Coworking : le sort des espaces indépendants "dans le viseur" d'Elisabeth Borne

 |  | 850 mots
Lecture 5 min.
La terrasse du coworking La Girafe à Bordeaux Chatrons.
La terrasse du coworking La Girafe à Bordeaux Chatrons. (Crédits : La Girafe)
Convaincue du bien-fondé des revendications portées par les "petits" espaces de coworking bordelais, la députée girondine Catherine Fabre (LREM) s'en est fait l'écho auprès de la ministre du Travail Élisabeth Borne. Un premier pas.

[Article mis à jour le 27/01/21 avec des précisions de Catherine Fabre]

Leur appel aura été entendu. Publié le 8 janvier dernier par La Tribune, le Manifeste de quatre espaces de coworking bordelais pour un soutien plus efficace des pouvoirs publics a retenu l'attention de la députée girondine Catherine Fabre (LREM). "Leurs propositions ont du sens", estime-t-elle auprès de La Tribune, annonçant les avoir portées auprès de la ministre du Travail Élisabeth Borne, lors d'une réunion mercredi 20 janvier.

D'après Catherine Fabre, "le sujet du coworking est bien identifié par la Ministre, qui veut développer les différents modes de télétravail et réfléchit à la manière d'encourager le déploiement de ces tiers-lieux." Il reste désormais à savoir comment, car en l'état, le cadre réglementaire joue pour l'instant plutôt en leur défaveur.

Incohérence

"Nous avons eu le droit de rester ouverts sur le deuxième confinement, mais les entreprises ont eu pour injonctions d'organiser le télétravail à la maison lorsqu'il était possible", résume Sandrine Marzat, propriétaire de La Girafe et signataire du Manifeste, dénonçant une incohérence mortifère pour son activité.

"Il faut nous laisser accueillir des salariés en période de confinement, dans le respect bien sûr d'un protocole sanitaire très strict. Nous l'avons mis en place, il a fait ses preuves, et protégé les travailleurs indépendants que nous avons pu accueillir", défend-elle, alors que se profile déjà le spectre d'un troisième confinement.

Lire aussi : "La crise a révélé la nécessité de créer un statut pour les espaces de coworking" (3/4)

Réussir à passer la vague

Malgré une perte moyenne de 30% de leur chiffre d'affaires, les gérants de ces "petits" espaces indépendants qui ont fleuri ces dernières années à Bordeaux restent convaincus que les beaux jours sont devant eux, à condition de passer la crise.

"Quand la situation sera stabilisée, nous récolterons les fruits d'une généralisation du télétravail", veut ainsi croire Fabrice Jeannet, gérant du Coolworking. Mais en attendant son activité est "clairement menacée", avec la perte de 50.000 euros de chiffre d'affaires en 2020.

Lire aussi : Comment les entreprises vivent-elles le télétravail en Nouvelle-Aquitaine ?

Financièrement, La Girafe aussi se trouve à un moment charnière : la facture du report d'échéance de prêt que lui avait accordé sa banque en mars dernier vient de tomber : 15.000 euros, "pour suspendre un remboursement de 4.000 euros mensuels pendant six mois", chiffre, amère, Sandrine Marzat. "Le télétravail a fait la preuve de son efficacité pendant les confinements, c'est de bon augure pour nous, mais il ne faudrait pas que l'on crève avant..."

S'appuyer sur l'Apec, Pôle Emploi et les CCI

Ces gérants attendent donc des pouvoirs publics qu'ils incitent les entreprises à s'appuyer sur le coworking pour déployer le télétravail, par exemple en contribuant financièrement aux abonnements de leurs salariés. "Un peu comme sur le modèle des tickets resto, où entreprises et salariés peuvent financer chacun une part du dispositif", illustre Eric San Augustin, propriétaire du Wigi.

Lire aussi : "A ce stade, le télétravail n'a pas d'impact sur les stratégies immobilières des entreprises"

"Nous pouvons aussi accueillir les salariés en reconversion : nos espaces sont des lieux de convivialité, à taille humaine, où il sera plus facile d'amortir le choc d'une nouvelle vie professionnelle", poursuit-il. D'où la volonté de s'appuyer sur des structures comme l'Apec, Pôle Emploi ou les CCI, "qui pourraient intégrer dans les aides à la création d'entreprise un abonnement dans un espace de coworking". Autant de propositions "en cours d'instruction par les services de la ministre, qui en étudient la pertinence et la faisabilité", assure Catherine Fabre.

La députée fait également part de nouveaux échanges avec le cabinet d'Élisabeth Borne, selon lequel certains dispositifs allant dans le sens des propositions des gérants de coworking bordelais sont déjà en cours de déploiement. La direction régionale Pôle emploi Nouvelle-Aquitaine a par exemple acheté 3200 tickets sur la plateforme Base 10 (qui organise la mise en relation entre des entreprises, des collectivités ou des tiers-lieux ayant des locaux libres et des personnes en recherche d'espace de travail), pour les mettre à disposition gratuitement des demandeurs d'emploi porteurs de projets de création d'entreprise. "Les autres propositions [listées dans le Manifeste] sont encore en cours d'instruction", précise Catherine Fabre.

Un nouveau coworking géant s'installe à Bordeaux

Si les "petits" espaces de coworking peinent à maintenir la tête hors de l'eau, la métropole bordelaise reste un terrain très attractif pour les promoteurs de bureaux partagés. Après Whoorks, Spaces ou encore Mama Works, Now Coworking, déjà implanté à Paris, Lille, Lyon, Marseille et Rouen, vient ainsi d'annoncer l'ouverture en avril prochain d'un espace à Bordeaux, au Hangar 15. La société est en train d'y aménager 90 bureaux privatifs, pour y héberger 500 à 600 coworkers !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2021 à 12:10 :
On est bien tous d'accord par contre que ces coworking ne sont qu'un réaction de survie des petits entrepreneurs qui ne peuvent plus loger correctement leurs activités du fait de la cupidité maladive de nos financiers qui ont fait exploser le prix de l'immobilier.

Indécente rente.
Réponse de le 26/01/2021 à 15:53 :
Figurez-vous que non ! La raison principale qui amène les coworkers à pousser la porte de nos établissements n'est pas l’impossibilité de se louer leurs propres locaux. Ils n’en ont la plupart du temps pas le besoin. 90% des coworkers qui fréquentent nos espaces ont commencé par travailler de chez eux, qu’ils soient entrepreneurs ou télétravailleurs. Et puis ils se sont vite rendu compte que ce n’est pas viable sur le long terme. Entre le besoin de conditions de travail adaptées, celui de se créer un réseau professionnel ou encore l’envie de retrouver une “ambiance de boulot” avec des collègues, aucun ne subit le coworking. Ils le choisissent !
En revanche, vous avez raison sur le fait que l’immobilier, et en particulier l’immobilier de bureaux est devenu très difficile d’accès.
Réponse de le 26/01/2021 à 16:40 :
Un jeune cousin qui cartonne à Paris dans l'artisanat me dit que cela lui permet d'accéder à des machines qu'il n'aurait jamais pu se payer autrement, en plus du loyer, que sans cela financièrement il n'aurait jamais pu aller si loin si vite. Je ne dis pas que ce n'est pas un vrai plus d'être plusieurs, bien au contraire même.

Cela apporte donc de nombreux autres avantages mais lui même m'a dit, louant pleinement tous les avantages du coworking, que s'il avait eu des capitaux pour tout se payer il se serait installé bel et bien seul dès le départ. Mais vous avez peut-être raison possible aussi qu'il n'aurait pas eu autant de succès. (à mon avis c'est très bien qu'il soit entouré).

Ensuite c'est Paris c'est forcément différent mais bon la bulle immobilière à Bordeaux ( on est donc parfaitement daccord sur le problème principal ^^) commence à gonfler pareil hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :