentiel" détaille Jérôme Garnache.

Ce dernier évalue le chiffre d'affaires garanti par les commandes fermes formalisées à plus de 8 millions d'euros par an. L'opération devrait ramener Tarbes Industry à la rentabilité dès 2022. En développant des activités civiles au sein de cette super forge à vocation jusqu'ici militaire, le patron d'Europlasma est convaincu qu'il va rendre l'entreprise bien plus forte qu'avant.

Lire aussi 4 mnNeutralisation de l'amiante : la relance d'Inertam par Europlasma saluée par les élus

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.