Neutralisation de l'amiante : la relance d'Inertam par Europlasma saluée par les élus

 |  | 663 mots
Lecture 4 min.
Coulée de déchets d'amiante vitrifiés lors de l'inauguration de la nouvelle usine Inertam.
Coulée de déchets d'amiante vitrifiés lors de l'inauguration de la nouvelle usine Inertam. (Crédits : Appa/ Eric Barrière)
La restructuration de l'usine Inertam, à Morcenx (Landes), filiale du groupe Europlasma spécialisée dans la neutralisation des déchets d'amiante par vitrification, a fait l'objet d'une inauguration parfaitement réussie. La nouvelle équipe financière et managériale à la tête du groupe landais semble partie pour réaliser un sans faute.

L'inauguration le 18 septembre de la nouvelle usine d'Inertam, à Morcenx (Landes), filiale d'Europlasma (une centaine de salariés dont près de 50 à Inertam), semble bien marquer pour ce dernier la fin d'une série noire de quasiment vingt ans, rythmée par d'incroyables tumultes et retournements de situations, qui ont bien failli couler ce groupe aux innovations sans équivalent dans le monde. Spécialiste des technologies de dépollution utilisant la torche à plasma, le groupe Europlasma est notamment à l'avant-garde du traitement des déchets d'amiante qu'il neutralise à titre définitif en les vitrifiant.

Lire aussi : Europlasma, l'action cotée en bourse qui valait un millième d'euro

Un procédé dont le nouveau PDG d'Europlasma, Jérôme Garnache-Creuillot, a pu rappeler l'originalité. Inertam est à la fois historiquement la première activité créée par Europlasma et sa meilleure vitrine. La précédente usine Inertam étant arrivée en fin de vie, les nouveaux actionnaires du groupe -aux commandes d'Europlasma depuis le 28 mai 2019-, ont dû investir lourdement pour restructurer en totalité cet appareil industriel de liquidation des déchets d'amiante.

Europlasma en train de devenir un groupe normal

L'usine landaise vitrifie ce déchet ultra dangereux pour le transformer en Cofalit, un sous-produit inoffensif réutilisable dans les travaux publics pour la fabrication de routes, une fois qu'il a refroidi pour devenir solide mais assez facilement cassable. La palette d'invités qui a répondu présent pour cette inauguration valide l'énormité du chemin réalisé par Europlasma en quasiment un an mais aussi du fait que, malgré une hostilité marquée, le groupe n'a jamais perdu tous ses soutiens.

Parce qu'en janvier 2019, Europlasma avait encore, pour de nombreux observateurs, un statut d'entité radioactive, totalement infréquentable et proche de la disparition. Le plus souvent réduit à sa caricature de loto ambulant pour spéculateurs boursiers obsessionnels ou en manque d'imagination, à cause des centaines de millions d'actions cotées en bourse qui étaient estampillées à son nom, le groupe landais avait, c'est vrai, de quoi inquiéter.

Inertam Inauguration 3

La nouvelle usine Inertam juste avant la coupure du ruban le 18 septembre 2020 (Agence Appa).

D'autant que l'action Europlasma était sujette à des crises spéculatives hors normes, avec d'abyssales chutes de régime. Le fond de la marmite ayant sans doute été atteint quand le titre Europlasma a été coté sur le marché pour une valeur unitaire d'un millième d'euro...

Lire aussi : Europlasma : le financier Pierre Vannineuse explique pourquoi il y croit

En finir avec l'enfouissement d'un déchet super dangereux

Depuis, la nouvelle direction a restructuré sa capitalisation boursière, divisant par 2.000 le nombre d'actions en circulation, et mardi 29 septembre, à la clôture des marchés, l'action Europlasma cotait à 3,10 euros. C'est pourquoi la participation à cette inauguration de nombreux élus consulaires et politiques, parmi lesquels François Lafitte, président de la CCI des Landes, Patrick Seguin, président de la CCI Bordeaux Gironde, Xavier Fortinon, président du conseil départemental des Landes, Alain Rousset, président de la conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, ou encore des députés des Landes Boris Vallaud et Lionel Causse ou de la sénatrice Monique Lubin avait de quoi frapper les esprits.

Inertam Inauguration Ruban

De nombreux élus locaux étaient présents à l'inauguration du 18 septembre (crédits : Agence APPA).

Et le PDG Jérôme Garnache-Creuillot n'a sûrement pas chargé la barque quand il est intervenu.

"C'est une grande émotion de célébrer le redémarrage d'Inertam devant les salariés et les représentants des pouvoirs publics, qui nous ont toujours soutenus même pendant les moments les plus difficiles. Cette renaissance permet de proposer à nouveau une alternative responsable à la méthode mortifère de l'enfouissement des déchets d'amiante. Nous espérons à l'avenir faire profiter notre savoir-faire à d'autres régions ou pays, qui souhaiteraient s'engager dans une lutte active pour préserver la vie", a ainsi déroulé le PDG d'Europlasma.

Lire aussi : Europlasma a trouvé un chevalier blanc qui lui évite la liquidation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :