"La crise a révélé la nécessité de créer un statut pour les espaces de coworking" (3/4)

 |   |  398  mots
(Crédits : Agence APPA)
Près de deux mois après le début du déconfinement, le réveil reste difficile pour nombre de « petits » espaces de coworking bordelais. À la tête de l'association Comet, créée en 2018 pour fédérer ces indépendants, Éric Deup, gérant de La Couveuse à films, et Éric San Augustin, gérant de Wigi coworking, dressent le constat d'un écosystème fragilisé. Qui aurait d'autant plus intérêt à s'organiser pour peser dans un marché de plus en plus concurrentiel.

LA TRIBUNE - L'écosystème des coworking bordelais indépendants a-t-il résisté à la crise du Covid-19 ?

Eric DEUP - Il est encore trop tôt pour le dire. Nous savons que certains ont définitivement fermé ; et que pour beaucoup, le confinement a engendré une perte sèche des revenus. À titre personnel, je ne me suis pas senti par exemple de demander à mes coworkers de payer leur loyer sachant que je baissais le rideau. On a fonctionné au système D pour...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :