Nouveau partenariat, augmentation de capital : Citiz Bordeaux cherche sa route après le Covid

L'entreprise d'autopartage Citiz a lancé un partenariat avec les voitures de Titi Floris ce 3 mai à Bordeaux. La société coopérative doit ainsi augmenter sa couverture du territoire bordelais et diversifier sa flotte. Après avoir doublé le montant de son capital, Citiz doit aussi jongler avec les aléas d'une nouvelle crise économique, de l'irruption du free-floating et du passage à l'électrique.

6 mn

Citiz Bordeaux va augmenter sa flotte de véhicules en acquérant de nouvelles voitures et en liant un partenariat avec la société coopérative Titi Floris.
Citiz Bordeaux va augmenter sa flotte de véhicules en acquérant de nouvelles voitures et en liant un partenariat avec la société coopérative Titi Floris. (Crédits : Citiz)

C'est une entreprise phare dans l'écosystème coopératif, présente à Bordeaux depuis le début des années 2000. L'opérateur de véhicules en autopartage Citiz Bordeaux, rattaché à un réseau national d'une quinzaine de villes, a vu les usages changer plus d'une fois en matière de mobilités. C'est aujourd'hui un changement d'usage dans l'autopartage qui lui fait prendre un nouveau tournant. Depuis le 3 mai, son application mobile héberge seize véhicules de l'autre société coopérative Titi Floris, et notamment des utilitaires, en plus des 125 modèles de son parc automobile à Bordeaux.

Peu de différences entre les deux opérateurs : les voitures de Citiz doivent être réservées à l'avance tout comme celles de Titi Floris. Malgré la poussée du free-floating (flottes de véhicules en libre-service), l'entreprise bordelaise continue à défendre le modèle d'autopartage sur des trajets de longue durée : compter 12 heures et 84 kilomètres pour ses standards de location moyens. Néanmoins, la Scic (Société coopérative d'intérêt collectif) avait fait le choix en 2017 de lancer son offre en free-floating Yea! pour soutenir des usages qui évoluent vers davantage de flexibilité. Alors que celle-ci représentait 25 % de l'activité de l'entreprise au début, et qu'il s'agit d'une pratique en plein essor, Citiz cherche volontairement à diminuer cette part pour renforcer l'autopartage.

"Du moment où l'on ne présentait pas de service en free-floating, il y avait un risque de ne pas pouvoir attirer une frange des consommateurs, notamment les jeunes" justifie Nicolas Guenro, directeur de Citiz Bordeaux depuis 2008. Avant de se projeter sur le nouveau partenariat : "Titi Floris va nous permettre d'élargir notre couverture géographique sur des territoires où nous n'irions pas directement."

Les professionnels louent moins

Titi Floris, qui avait déjà rejoint Citiz en 2021 sur Nantes, reste propriétaire des seize véhicules mis à disposition. Et touchera un pourcentage sur les recettes réalisées par sa consœur bordelaise. Citiz diversifie sa flotte mais "sans acquérir des véhicules qui n'auraient pas été assez utilisés pour être viables économiquement". Une stratégie qui s'explique par le haut degré de concurrence dans le secteur de la micro-mobilité, même si le free-floating n'est pas vu comme un concurrent direct.

Lire aussi 5 mnZFE, 30 km/h, free floating : ce qui va changer à Bordeaux en matière de mobilités

Jusqu'ici pour Citiz, la fréquence d'utilisation des véhicules s'élève à moins d'une location par jour (0,9 en moyenne). Mais côté distances parcourues, les voitures accomplissent 25.000 kilomètres chaque année en moyenne. Soit deux fois plus qu'un véhicule possédé par un particulier. De quoi accomplir son objectif de "démotorisation" des mobilités. A travers cette tendance, la société bordelaise, calquée sur un modèle éprouvé dans d'autres villes, est parvenue à créer une dynamique économique viable.

Après une baisse de près de 20 % de son chiffre d'affaires en 2020 à cause du Covid, elle a réalisé son meilleur bilan l'an passé avec un résultat dépassant les 1,2 million d'euros. Un redressement aidé par "une activité qui est, plus qu'avant, portée par les loisirs et les vacances", observe Nicolas Guenro. En 2019, 40 % des recettes provenaient des utilisateurs professionnels et des salariés, avant que cette part ne se réduise durablement. Et qu'une nouvelle crise n'éclate.

Délicate transition électrique

Au 1er avril 2022, le réseau national Citiz a été contraint d'augmenter ses tarifs pour faire face à la hausse des prix du carburant, conséquence directe de la guerre en Ukraine. En effet, l'offre de location de la société coopérative inclut directement les coûts liés au carburant. Elle bénéficie d'ailleurs d'un partenariat avec Total, à laquelle elle règle directement l'approvisionnement effectué par ses clients. Autrement dit, "quand le carburant prend 10 centimes, c'est de la marge directe qui s'en va pour nous", relaie le directeur.

Lire aussi 5 mnGuerre en Ukraine : 40 % des entreprises girondines ont subi un impact immédiat

Malgré ces difficultés conjoncturelles, Citiz compte aussi augmenter l'effectif de son parc en investissant dans de nouveaux véhicules. Objectif : passer de 125 à 160 unités d'ici l'été à Bordeaux. Tout en amorçant un passage - très lent - à l'électrique. La faute à des technologies encore peu compatibles avec le modèle économique de l'autopartage. "Il y aurait une maturité sur le partage des véhicules électriques, à partir du moment où des véhicules de type Clio ou C3 auront 400 kilomètres d'autonomie avec un prix d'achat comparable au véhicule thermique. Techniquement, on pourrait faire de l'autopartage avec des Tesla. Mais ça coûterait trop cher", développe Nicolas Guenro. Citiz pourrait accueillir 8 % de véhicules électriques d'ici l'été, contre 3 % actuellement.

Lire aussi 5 mnGouach réunit 3,3 millions d'euros pour déployer ses batteries réparables

Renouvellement du capital


  • 500.000 euros

    Pour soutenir cette accroissement, l'entreprise a doublé son capital, porté aujourd'hui à 500.000 euros. Au rang des principaux contributeurs, Bordeaux Métropole et la ville de Bordeaux ont abondé pour 100.000 et 50.000 euros respectivement. Côté partenaires privés, Keolis (60.000 euros) et la Macif (40.000 euros) ont également participé à l'opération. Dans le même temps, Citiz a diminué par trois le coût de la part sociétaire à son capital, auparavant chiffrée à 500 euros. Ainsi, l'entreprise compte à présent 300 sociétaires.

Lire aussi 4 mnEntre croissance et résilience, les Scop et Scic néo-aquitaines rêvent aussi de « licoornes »

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 18/05/2022 à 7:50
Signaler
Le discours de CITIZ n'est pas cohérent: si en moyenne, une voiture est réservée 0,9 fois par jour et parcours 84 Km, alors c'est parfaitement adapté à un véhicule électrique, même avec une petite batterie. Il suffit que la voiture soit ramenée à son...

le 18/05/2022 à 13:31
Signaler
Je me permets de vous répondre : 84km est une moyenne par location. Elle cache un écart-type énorme allant de trajets de 2km à d'autres de plusieurs milliers de km. Si on met en place un véhicule polyvalent essence ou hybride on couvre tous les usage...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.