Europlasma signe une lettre d’intention avec un géant chinois du traitement des déchets

 |   |  416  mots
Un opérateur de la filiale Inertam spécialisée dans l'inertage des déchets d'amiante.
Un opérateur de la filiale Inertam spécialisée dans l'inertage des déchets d'amiante. (Crédits : Agence Appa)
Le groupe landais devrait bientôt équiper quatre incinérateurs chinois avec sa technologie de dépollution de la torche à plasma. Un nouveau pas important pour Europlasma sur le marché chinois.

Le dernier voyage en Chine de Jérôme Garnache-Creuillot, PDG du groupe industriel landais Europlasma, à Morcenx, spécialiste des technologies de dépollution utilisant la torche à plasma, n'a pas été vain. Après la conclusion d'un accord-cadre de coopération avec les autorités de la ville de LaiXi (métropole de Tsingtao) le groupe industriel landais annonce ainsi la signature d'une lettre d'intention avec un géant chinois du traitement des déchets, dont l'identité n'a pas été révélée.

Ce contrat porte sur la livraison de quatre unités de traitement des Refiom (résidu d'épuration des fumées d'incinération des ordures ménagères), pour autant d'incinérateurs de déchets en Chine et semble bien marquer une première séquence porteuse dans la relance du groupe.

"Après la signature d'un accord de partenariat avec la ville de LaiXi, nous venons de franchir une étape dans le déploiement d'Europlasma en Chine et plus généralement dans le retournement du groupe. Les enjeux commerciaux sont très élevés. À titre d'exemple, indépendamment des revenus connexes récurrents, l'équipement d'un incinérateur chinois de 300.000 tonnes représente plusieurs millions d'euros, or la capacité des futurs incinérateurs sera supérieure au million de tonnes" éclaire ainsi le PDG du groupe landais.

Des torches à plasma au Japon et en Corée du Sud

Europlasma est un spécialiste du traitement des Refiom qui a eu l'occasion de faire ses preuves, non seulement à l'incinérateur de déchets ménagers installé à Cenon (Gironde/Bordeaux Métropole) mais aussi à l'étranger. Le groupe landais a ainsi équipé de torches à plasma quatre unités d'incinération de déchets ménagers au Japon au début des années 2000, dans les villes d'Imizu, Kagogawa, Maizuru et Shimonozeki. Sachant que les opérateurs japonais de la gestion des déchets pratiquent très peu l'enfouissement.

Europlasma a ensuite équipé, sous licence, à la fin des années 2000, un incinérateur de boues en Corée du Sud, à Yongin, dans la banlieue de Séoul. L'opérateur chinois avec lequel Europlasma est en passe de conclure « fournit des solutions d'élimination, de recyclage et de valorisation des déchets » mais aussi « de réhabilitation écologique de l'environnement ainsi que de nombreux services connexes » précise le communiqué d'Europlasma. Des annonces qui témoignent d'une reprise du dynamisme commercial d'un groupe qui était au bord de l'effondrement il y a un an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :